696 billets et 966 commentaires jusqu'à maintenant

Hauteur des précipitations observées pour la tempête du 14 février 2007 au nord-est de l'Amérique du Nord

Cliquez sur la figure ci-bas pour visualiser les précipitations accumulées sur 24 heures observées au sol pour la journée du 14 février 2007. Toutes les valeurs sont en centimètres.


Vérification 24h du modèle régional d'Environnement Canada pour la précipitation accumulée sur 24 heures pour la journée du 14 février 2007

Les nombres correspondent aux observations aux stations météorologiques. Les zones ombragées correspondent aux prévisions d'accumulation sur 24 heures du modèle d'Environnement Canada. Les valeurs des zones ombragées correspondent aux accumulations suivantes, de l'extérieur (Nouveau-Québec, Ontario) vers l'intérieur (fleuve St-Laurent):

  • 0 à 1 cm
  • 1 à 5 cm
  • 5 à 10 cm
  • 10 à 25 cm

Les 10 plus grosses tempêtes de neige de Montréal

Au lendemain de la plus grosse tempête de l'hiver à Montréal cette année (2006-2007), avec un décevant 15 cm d'accumulation de neige, regardons un instant les 10 plus grosses tempêtes de neige qu'a connu Montréal (station d'observation de Dorval, CYUL) depuis 1953.

Position Jour(s) Mois Année Accumulation (cm)
1 26-28 Décembre 1969 58,9
2 16-17 Février 1954 57,9
3 22-23 Mars 2001 50,2
4 26-27 Mars 1955 49,3
5 3-4 Mars 1971 47,0
6 13-14 Mars 1993 43,0
7 16 Décembre 2005 41,2
8 23-25 Février 1994 41,0
9 14-16 Janvier 1999 40,0
10 12-14 Février 1993 36,2

Quelques remarques:

  • La tempête du siècle, celle de 1971, n'est pas celle qui arrive en premier mais bien en cinquième position. Cette tempête a été exceptionnelle à cause des vents violents l'accompagnant et de l'étendu géographique de sa trajectoire: elle a fait des dégâts de Cuba jusqu'au Labrador.
  • Sur 53 ans d'archives (de 1953 à 2006), 6 des plus grosses tempêtes qu'a connu Montréal sont survenues après 1992. Ces années représentent 26% des données (de 1993 à 2006) mais ont 60% des plus importantes accumulations de neige.
  • Mars est le mois où l'on retrouve le plus de tempête parmi ce tableau (4), suivi de février (3), décembre (2) et finalement janvier (1).