647 billets et 930 commentaires jusqu'à maintenant

Pourquoi les chèques sont-ils aussi dispendieux?

Commander des chèques

Devant commander des chèques, je me suis rendu sur le site de Desjardins et j'ai suivi les instructions. Coût final: 40$ pour 100 chèques. Ça fait 40¢ du chèque, un coût ridiculement élevé.

Ayant souvent entendu qu'un chèque écrit sur un bout de papier avait valeur légale, j'ai cherché une entreprise offrant un produit moins coûteux. Recherche effectuée, ce billet de blogue de 2010 est toujours d'actualité, l'émission de chèques au Canada est le monopole de l'entreprise D+H. Toutes les institutions financières du pays font affaire avec cette entreprise.

Il semble y avoir une compagnie ontarienne qui offre des chèques un peu moins chers sur le web, mais leurs chèques ne sont pas disponibles en français, seulement dans les deux langues officielles du Canada: en anglais et en bilingue. Or, au Québec mon argent est unilingue français, et le chèque sur lequel il se transige ne saurait être dans une autre langue.

J'ai alors pensé avoir trouvé un filon pour arrondir mes fins de mois. J'allais monter une petite compagnie qui imprime des chèques deux fois moins chers que D+H et les vendre sur le web. Information prise, ce n'est malheureusement pas si simple. Tout d'abord, ce n'est pas vrai qu'une institution financière reconnaît une valeur à un bout de papier quelconque sur lequel il est écrit, par exemple, que « Je donne 20$ à Geoff Molson, voici mon numéro de compte… » En effet, pour qu'un chèque soit accepté par une institution financière, il doit respecter la Norme 006 de l'Association canadienne des paiements, ce qui n'est pas une mince affaire.

En parcourant la centaine de pages de spécifications techniques pointues, j'en conclus que pour créer un chèque valide, il faut mettre sur pied une imprimerie spécialisée et investir une quantité de temps phénoménale pour créer un produit utilisable. Or, comme la plupart des chèques sont livrés par les institutions financières elles-mêmes et que leur coût est refilé directement au consommateur, il y a peu de chances qu'elles soient intéressées par un produit moins cher. De plus, comme la plupart des gens ignorent que rien ne les oblige à commander leurs chèques à leur institution financière, et comme le marché du chèque a chuté drastiquement depuis l'avenue des paiements par guichet et par internet, cela donne un marché potentiel minuscule, des commandes individuelles de l'ordre de 10 $, pour un investissement initial colossal.

Bref, je ne me rendrai pas riche en imprimant des chèques. Ça explique aussi pourquoi aucune autre entreprise n'exploite ce filon, laissant au monopole de D+H tout le loisir de facturer des prix ridiculement élevés.

Lutter contre l'harmonie universelle

Dans un texte publié dans Le Devoir du 17 novembre 2014, Fabien Deglise se désole de l'augmentation du nombre de langues sur le web. L'abandon de l'anglais comme langue universelle sur la toile pourrait, selon le journaliste, « exacerber les risques de confusion, d'incompréhension et même de repli ».

Les universitaires cités présentent la diversité linguistique comme un mur, en indiquant que les langues sont « les nouvelles frontières du web à surmonter », qu'utiliser une autre langue que l'anglais équivaut à « se protéger des idées venant d'ailleurs » ou encore, que cette diversification n'est en fait qu'un instrument pour « mieux contrôler ce qui se passe dans sa langue ».

La thèse développée par Deglise et ces universitaires est claire. La langue internationale étant l'anglais, les idées circulent entre les cultures dans cette langue. Corolaire : tout changement contre cette uniformisation vers l'anglais est un obstacle à la circulation des idées, à la compréhension entre les peuples, à l'harmonie universelle. Utiliser une autre langue que l'anglais mène de « la peur au repli », mène à s'emmurer pour se protéger de l'Autre.

C'est l'application du concept de « citoyen du monde » à la technologie. Les communautés humaines devraient, selon cette théorie, se fondre dans une culture et une langue communes. Il faudrait que tous apprennent cette culture, et donc renie ou oublie la sienne, afin de participer à cette utopie collective. Tout geste allant dans une direction inverse est alors vu comme un refus de l'autre, une fermeture d'esprit. C'est d'ailleurs pour cela que Deglise fait appel à la mythologie de l'Ancien Testament. La diversité linguistique n'est rien de moins qu'une « babélisation du monde », menant vers le chaos et l'incompréhension.

