696 billets et 966 commentaires jusqu'à maintenant

Campagne de publicité de l'Université de Montréal : L'avenir a besoin de vous

Voici une publicité que j'ai vue dans le métro ce matin:

Garçonnet noir avec un AK-47 dans les mains.

On y voit:
* Un garçon de 7-8 ans avec une arme automatique dans les mains;
* Le logo de l'Université de Montréal;
* Le slogan « L'avenir a besoin de vous ».

Cette campagne de publicité de l'Université de Montréal sort des sentiers battus, semble-t-il.

Je suis très perplexe devant le lien qui est supposé exister entre une formation à l'Université de Montréal et le phénomène des enfants soldats.

En fait j'éprouve comme un malaise. Ce qu'il faut pour combattre cette triste réalité, c'est plus d'universitaires? Vraiment?

7 commentaires à « Campagne de publicité de l'Université de Montréal : L'avenir a besoin de vous »

  1. Simon
    24 janvier 2008 | 13:39

    Plus d'universitaires blancs des pays industrialisés pour dire à l'Afrique quoi faire? Il y a comme un relent d'attitude coloniale naïve dans cette pub. Ça sent pas bon.

  2. maryse
    25 janvier 2008 | 15:18

    moi aussi, j'ai apperçu cette pub en prenant le métro hier soir… incroyable… je ne pouvais tout simplement pas le croire… le lien entre enfants soldats, mitraillette et université, pardon, mais il y est long le lien à faire… ahhh ben oui, l'université est supposé changer le monde … surtout quand on forme tout le monde avec la même sauce, "travail, argent, dodo"… depuis quand on est revenu au mandat de "l'école qui-rend plus-éclairé-et critique" sur les enjeux de ce monde? parce que moi je vois plus une université centrée sur le travail (sauf exceptions près).. en plus, comme si toutes les solutions de ce monde se trouvaient entre les murs d'une institution. Faut vraiment se sentir tout-puissant! Bref, extrême déception.

  3. 29 janvier 2008 | 16:53

    Depuis quand condamner les enfant soldats est une attitude coloniale ?

    Moi ça ne me choque pas. Au contraire, ça fait du bien de voir une université vivre avec son temps et oser prendre la parole sur des sujets sensibles. Réveillez-vous le monde n'est pas tout rose !
    Il faut arrêter de faire l'autruche, il faut se bouger le cul pour que ça change.

    Nous sommes dans un système économique mondial, avec des enjeux mondiaux, où les actes du plus petit pays ont une répercussion sur le plus gros. Aujourd'hui nous sommes concernés par tous, partout. Plus personne ne peut rester dans son coin et ignorer les autres.

    Et moi je fais confiance aux jeunes, ce sont eux qui demain auront le pouvoir de changer les choses. Et tout blanc que je suis, j'espère bien qu'il n'y en aura bientôt plus des gamins arrachés à leur famille pour être enrôlés comme soldats à 8 ans.

    Il y a donc une mission d'éducation de l'université, et elle commence avec leurs communications. Je dis bravo, on y arrive.

  4. slep
    30 janvier 2008 | 10:33

    On ne peut pas être contre les universités! voyons donc, réveillez-vous!
    UDM invite les futurs étudiants à discuter d’enjeux sociaux, de problèmes actuels
    wow moi ça me parle ce genre de communication, c’est authentique, vrai.
    ce que Maryse évoque à propos du «travail, argent dodo», appartient à la réalité du marché du travail,
    un sujet qui sera peut-être discuté à l’UDM?
    Simon, tu vois dans cette affiche le problème des relations entre pays industrialisés et l’Afrique,
    cool, un autre sujet intéressant qui sera sûrement abordé à l’UDM
    c’est en s’impliquant dans notre société qu’on arrive à changer quelque chose

  5. Simon
    30 janvier 2008 | 11:33

    Tout d'abord, je dois dire que tout le monde a bien raison ici: il n'est ni question de condamner l'Université (ou plutôt sa pub) pour son ouverture sur le monde, ni non plus question de minimiser la fonction de conscientisation que l'enseignement supérieur remplit (dans certaines disciplines, s'entend). Personne n'est contre la vertu.

    Et niveau engagement social, je dois admettre que cette pub est beaucoup plus intéressante pour un cégépien en mal de révolution qu'une photo de boardroom avec des vieux sexagénaires en veston (où se joue pourtant plus le sort des enfants soldats qu'il ne se joue sur le terrain). Ou encore une photo d'Autochtones, le tiers-monde qu'on ne veut pas voir dans notre cours. Ou HOMA.

