696 billets et 970 commentaires jusqu'à maintenant

Histoire populaire du Québec: Jacques Cartier, trappe et pêche

Couverture l’histoire du Québec, tome 1

Afin de parfaire mes connaissances sur l'histoire du Québec, j'ai entrepris la lecture de l'Histoire populaire du Québec, des origines à 1791 de Jacques Lacoursière. (Vous pouvez consulter la seconde partie portant sur le peuplement sous Jean Talon.)

Je recopie ici les extraits qui m'ont marqué.

Jacques Cartier

Jacques Cartier n'a pas vraiment découvert le Canada. Outre les Amérindiens et John Cabot, il y avait notamment les Basques qui venaient régulièrement pêcher dans le golfe du St-Laurent. Il en aperçoit d'ailleurs sur la Côte-Nord lors de son premier voyage, près de ce qui est connu aujourd'hui sous le nom de Baie des homards. Jacques Cartier est celui qui est reconnu comme le découvreur du Canada, probablement à cause de ses écrits sur la région, les premiers, et parce qu'il a été mandaté par le roi pour prendre possession des terres en son nom.

Les noms des bateaux de Jacques Cartier, lors de son premier voyage, sont inconnus. La Grande Hermine, la Petite Hermine et l'Émérillon sont les noms des bateaux de son deuxième voyage.

Trappe et pêche

Les coureurs des bois étaient un fait français. Les Anglais préféraient transiger directement avec les Amérindiens plutôt que d'aller eux-mêmes faire de la trappe.

On estime à 25 millions le nombre de castors tués entre 1660 et 1760. Ces castors étaient tués pour leurs peaux, destinées à une seule chose: fabriquer des chapeaux pour les Européens.

Les coureurs des bois sont considérés comme « illégaux, amant de liberté et de débauches ». Ils sont très mal vus des autorités qui les considèrent comme une perte pour la colonie puisqu'ils ne cultivent pas la terre, en plus d'inciter les jeunes à suivre leur exemple et à partir dans les bois. De nombreuses lois sont émises afin de les forcer à se sédentariser, notamment une loi de 1673 qui interdisait aux hommes d'être plus de 24 heures consécutives à l'extérieur de leur domicile.

En 1618, Champlain estime à 1 million le nombre de morues pêchées en Nouvelle-France. La morue est pêchée à la ligne, pas au filet. Un bon pêcheur peut en prendre environ 300 par jour, mais « cela lasse beaucoup les bras ».

La pêche en Nouvelle-France se fait uniquement au profit de la France.

La morue n'était pas vidée de la même façon par les Anglais et les Français. Les Anglais les ouvraient en entier, alors que les Français les ouvraient seulement jusqu'à l'anus. Dans le premier cas, nous avons la morue ronde, dans le second, la morue plate.

Divers

En 1610, alors qu'il est âgé d'environ 40 ans, Samuel de Champlain épouse lors d'un séjour en France Hélène Boullé, elle-même âgée de… 12 ans. L'année suivante, Champlain découvre une île qu'il nomme en l'honneur de sa nouvelle épouse: il s'agit de l'île Ste-Hélène.

Friponné est un mot de vieux français qui signifie voler. De ce mot provient celui de fripon.

Aucun commentaire pour l'instant.

Réagissez