Or, l'augmentation de la diversité des langues sur le web est la conséquence de l'abaissement de la barrière technologique. Monsieur et Madame tout le monde pouvant maintenant publier du contenu, il le fait le plus simplement du monde: dans sa langue. C'est en fait une bonne nouvelle, la technologie calquant simplement la diversité linguistique de l'humanité.

La défense du français au Québec, du catalan en Catalogne ou du slovène en Slovénie, est un acte de préservation de la diversité culturelle de l'humanité. Cette diversité est consubstantielle aux sociétés humaines. Elle fait partie de ce que nos ancêtres ont été, de ce que nous sommes et de ce que nous serons à l'avenir. Il faut cesser d'assimiler la préservation linguistique, tant sur le web que dans les pays à travers le monde, comme une lutte contre l'harmonie universelle.

La diversité linguistique est une richesse qu'il faut préserver.

Lettre aux Acadiens et aux francophones hors du Québec

Billet originalement publié sur le Huffington Post.

Lors de mes deux campagnes électorales comme candidat pour Option nationale (ON), il m'est arrivé à plusieurs reprises de discuter avec des Acadiens. Lorsque j'expliquais qu'ON militait pour l'indépendance du Québec, ils avaient pour la grande majorité une réaction négative. Ils m'expliquaient que l'indépendance du Québec allait affaiblir les communautés francophones hors Québec, que leurs communautés seraient encore plus rapidement assimilées.

Amis acadiens et francophones hors Québec, le Québec pays sera plus utile à la prospérité de vos communautés qu'il ne peut l'être à l'intérieur du Canada. Voici pourquoi.

Observons d'abord que la survie de la langue française au Canada est étroitement liée au nombre d'habitants et au pourcentage relatif de francophones dans chaque province. Moins il y a de francophones dans une province, plus l'assimilation vers l'anglais y est rapide. Le déclin des communautés francophones est présentement rapide et avancé dans la majorité des provinces, alors même que le Québec fait partie du Canada.

Constatons ensuite que le Québec n'a aucun rôle officiel dans la protection de la langue française dans les autres provinces. C'est à chaque gouvernement provincial, sur son territoire, de même qu'au gouvernement fédéral, d'assurer cette protection. Que le Québec soit présent dans cette fédération ne représente aucune garantie que les autres juridictions protégeront le français. C'est d'ailleurs une réalité qui se vérifie tout au long de l'histoire du Canada. Prenons par exemple le règlement 17 de l'Ontario, qui fut en vigueur de 1911 à 1927, interdisant l'enseignement en français au-delà des deux premières années du primaire. Ou encore plus récemment, en 2003, alors que le gouvernement néo-écossais s'est fait blâmer de ne pas avoir suivi l'ordonnance d'un juge acadien, qui le sommait de construire des écoles françaises pour les Acadiens. On trouve de tels exemples dans chacune des provinces du Canada.

La présence du Québec dans la fédération canadienne n'assure donc aucune protection pour les communautés francophones des autres provinces. Le Québec lui-même peine à mettre en place des mesures de protection de la langue, notamment parce qu'il est soumis à la constitution canadienne. Comment pourrait-il aider politiquement les autres communautés francophones?

Même si leur gouvernement est menotté, rappelons que les Québécois ont déjà soutenu de façon indirecte les francophones des autres provinces. Avant la Révolution tranquille, cela se faisait grâce à un réseau d'entraide parallèle mis sur pied par l'Église catholique. Ce mouvement religieux, représentant l'écrasante majorité des Québécois francophones, a joué un rôle essentiel grâce aux prêtres québécois ayant mis sur pied des écoles de langue française dans les autres provinces. Avec la laïcisation de la société, ce réseau n'a plus les moyens, ni la mission, de soutenir de tels projets.

