696 billets et 966 commentaires jusqu'à maintenant

Pourquoi les chèques sont-ils aussi dispendieux?

Commander des chèques

Devant commander des chèques, je me suis rendu sur le site de Desjardins et j'ai suivi les instructions. Coût final: 40$ pour 100 chèques. Ça fait 40¢ du chèque, un coût ridiculement élevé.

Ayant souvent entendu qu'un chèque écrit sur un bout de papier avait valeur légale, j'ai cherché une entreprise offrant un produit moins coûteux. Recherche effectuée, ce billet de blogue de 2010 est toujours d'actualité, l'émission de chèques au Canada est le monopole de l'entreprise D+H. Toutes les institutions financières du pays font affaire avec cette entreprise.

Il semble y avoir une compagnie ontarienne qui offre des chèques un peu moins chers sur le web, mais leurs chèques ne sont pas disponibles en français, seulement dans les deux langues officielles du Canada: en anglais et en bilingue. Or, au Québec mon argent est unilingue français, et le chèque sur lequel il se transige ne saurait être dans une autre langue.

J'ai alors pensé avoir trouvé un filon pour arrondir mes fins de mois. J'allais monter une petite compagnie qui imprime des chèques deux fois moins chers que D+H et les vendre sur le web. Information prise, ce n'est malheureusement pas si simple. Tout d'abord, ce n'est pas vrai qu'une institution financière reconnaît une valeur à un bout de papier quelconque sur lequel il est écrit, par exemple, que « Je donne 20$ à Geoff Molson, voici mon numéro de compte… » En effet, pour qu'un chèque soit accepté par une institution financière, il doit respecter la Norme 006 de l'Association canadienne des paiements, ce qui n'est pas une mince affaire.

En parcourant la centaine de pages de spécifications techniques pointues, j'en conclus que pour créer un chèque valide, il faut mettre sur pied une imprimerie spécialisée et investir une quantité de temps phénoménale pour créer un produit utilisable. Or, comme la plupart des chèques sont livrés par les institutions financières elles-mêmes et que leur coût est refilé directement au consommateur, il y a peu de chances qu'elles soient intéressées par un produit moins cher. De plus, comme la plupart des gens ignorent que rien ne les oblige à commander leurs chèques à leur institution financière, et comme le marché du chèque a chuté drastiquement depuis l'avenue des paiements par guichet et par internet, cela donne un marché potentiel minuscule, des commandes individuelles de l'ordre de 10 $, pour un investissement initial colossal.

Bref, je ne me rendrai pas riche en imprimant des chèques. Ça explique aussi pourquoi aucune autre entreprise n'exploite ce filon, laissant au monopole de D+H tout le loisir de facturer des prix ridiculement élevés.