695 billets et 966 commentaires jusqu'à maintenant

De l'origine des mots hydrogène et technécium

J'ai un peu honte. Moi, qui s'intéresse à l'histoire des science depuis quelques années déjà, je peux vous expliquer d'où provient le nom du technécium, mais j'ignorais d'où provenait le mot hydrogène.

Représentation de l’hydrogène

Attention, ça va être un choc, le mot hydrogène vient de hydro et gène, c'est-à-dire qui donne naissance à l'eau. Simplement. Un mot qui paraît si savant et qui est pourtant si simple.

C'est notre ami Lavoisier (le gars du rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme) qui l'a nommé ainsi en 1783 parce que cette substance réagissait avec l'oxygène pour donner de l'eau:


2H + O = H2O

Représentation du technicium

Pour le curieux, le technécium se nomme ainsi parce qu'on ne le retrouve pas à l'état naturel sur notre planète Terre. C'est un mot dérivé du grec technetos qui signifie «artificiel». Cet élément a été découvert en 1937, ce qui est très tard si on considère sa position dans le tableau périodique.

Il est étonnant que cet élément soit artificiel, si on regarde le tableau périodique des éléments, on voit que les pointillés autour de l'élément 43 (Tc) sont l'exception. Tous les autres éléments autour sont en trait plein, indiquant qu'un gars, ou une femme, fâché pourrait sortir de chez lui et réussir à en trouver.

La théorie du tout: un idéal esthétique

L'homme essaie depuis des temps immémoriaux de comprendre comment fonctionne la nature. Il observe des phénomènes autour de lui et cherche à en expliquer les causes, que ce soit par des divinités contrôlant certaines sphères de la nature (pour les Grecs, Poséidon contrôlait les phénomènes reliés à la mer) ou encore par ce que nous appelons aujourd'hui la science physique.

La physique est la science de la nature. Pour qu'un résultat soit valide au niveau de la physique, il faut qu'il soit mesurable et reproductible par expérience.

Or, au cours de l'histoire, il est fréquemment arrivé qu'une théorie physique soit mise au point pour expliquer un phénomène de la nature et que, par extension, cette théorie explique d'autres phénomènes. Un exemple célèbre est la théorie de la gravitation universelle de Newton. Newton développa cette théorie pour expliquer comment les corps tombaient sur la Terre (sa fameuse pomme). Il s'avéra qu'avec cette même théorie il soit aussi possible d'expliquer comment les planètes du système solaire tournent autour du Soleil. Ça a été un vif succès.

Ce genre d'extrapolation du domaine d'application d'une théorie physique plait beaucoup à l'esprit de l'homme: il y a un certain esthétisme dans cette conception. Certains scientifiques, dont Einstein, en sont venus à croire que la nature devait se comporter de la sorte, que toutes les théories physique doivent être reliées entre elles.

Il y eut plusieurs réussites qui pourraient justifier une telle conception de la nature. Pensons aux relations qui existent entre l'électricité et le magnétisme ou encore entre la mécanique quantique et la chimie. Dans l'histoire de la physique, plus les modèles deviennent complets, plus il semble qu'ils soient reliés entre eux.

Mais, rappelons qu'une théorie physique se doit d'expliquer la nature, une observation ou un phénomène inexpliqué et non répondre à des canons esthétiques. C'est la recherche de réponses à ces questions qui a motivé les avancées dans cette science et, tel qu'écrit plus haut, c'est même la base de la physique.

La théorie du tout est un modèle, ou une théorie, qui unifierait tous les phénomènes physiques, du nucléaire au niveau macroscopique (cosmologie). Il s'agit en fait d'une théorie qui expliquerait, ni plus ni moins, tous les phénomènes physiques de l'Univers.

Mais, même si demain matin quelqu'un inventait une théorie du tout valide, il n'y aurait aucune expérience qui permettrait de valider cette théorie. Cette théorie a pour postulat que la nature doit obéir à une idée esthétique que nous nous faisons d'elle, elle ne répond pas à une observation ou à un phénomène que nous ne comprenons pas. C'est le chemin inverse de ce qui est à la base de la physique, on construit une théorie et ensuite on observe la nature pour trouver un phénomène qui la justifierait.

Albert Einstein lui-même a passé la majeure partie de sa vie à tenter de trouver un modèle unificateur des forces de la nature. Il n'aimait pas la mécanique quantique, celle-ci ne convenant pas à l'idée qu'il se faisait de la nature; son fameux « Dieu ne joue pas aux dés ».

Il faut avoir un orgueil infini pour prétendre connaître ce que Dieu fait ou ne fait pas. Nous n'en savons rien. Ce que nous pouvons faire, c'est observer, tenter de comprendre et d'expliquer.

Je suis un objecteur idéologique de la théorie du tout: ce n'est pas de la physique, c'est de l'esthétisme.