Lorsqu'il sera un pays, le Québec disposera de représentations dans les États étrangers, y compris le Canada. S'ajoutera alors tout un réseau d'institutions inexistant dans le Québec-province. Ces institutions auront des ressources pour promouvoir les intérêts et les valeurs des Québécois. Et comme la langue française sera une pierre d'assise de ce nouveau pays, la promotion de cette langue sera sans aucun doute au cœur de ses mandats. Ce soutient pourrait prendre la forme, par exemple, d'un réseau d'éducation calqué sur le modèle des collèges français, les « collèges québécois », dans les provinces du Canada.

Amis Acadiens et francophones de toutes les provinces du Canada, pourquoi défendre l'intégrité d'un pays qui, depuis sa création, utilise les outils politiques qu'il possède pour forcer directement ou indirectement votre assimilation? En appuyant l'indépendance du Québec, vous favorisez la création d'un pays francophone en Amérique du Nord qui sera en mesure de vous aider à sauvegarder votre culture. Le Québec province ne peut à peu près rien pour vous, alors qu'un Québec pays possédera les institutions, les moyens financiers et le mandat de renforcer les communautés francophones.

TransCanada Est émettra autant de GES que toutes les industries du Québec

Billet originalement publié sur le Huffington Post.

En permettant à l'oléoduc TransCanada Est de passer sur son territoire, le gouvernement du Québec provoquera une augmentation d'émission de gaz à effet de serre (GES) supérieure à toutes les diminutions qu'il a prévues d'ici 2020.

À terme, c'est le tiers de toute la production des sables bitumineux de l'Alberta qui passera par le Québec, par le plus gros oléoduc du continent. C'est 1,1 million de barils de pétrole supplémentaires qui seront extraits des sables bitumineux et qui passeront quotidiennement par TransCanada Est. Cette extraction causera l'émission de 25 mégatonnes (Mt) de CO2 par année, l'équivalent de ce qu'émettent toutes les industries du Québec réunies. Ou encore 30% de tous les GES émis par le Québec. Avec un seul projet.

Aucun projet entrepris par le Québec ne permettra de diminuer d'une quantité équivalente les émissions de CO2. L'atteinte des objectifs du protocole de Kyoto par le Québec, une diminution de 17 Mt par année, ne permettrait même pas de compenser les émissions supplémentaires de tout ce pétrole.

Ce qu'il faut comprendre, c'est que cet oléoduc n'est pas une option parmi d'autres pour sortir le pétrole de l'Alberta. Tous les moyens de transporter le pétrole de l'Alberta sont déjà utilisés à pleine capacité. Si le Québec refuse le passage de cet oléoduc, ce sera donc autant de pétrole qui restera sous terre.

Rappelons que selon le GIEC, 65 à 80 % de toutes les réserves d'hydrocarbures connues doivent demeurer inexploitées afin que le climat ne se détériore pas au-delà du seuil jugé scientifiquement acceptable (2⁰C de réchauffement en 2100). Ces réserves devant rester inexploitées incluent bien sûr les sables bitumineux de l'Alberta et les pétroles de schistes qui seront transportés dans cet oléoduc.

C'est fort probablement pour cette raison que l'Office national de l'énergie, l'organisation responsable d'approuver la construction de l'oléoduc TransCanada Est, n'a pas pris en compte l'émission des GES. L'effet sur le bilan des GES est si désastreux, qu'aucune propagande du gouvernement du Canada n'aurait pu justifier d'aller de l'avant. Plutôt que d'affronter un problème insoluble, le gouvernement fédéral a simplement décidé de l'écarter des critères à prendre en compte.

Si d'un côté le Québec s'engage à réduire les émissions de GES sur son territoire, mais que de l'autre il prend des décisions créant une augmentation supérieure sur un autre territoire, il respecte l'accord de Kyoto, mais nuit aux efforts pour lutter contre les changements climatiques en empirant le solde du Canada. Car ce qui contribue au réchauffement climatique, c'est la quantité totale de CO2 dans l'atmosphère, quel que soit l'endroit d'où ce CO2 est émis.

L'oléoduc TransCanada Est n'est pas seulement une menace terrible pour le fleuve St-Laurent et l'environnement du Québec dans son ensemble. Il fait aussi partie des projets ne devant pas voir le jour si l'on veut être cohérent dans la lutte contre les changements climatiques.

