696 billets et 966 commentaires jusqu'à maintenant

La nourriture et la deuxième loi de la thermodynamique

L'énergie dont notre corps a besoin nous provient essentiellement de la nourriture que nous consommons. Cette nourriture peut être divisée en 2 grandes catégories: animale et végétale. À l'autre bout de cette chaîne, se trouve le grand pourvoyeur d'énergie de notre planète: le Soleil.

L’énergie, du Soleil à l’humain
Schéma: L'énergie, du Soleil à l'être humain (sources des images: boeuf, humains)

On peut voir sur le schéma ci-dessus que, lorsque nous mangeons de la viande, l'énergie subit une transformation de plus par rapport aux végétaux (céréales, légumes, fruits, etc.). Regardons ce que la physique peut nous apprendre sur les implications de cette étape supplémentaire.

La deuxième loi de la thermodynamique stipule qu'il ne peut y avoir de transfert d'énergie sans augmentation d'entropie, c'est-à-dire sans transfert d'énergie vers le milieu. On peut conclure, et vous pouvez écrire ça sur un petit papier et le glisser dans votre portefeuille, ça va toujours être vrai, que si on achemine l'énergie du Soleil dans notre corps via de la viande plutôt qu'en utilisant des végétaux, il y a une perte d'énergie supplémentaire qui est générée dans ce système.

Le tableau suivant illustre le ratio entre la quantité d'énergie fossile nécessaire pour produire 1 kcal d'énergie en protéine animale [1].

Bétail et animal produit Ratio d'énergie nécessaire pour produire des protéines animales
Agneaux 57:1
Bovins de boucherie 40:1
Oeufs 39:1
Porcs 14:1
Produits laitier 14:1
Dindes 10:1
Poulets 4:1

Le système de production de protéines animales nécessite une moyenne de 25 kcal pour produire 1 kcal. Ce ratio est environ 11 fois plus élevé que pour la production de protéines à partir de grains, qui est d'environ 2,2 kcal pour 1 kcal de production.

Cette dépense supplémentaire d'énergie pour la viande animale provient de plusieurs sources: culture de végétaux pour consommation par les animaux, transport de ces végétaux et l'utilisation de territoires pour ces cultures végétales (notamment la déforestation de la forêt amazonienne pour l'élevage bovin [2]). Ces dépenses d'énergies supplémentaires ont aussi des conséquences indésirables comme la production de gaz à effet de serre, dont le méthane, l'appauvrissement des sols, l'augmentation des prix des céréales, etc.

Une manière simple d'optimiser l'utilisation des ressources de notre planète pour nous nourrir serait de changer nos habitudes alimentaires, de telle sorte que la viande prenne moins de place dans notre assiette. Toute diminution de cette consommation de viande, aussi minime soit-elle, est un pas de plus vers le respect des lois physiques qui gouvernent notre Univers.

Référence

[1] Pimentel D. and Pimentel M., Sustainability of meat-based and plant-based diets and the environment, American Journal of Clinical Nutrition, Vol. 78, No. 3, 660S-663S, September 2003
[2] Tourrand J.F., Piketty M.G., Oliveira J.R.D., Thales M.C., Alves A.M., Da Veiga J.B., Poccard Chapuis R. Elevage bovin, déforestation et développement régional : le cas du sud du Para, Amazonie brésilienne, 2004. Bois et forêts des tropiques (280) : 5-16, format PDF.

Licence

Ce billet est distribué sous licence Creative Commons BY-SA.