687 billets et 961 commentaires jusqu'à maintenant

Le bec et les ongles de Josée Verner

Il y a des expressions qui apparaissent dans les médias et qui disparaissent par la suite. Des modes de vocabulaire si l'on veut.

Ces expressions sont soient l'effet d'un événement important, pensons à nos armes de destructions massives, ou encore popularisées par un personnage.

On se souviendra bien sûr de l'arrivé du mot prorogation au mois de décembre dernier.

Ces temps-ci, dans le cadre du scandale de la fête, ou commémoration, de la défaite des plaines d'Abraham, il est impossible de lire la position de Josée Verner sans qu'il soit ensuite question du fait qu'elle a défendu le projet «bec et ongles».

J'ignore de qui vient la première citation, mais chapeau, elle a fait des petits.

La bebitte aux doigts

L'hiver, quand on reste longtemps dehors pis qu'on a frette aux mains, ça fait mal au bout des doigts après quand on rentre en dedans.

Les vieux, dans mon pays, lorsqu'ils ont cette douleur aux doigts, disent qu'ils ont la bebitte aux doigts.

Vocabulaire saguenéen: se dévirer

DÉVIRER [SE] verbe pronominal (de virer).
Action d'une personne qui tourne la tête pour regarder derrière elle. Elle a entendu un bruit et elle s'est dévirée pour voir d'où il venait.

La parité du dollar canadien et du dollar américain: changement de paradigme

Dans mon jeune temps, c'est-à-dire dans les années 80 et 90, lorsqu'on voulait augmenter la valeur monétaire de quelque chose, on donnait son prix en ajoutant que c'était des dollars US (dire you-esse ou plus rarement eusse). Étant donné le taux de change de cette époque, il s'agissait toujours d'un montant substentiellement plus élevé.

Depuis le 21 septembre 2007, c'est chose du passé. Maintenant, le dollar américain est à parité avec le dollar canadien, changeant ainsi complétement la signification d'une telle affirmation. Pire, si la tendance se maintient, et tout indique que c'est ce qui va se passer, le valeur du dollar canadien va dépasser celle du dollar américain. L'expression de mon jeune temps va alors vouloir dire exactement l'inverse!

Ça fait tout de même un petit velour de savoir que notre huard a dépassé le tout puissant dollar américain. Économiquement, ce n'est pas nécessairement une bonne chose (je laisse l'analyse aux économistes dans la salle), mais psychologiquement ça veut dire que l'on ne pourra plus utiliser les lettres US pour minimiser un concept avec le mot canadien. Ça c'est une grosse différence.

On va pouvoir reparler de la piastre à Lévesque pour faire peur aux séparatistes!