La quantité supplémentaire de GES qui sera émise si ce projet voit le jour est une raison suffisante pour que le gouvernement du

Extrait d'un discours de Lionel Groulx, le 29 juin 1937

Lionel Groulx

Ce discours de Lionel Groulx a été prononcé lors du Deuxième Congrès de la langue française au Canada en 1937. Ayant pour titre « L'histoire gardienne des traditions vivantes », les organisateurs ne pouvaient se douter de la conclusion, où l'abbé Groulx appelle à la création d'un État français.

La fin de ce discours est recopiée ici.

De grâce, que l'on ne réplique point, avec les défaitistes: « Trop tard! Le peuple ne veut plus! » J'aurai le courage de prendre ici la défense de notre petit peuple. Sans doute, se révèle-t-il parfois bien inerte, bien décevant. Mais l'histoire m'a appris que d'ordinaire, il vaut autant que ses chefs. Au surplus, quand tout un peuple est endormi, c'est qu'il y a eu quelque part des endormeurs. Je dénie le droit à ceux qui ne sont pas même éveillés, de reprocher au peuple son sommeil. Trop tard? Passons, Messieurs les dirigeants, autant de temps à faire quelque chose que nous en avons passé à ne rien faire; dépensez, pour le réveil national, pour le redressement de la conscience collective, autant d'activité, autant de millions, autant d'esprit d'organisation et de propagande, propagande de husting1, propagande de radio, propagande de journaux, qui s'en est dépensé, en cette province, depuis soixante ans, pour nous insuffler les passions insanes de la politique; dépensez autant d'effort, pour nous éclairer et pour nous unir, que vous en avez dépensé pour nous aveugler et nous diviser; et alors, vous pourrez parler de l'apathie populaire.

Trop tard? Mais vous ne voyez donc pas, vous n'entendez pas ce qui s'en vient? Le souffle de grandeurs, le voici qui commence à soulever une génération. Notre avenir nouveau, la jeunesse la plus intelligente, la plus allante, la plus décidée, le porte déjà dans ses yeux. Voilà pourquoi je suis de ceux qui espèrent. Parce qu'il y a Dieu, les ancêtres qui ont espéré; j'espère avec tous les espérants d'aujourd'hui; j'espère par-dessus mon temps, par-dessus tous les découragés. Qu'on le veuille ou qu'on ne le veuille pas, notre État français, nous l'aurons; nous l'aurons jeune, fort, rayonnant et beau, foyer spirituel, pôle dynamique pour toute l'Amérique française. Nous aurons aussi un pays français, un pays qui portera son âme dans son visage. Les snobs, les bonne-ententistes, les défaitistes, peuvent nous crier, tant qu'ils voudront: « Vous êtes la dernière génération de Canadiens français… » Je leur réponds, avec toute la jeunesse: « Nous sommes la génération des vivants. Vous êtes la dernière génération des morts! »

1. Hustings [habituellement au pluriel]: anglicisme désignant une plateforme, généralement construite en bois, utilisée en campagne électorale à l'époque. Par ellipse, peut désigner la campagne en elle-même.

Source: Courtois, Charles-Philippe; Parenteau, Danic (2011). Les 50 discours qui ont marqué le Québec, Anjou: Les éditions CEC, p. 168. ISBN: 9782761732703

Lutter contre l'harmonie universelle

Billet originalement publié sur le Huffington Post.

Dans un texte publié dans Le Devoir du 17 novembre 2014, Fabien Deglise se désole de l'augmentation du nombre de langues sur le web. L'abandon de l'anglais comme langue universelle sur la toile pourrait, selon le journaliste, « exacerber les risques de confusion, d'incompréhension et même de repli ».

Les universitaires cités présentent la diversité linguistique comme un mur, en indiquant que les langues sont « les nouvelles frontières du web à surmonter », qu'utiliser une autre langue que l'anglais équivaut à « se protéger des idées venant d'ailleurs » ou encore, que cette diversification n'est en fait qu'un instrument pour « mieux contrôler ce qui se passe dans sa langue ».

