696 billets et 970 commentaires jusqu'à maintenant

Les nombres

J'étais dans l'autobus, en pleine introspection. Je me demandais qu'est-ce qui, à la base, me choquait le plus dans l'utilisation du refroidissement éolien. Je lève les yeux et, je vois la réponse m'apparaître sur la première page du 24 heures:

Première page du 24 heures, édition du jeudi 7 février 2008. On y voit une photo avec le titre «52 morts».

Étonnement. Le gros titre n'indique que le nombre de morts: 52. On ne sait pas de quoi il s'agit. Ce qui compte, c'est le nombre de morts.

C'est à ce moment que j'ai réalisé. C'est l'utilisation des nombres. C'est la réduction de situations complexes à des nombres. De préférence un seul.

Le meilleur exemple qui me vient en tête est celui de la présence canadienne en Afghanistan. Combien de fois le nombre de soldats canadiens morts en Afghanistan est-il évoqué? Vous voulez voir le ridicule de la chose? Le 22 août 1914, durant la Première Guerre mondiale, 27 000 soldats français furent tués. 27 000 morts une journée! Fait que si on résume la présence canadienne en Afghanistan à 73 soldats et 1 diplomate tués, on ferait mieux de ne pas en parler. À quelque part, ça doit vouloir dire que les enjeux doivent être d'une autre nature.

L'utilisation qui est faite des sondages est un autre bon exemple. Qu'est-ce qu'un sondage sinon une avalanche de nombres qui tente de décrire une situation? Il arrive souvent que l'on fasse un sondage sur ce que pense la population d'un enjeux, sans débat ni diffusion d'information, et que l'on se tourne vers les politiciens avec ces résultats en main. Un exemple concret: 40 % des Québécois pour l'abolition des commissions scolaires.

C'est aussi ça, le refroidissement éolien et le facteur humidex, une réduction de la réalite à un nombre.

Les mathématiques, auxquelles j'associe les nombres, ont été inventés pour aider à comprendre la réalité. Pas pour réduire la réalité aux mathématiques.

3 commentaires à « Les nombres »

  1. Yannick
    11 février 2008 | 7:48

    Je ne veux pas détourner le sens du billet, mais une petite comparaison avec l'Afghanistan s'impose.

    Pendant la bataille de Normandie, soit du 6 juin 1944 au 31 juillet 1944, sont morts:
    176 officiers
    2160 soldats et sous-officiers, pour un total de 2336 hommes (j'assume ici qu'il n'y a pas de femmes dans ce nombre)
    Ceci nous donne une moyenne de 42 morts par jour.

    Dans les 2 dernières années en afghanistan (le gros des morts date de fin 2005, début 2006) il est mort environ l'équivalent d'à peine 2 jours de combats de la Normandie.

  2. Yannick
    11 février 2008 | 7:49

    Note: dans mon intervention ci-dessus, je parle de Canadiens seulement. Je n'inclus pas ici les autres pays alliés ou l'Allemagne. Comparons Canadiens pour Canadiens!

  3. 22 mars 2008 | 16:34

    de passage ici. Absolument pas d'accord avec votre analyse. C'est la même analyse qui a conduit les vrais auteurs des attentats du 11/9 à se tirer une balle dans le pied qui a fait 2987 victimes collatérales jugées supportables AU RGARD DES enjeux de l'agenda des milieux quasi-maffieux qui en ont profité derrière.

    Avec des raisonnements comme le vôtre, l'homme se ravale au rang de bête sauvage. Surtout si l'on met en face le nombre de civils innocents tués par les troupes d'occupation: environ 4000 civils au dernier trimestre 2007, 450 de plus en Janvier…

    Je suis français, et quand j'entends mon présidAnt envoyer 1000 soldats de plus, après avoir dit le contraire avant d'étre élu, j'ai simplement honte. Surtout qu'une fois là bàs, nos troupes n'ont qu'une vague idée de la vraie raison de leur présence, dont faire plaisir au clan au pouvoir ététsunien est la dernière en date. Que nos élites envoient leurs propres enfants et non ceux de la nation là bàs, au nom des valeurs qu'elles prétendent défendre, et on causera après.

    bluerider133@gmail.com

Réagissez