    D'autre part, il faut reconnaître, comme Maryse le mentionnait, que l'université s'inscrit aujourd'hui dans le paradigme de l'économie du savoir poussé par l'OCDE qui se traduit notamment par une conception utilitariste des connaissances universitaires. Le savoir, perçu comme un stock, a principalement ici valeur de monnaie d'échange. Et les formations les plus populaires ont pour but de vous envoyer travailler en entreprise (ce qui en soi est tout à fait louable). L'Université, souhaitons-le, devrait être aussi engagée que sa pub. Mais elle ne l'est pas.

    J'imagine que ce n'est pas tant la pub qui me dérange (elle ne me dérange pas vraiment en fait), mais le courant "de l'engagement social sensationnaliste" dans lequel elle s'inscrit. Ce courant dévalorise indirectement l'engagement quotidien, fastidieux, plate et ô combien essentiel au bon fonctionnement d'une société.

    Mais imaginons la pub: une photo de couloir d'urgence avec pleins de vieux en jaquettes bleues. Le slogan "Le présent à besoin de vous". Et une invitation à faire sa maîtrise dans un domaine aussi palpitant que l'administration de la santé.

    Plutôt lire Naomi Klein, continuer à croire que danser dans la rue et jouer du tam-tam change le monde et aller creuser un puit en Afrique.

    Ceci étant dit, c'est une pub de la journée portes ouvertes du 6 février. Je serai à mon stand pour convaincre des gens de s'engager socialement à travers leurs études.

    au plaisir

  6. AsaCasa
    1 février 2008 | 15:22

    Si vous avez tant remaruqez cette pub, ce n’est très cartainement pas parce qu’elle ne fonctionne pas. Au contraire. C’est un appel au changement. Le problème « ici » c’est que tout l’monde a quelque chose à dire mais reste bien tranquille à la maison. C’est trop facile de critiquer la publicité. Beaucoup moins d’agir. Enfin une Université qui ne s’adresse pas à « sa clientèle » (et oui nous sommes tous la clientèle de quelqu’un) comme si ils s’adressait à des bureaux de comptable.

    allons donc.

  7. LMC
    25 mars 2008 | 0:41

    Alo tout le monde
    je viens d'un pays sous développé où la guerre et la misère fait ravage. Cependant j ai eu la chance d'avoir des parents plus ou moins aisés qui peuvent me payer des etudes à l'étranger. Personnellement, quand j ai vu cette publicité au métro j'ai été à la fois choquee et émue. Choquée: parce que finalement quelqu'un ose sortir du silence ces misérables de la guerre, pour conscientiser le MONDE sur ls conséquences et la gravité de la misère: énormément d'ente nous se foutent pas mal de ces situations critiques qui se déroulent à travers le monde, ou dans un systeme capitaliste les grandes puissances cntinuent à se nourrir des entrailles des pays démunis. Émue: Parce que c'est un appel au changement, c'est un appel à l'éducation. La majorite de ces pays sous developpes sont confrontés à des problemes d'analphabétisme. c'est dommage que vous ne reussissez pas à comprendre combien l'analphabetisme peut servir d'instrument de mutilation pour les habtants d'un meme pays. l'analphabète, qui dans la plupart du temps est issu d'un milieu défavorisé n'a certe pas l'opportunite de faire des études. Ce qu'il faut aussi comprendre c'est que ce dernier devient tres vulnerable dans la mesure où, il devient un etre aisément exploitable, cet etre humain meurtri par la misère se laisse aveugler et peut se laisser aller à des actions inhumaines, car il n'espere au bout du tunnel qu'une etincelle de vie meilleure. Cependant, ce qu'il n'a pas la capacite de comprendre est que ces propres actes finiront tot ou tard par l'enfoncer lui meme dans le gouffre et sa collectivité avec… Pour comprendre un phénomène pareil, il faut pouvoir developper son sens critique qui permettra de comprendre qu'une action personnelle se reflete et reagit sur notre communaute d'une maniere ou d'une autre, il faut pouvoir prendre un certain recul par rapport a une situation pour pouvoir tous avancer ensemble dans une seule direction… Et ceci, croyez moi,ca s'apprend sur les bancs de l'école. Cette pub est un appel à l'éducation et au changement, éduquons nous pour changer le monde. Personnellemnt je suis au canada dans le seul but de meubler mon esprit, afin de pouvoir apporter une contribution qui permettra de changer la situation chaotique qui existe chez moi. Voila le but de l'affiche selon moi…

Réagissez