La thèse développée par Deglise et ces universitaires est claire. La langue internationale étant l'anglais, les idées circulent entre les cultures dans cette langue. Corolaire : tout changement contre cette uniformisation vers l'anglais est un obstacle à la circulation des idées, à la compréhension entre les peuples, à l'harmonie universelle. Utiliser une autre langue que l'anglais mène de « la peur au repli », mène à s'emmurer pour se protéger de l'Autre.

C'est l'application du concept de « citoyen du monde » à la technologie. Les communautés humaines devraient, selon cette théorie, se fondre dans une culture et une langue communes. Il faudrait que tous apprennent cette culture, et donc renie ou oublie la sienne, afin de participer à cette utopie collective. Tout geste allant dans une direction inverse est alors vu comme un refus de l'autre, une fermeture d'esprit. C'est d'ailleurs pour cela que Deglise fait appel à la mythologie de l'Ancien Testament. La diversité linguistique n'est rien de moins qu'une « babélisation du monde », menant vers le chaos et l'incompréhension.

Or, l'augmentation de la diversité des langues sur le web est la conséquence de l'abaissement de la barrière technologique. Monsieur et Madame tout le monde pouvant maintenant publier du contenu, il le fait le plus simplement du monde: dans sa langue. C'est en fait une bonne nouvelle, la technologie calquant simplement la diversité linguistique de l'humanité.

La défense du français au Québec, du catalan en Catalogne ou du slovène en Slovénie, est un acte de préservation de la diversité culturelle de l'humanité. Cette diversité est consubstantielle aux sociétés humaines. Elle fait partie de ce que nos ancêtres ont été, de ce que nous sommes et de ce que nous serons à l'avenir. Il faut cesser d'assimiler la préservation linguistique, tant sur le web que dans les pays à travers le monde, comme une lutte contre l'harmonie universelle.

La diversité linguistique est une richesse qu'il faut préserver.

Lettre à Jean-Marc Fournier

Billet originalement publié sur le Huffington Post.

Monsieur le Ministre des Affaires intergouvernementales du Québec,

Je vous écris pour vous encourager dans vos démarches afin que le Québec signe la constitution canadienne. Depuis trop longtemps, nous, les indépendantistes québécois, avons été les seuls à proposer un projet pour l'avenir constitutionnel du Québec. Il est grand temps que le Parti libéral du Québec, avec les autres partis fédéralistes du Québec, fasse lui aussi des propositions concrètes. La peur référendaire ne peut être votre seul programme constitutionnel pour le Québec. Cela doit cesser.

Le Québec, n'ayant pas signé la constitution du Canada en 1982, est enfermé dans un cadre constitutionnel auquel il n'a pas adhéré. Monsieur Fournier, vous avez identifié cela comme un problème, c'est d'une lucidité dont trop peu de fédéralistes font preuve, et je la salue.

Votre enthousiasme pour signer la constitution canadienne permet également à Philippe Couillard de se distinguer de son prédécesseur. Contrairement à Jean Charest, M. Couillard désire ébranler le statu quo qui caractérise la relation du Québec et du Canada. Le premier ministre Couillard croit en effet que le Canada est le meilleur cadre pour le Québec, on le dit radical dans cette croyance, il est donc cohérent que son gouvernement demande aux partenaires de la fédération canadienne de remplir les conditions nécessaires pour inclure le Québec et ainsi donner vie à sa vision.

Il me tarde que le gouvernement du Parti libéral entreprenne concrètement ces démarches. Ceci permettra aux Québécois de constater les changements que votre parti juge nécessaire d'apporter afin de pouvoir signer la constitution canadienne. De cette façon, comme vous le croyez fermement, le Québec pourra occuper la place qu'il lui revient au Canada. Il me tarde également de voir les réactions des provinces et du gouvernement central lorsque vous formulerez ces demandes.

Un dernier mot. Les conditions énoncées par la Cour Suprême qui permettraient au Québec de changer son statut constitutionnel doivent s'appliquer, logiquement, qu'il veuille quitter ou joindre une fédération, celle du Canada dans ce cas-ci. La ratification du Québec à la constitution canadienne devra donc être soumise à la population québécoise par référendum, à l'aide d'une question claire, et devra être approuvée par une majorité claire. Les Québécois constitueraient ainsi le premier peuple de l'histoire du Canada à se prononcer sur le texte qui les régit, une exigence dont notre démocratie peut difficilement se passer, vous en conviendrez.

