696 billets et 966 commentaires jusqu'à maintenant

Si t'as frette, va pisser

L'eau a une très grande capacité thermique. C'est d'ailleurs pour cette raison que l'on s'en servait autrefois comme liquide de refroidissement pour les moteurs.

Le liquide que contient notre vessie, appelé urine, est maintenu à la même température que notre corps: 37°C. L'énergie que notre corps consacre à maintenir ce liquide à cette température ne peut alors être utilisée ailleurs, pour réchauffer nos pieds par exemple.

C'est pourquoi, lorsqu'on commence à avoir froid, le premier réflexe à avoir est d'aller vider notre vessie. Même si on n’a pas envie. C'est une attitude thermodynamiquement responsable.

Une conséquence pratique et immédiate pour les premières soirées agréables du printemps: lorsque l'on est sur une terrasse et que la température descend, une bonne pisse nous permet de rester environ 30 à 40 minutes plus longtemps dehors sans avoir froid.

Santé!

7 commentaires à « Si t'as frette, va pisser »

  1. 26 avril 2009 | 17:15

    Boire une tasse de liquide chaud mais sous 37°C nous donne froid? Eh ben.

  2. 27 avril 2009 | 6:02

    Je n'y avais pas pensé, mais oui.

    Comme la température extérieure est toujours à moins de 37°C, à de très rare exceptions prêts, boire de l'eau à température pièce va toujours nous refroidir.

    Vive l'eau tiède.

  3. Stefan
    28 avril 2009 | 13:03

    Ha! Je le savais! C'est pourquoi je bois de l'eau tablette ;)

  4. 23 avril 2012 | 15:04

    En y repensant, pourquoi faut-il dépenser de l'énergie pour conserver l'urine à la température du corps? L'énergie se perd où?

    Corollaire : il faut un échange d'énergie plus important la vessie pleine que la vessie vide pour perdre 1°C. Et donc la vessie pleine « tamponne » les changements de température du corps.

  5. 26 avril 2012 | 15:04

    La vessie ne contient pas de matière pouvant être transformé et fournir de l'énergie au corps.

    Or, comme le corps perd de la chaleur vers l'extérieur, il faut qu'il dépense de l'énergie pour maintenir une température constante. La chaleur est perdue par la surface du corps. La vessie étant à l'intérieur, une partie de la chaleur qui s'y trouve, parce que sa température devient supérieure à la partie exposée qui se rafraîchie, migre vers la surface du corps.

    Le corps réagit et dépense de l'énergie pour ramener tout le corps à la même température. Il doit donc réchauffer l'extérieur du corps ET le contenu de la vessie qui a perdu une partie de sa chaleur. Si la vessie était vide, il n'y aurait pas d'énergie qui irait à cet endroit (elle n'en aurait pas perdu non plus). Et comme nous avons supposé, à juste titre, que la vessie ne contenait pas de matière pouvant produire de la chaleur, on peut la vider et ainsi économiser l'énergie qui irait à cet endroit (et réchauffer le bout de nos pieds avec cette énergie!).

    On peut légitiment se demander s'il ne serait pas mieux d'utiliser l'énergie résiduelle contenu dans l'urine à la température du corps plutôt que de s'en départir. La question a du mérite, mais à l'intérieur du corps, la matière devient pénalisante, thermiquement parlant, à partir du moment où elle est plus froide que le corps. À l'équilibre, elle n'est pas nuisible, mais elle n'aide pas non plus. Bref, on peut s'en départir sans crainte.

    Est-ce un peu plus clair?

  6. Bruno B
    24 janvier 2013 | 12:14

    L'eau contenue dans l'urine est depuis unbon bout de temps à température du corps. Il n'y aurait donc pas d'échange de chaleur dans la vessie. Je me trompe?

  7. 24 janvier 2013 | 13:09

    @Bruno B: Voir la réponse que j'ai fait à Patrice Levesque.

Réagissez