En espérant vous donner du courage dans votre démarche,

Miguel Tremblay
Vice-président Option nationale

Notre première expérience avec Airbnb

Lors d'un voyage en Europe à l'automne 2014, nous avons tenté l'expérience d'Airbnb, une plateforme de réservations et de locations de logements dont nous avions entendu parler. Exposons ici nos réflexions sur cette expérience.

Précisons d'entrée de jeu que nous voyagions en couple, et réservions donc une chambre pour deux personnes. Notre expérience eut été différente si nous avions voyagé en groupe, car nous aurions pu louer un appartement complet plutôt qu'une seule chambre.

Nous nous sommes d'abord rendus sur le site d'Airbnb pour y créer un profil et y magasiner nos logements. Pour quatre des cinq villes que nous avons visitées, le nombre de chambres offertes nous a déboussolés. La quantité de logements disponibles est impressionnante.

C'est d'ailleurs là un avantage d'Airbnb : c'est une plateforme qui prétend réunir en un seul endroit toutes les offres de location chez l'habitant. Après chaque séjour, locataire et locateur sont invités à commenter publiquement leurs appréciations réciproques. Ces commentaires nous laissèrent dans un premier temps dubitatifs, car ceux des premiers résultats de nos recherches étaient essentiellement positifs. (Nous apprendrons par la suite que les appartements ayant le plus de commentaires positifs apparaissent en premier dans les résultats de recherche, expliquant pourquoi les premières chambres semblaient toutes de bonne qualité). Nous avons donc fait notre choix en fonction du prix, des commentaires et surtout de la localisation des chambres.

Pour ce que nous avons pu juger, nous avons économisé sur le prix des chambres par rapport à une location de qualité équivalente dans un hôtel ou un Bed and breakfast. Autre avantage, les chambres d'Airbnb sont disponibles dans tous les quartiers des villes, ce qui n'est pas le cas pour les hôtels. Par exemple, il y a 18 logements disponibles dans un rayon de 1 km autour de notre appartement à Montréal, un quartier non touristique. L'offre est grande.

Carte de recherche Airbnb dans Villeray
Offre Airbnb autour de chez moi

Effectuer une réservation nécessite plus d'effort que de réserver un hôtel. Il vous faudra créer un compte sur le site d'Airbnb, envoyer un message de présentation à l'hôte en se présentant et lui demandant s'il nous accueillerait chez lui. C'est à cette étape que l'on a réalisé que le marché d'Airbnb est favorable aux locataires, car même si notre profil était vierge d'historiques (aucun commentaire de locateur), toutes les personnes contactées ont accepté de nous recevoir.

Lors de ces cinq séjours, nous avons constaté une grande variabilité entre les chambres louées, tant pour le confort et l'espace offert, que la qualité de l'accueil ou les services inclut. Il nous arriva de payer pour utiliser une serviette dans une salle de bain d'une maison de chambres, alors qu'à un autre endroit nous pûmes utiliser gratuitement shampooing, revitalisant et sèche-cheveux dans une salle de bain privée, avant de se faire servir le déjeuner sur la terrasse.

Une autre différence importante entre un hôtel et Airbnb est le contact avec l'hôte. En effet, après avoir confirmé la réservation, le locateur nous fait parvenir une série de précieuses informations afin de s'orienter dans la ville pour trouver le logement, de même que des précisions sur les règles de l'appartement. Lorsque vous menez cinq réservations de front, cela fait une quantité importante d'informations et de contacts à gérer, ce qui peut devenir problématique lorsque vous êtes en voyage, sans connexion internet.

Il y a deux types de locations Airbnb: celles où le locateur habite les lieux, à l'instar d'un Bed and breakfast, et celles où ils ne logent pas eux-mêmes. Loger dans la résidence d'une personne facilite un véritable échange, souvent le seul, avec un habitant local des lieux visités. Le locateur fournit une carte de la localité, fait ses recommandations pour les endroits à voir et les restaurants où manger ; il partage son vécu et ses connaissances de sa ville. L'envers de la médaille, c'est qu'il faut deviser avec le locateur lorsque l'on arrive sur place, ce qui ne nous tente pas forcément lorsque l'on a fait un long voyage, que l'on est sous décalage horaire et que l'on aspire à un moment de repos.

Quand l'hôte ne réside pas sur place, l'expérience ressemble plutôt à l'auberge de jeunesse. On nous donne les clés, montre les lieux, et par la suite on se débrouille seuls, « en claquant la porte en partant ». Dans les villes touristiques, il y a un marché pour ce type de logements, car les hôtels y sont dispendieux, et qu'il devient rentable de louer un appartement complet sur Airbnb. Cela donne lieu à de moins bons commentaires de la part des locateurs, mais comme la demande est grande, cela importe moins. Bref, sur Airbnb comme ailleurs, plus l'endroit est touristique, moins le service est bon.

En discutant de notre expérience Airbnb, nous évoquions les articles du Devoir lus à propos de ce service, notamment au sujet des taxes non payées par les hôtes. C'est effectivement un problème pour les villes, et il devrait être possible pour Airbnb de s'entendre avec les municipalités, comme à San Francisco, afin que les revenus soient déclarés au gouvernement et que les taxes applicables soient prélevées. Cela serait également une occasion de s'assurer que les logements répondent aux normes de sécurité en vigueur (extincteur, sortie de secours, etc.).

Par ailleurs, les locations de logements où l'hôte ne réside pas devraient être illégales, ce qui est d'ailleurs le cas au Québec. En effet, ce type de location diminue le nombre de loyers disponibles pour les résidents de la ville, exerçant une pression à la hausse sur le prix des loyers.

L'expérience Airbnb est suffisamment différente des hôtels et des Bed and breakfast pour justifier son existence. Le chiffre d'affaires d'Airbnb, qui prélève entre 6 et 12 % de toutes les transactions effectuées, est sûrement assez important pour que l'entreprise et les gouvernements s'entendent, au bénéfice des voyageurs, des résidents-locateurs et des municipalités.

L'indépendance n'est pas un match de baseball

Billet originalement publié sur le Huffington Post.

Après les deux défaites référendaires de 1980 et de 1995 sur l'avenir du Québec, la croyance qu'un troisième échec serait fatal au mouvement d'indépendance s'est imposée. Un peu comme si l'indépendance était un match de baseball, laissant seulement trois chances au frappeur pour cogner la balle du pays en lieu sûr. Depuis, cette impossibilité de perdre a tellement été dite et redite, tant par les analystes politiques que par les chefs du Parti québécois, que cette croyance s'est transformée en mythe, transmutant la peur de l'échec référendaire en pierre d'assise de la pensée indépendantiste.

En psychologie, cette peur persistante de l'échec a un nom, il s'agit de « l'atychiphobie ». L'une des principales conséquences de l'atychiphobie est la procrastination. La « gouvernance souverainiste », les « référendums d'initiatives populaires», « le référendum dans un second mandat » et la pléthore de stratégies mises de l'avant par le Parti québécois depuis 1995, y compris dans la présente course à la chefferie, entrent dans cette catégorie. Plutôt que de subir un troisième échec, la créativité indépendantiste est mise à profit pour remettre l'ultime consultation à plus tard, pour procrastiner.

Une deuxième conséquence de la peur de l'échec est qu'il mène à l'autodénigrement. À mettre dans cette catégorie les Nicolas Marceau et François Legault de ce monde, qui annoncent que le Québec est trop pauvre pour être indépendant. Ils présentent l'amélioration d'indices économiques, tels que la dette ou le taux de chômage, comme préalable à l'indépendance. Cette technique rend l'échec certain en diminuant les capacités du peuple québécois à ses propres yeux. Et comme l'échec est certain, que faire sinon l'éviter ou la repousser?

Les indépendantistes québécois doivent lutter contre cette peur de l'échec s'ils désirent un jour obtenir leur propre État. Un premier pas dans cette direction serait de réaliser que des nations beaucoup plus petites, avec moins de moyens, et dans des conditions autrement plus adverses que le Québec, ont vu le jour dans les dernières décennies.

Par exemple l'Estonie, pays 38 fois plus petit que le Québec, dont la langue officielle n'est parlée que par un million d'habitants sur la planète. Les Estoniens ont réussi à obtenir leur indépendance non pas contre une petite fédération comme le Canada, mais bien contre l'Union soviétique! Un autre exemple, la Slovénie, 80 fois plus petite que le Québec, et avec seulement deux millions de locuteurs du slovène dans le monde, a réussi à obtenir l'indépendance de la Yougoslavie. Dans ces deux cas, l'indépendance n'est pas survenue par le fruit du hasard ou par l'arrivée fortuite de « conditions gagnantes ». Ces peuples ont participé et préparé leur indépendance, leurs échecs précédents faisant partie de leur histoire.

Les indépendantistes devraient prendre conscience que cette peur de l'échec est injustifiée. Une défaite référendaire n'est pas la fin du peuple québécois, pas plus que l'invasion soviétique n'a pu éliminer le peuple estonien. Les échecs sont des occasions d'apprendre de ses erreurs afin de préparer la victoire finale. Il faut que cesse la procrastination.

Il ne sert à rien d'écraser les bulbes

Billet originalement publié sur le Huffington Post.

Les sorties des souverainistes contre Mario Beaulieu, depuis son élection comme chef du Bloc québécois en juin dernier, ont été si nombreuses qu'il y a lieu de se questionner sur les motivations de leurs auteurs. Il y a quelques jours, c'était au tour de l'historien Fréréric Bastien, auteur du livre « La bataille de Londres » d'y aller d'un opus contre Mario Beaulieu sur le site de l'Actualité.

L'argumentaire de son texte est essentiellement basé sur deux arguments. D'abord, Mario Beaulieu serait coupable d'un rapprochement idéologique avec le FLQ en ayant scandé « Nous vaincrons » au moment de sa victoire à la chefferie du Bloc. Par la suite, il s'indigne au nom des anciens chefs du Bloc puisque Beaulieu a dénoncé « 20 ans d'attentisme et de défaitisme ». Or, bien que Mario Beaulieu ait donné des explications pour ces deux gestes (il n'a pas fait le lien « Nous vaincrons » = FLQ à l'instant de sa victoire, et les « 20 ans de défaitisme » faisaient référence au mouvement dans son entier, et non aux anciens chefs du Bloc), cela ne suffit pas à l'historien, il préfère ignorer ces réponses et aller de l'avant en rendant son mécontentement public.

Bastien y va ensuite de sa propre analyse, désignant lui-même les coupables de l'attentisme qu'aurait plutôt dû nommer Mario Beaulieu, soient les anciens chefs du PQ, notamment Lucien Bouchard et Bernard Landry. S'ensuit une analyse grossière des résultats des dernières élections québécoises, analyse où il néglige une foule de facteurs pouvant expliquer en tout ou en partie les résultats : rien sur la charte des valeurs du Parti québécois, rien sur la démobilisation de l'électorat indépendantiste. Il explique même la baisse du nombre de votes pour Option nationale par le manque de « pureté independantiste » des Québécois, comme si l'absence de couverture médiatique pour ce parti n'avait joué aucun rôle.

On ne s'étonnerait pas si cette sélection bâclée d'arguments contre Beaulieu émanait d'un chroniqueur populiste ou encore d'un adversaire politique désirant détruire la crédibilité du Bloc québécois, mais venant d'un intellectuel, historien de surcroît, lié au projet d'indépendance du Québec, il est difficile de se l'expliquer. Qu'a donc fait Mario Beaulieu pour que ses propres alliés idéologiques lui tombent dessus, utilisant des raccourcis intellectuels dans leurs arguments? Pourquoi ne pas laisser la chance au coureur?

Peut-être qu'il ne sert à rien de tirer sur les fleurs (*), mais il ne sert à rien non plus de piétiner le bulbe avant de le mettre en terre.

(*) La célèbre phrase sur l'inutilité de tirer sur la tige des fleurs pour les faire pousser, que l'on attribue à tort à René Lévesque ou à Bernard Landry, est à l'origine un proverbe chinois (拔苗助长).

Page suivante »
  •  

    Voir tous les tags
  • Nous suivre

  • Meta