695 billets et 966 commentaires jusqu'à maintenant

Journalisme citoyen vs journalisme professionnel

Couverture du Journal de Montréal le 6 mai 2012

Fabien Deglise, journaliste au Devoir, était l'invité de l'émission de radio les Chemins de travers le dimanche 19 mai à Radio-Canada. Le thème de l'émission: « Le journalisme emporté par les réseaux sociaux ». Lors de la deuxième heure de l'émission, M. Deglise se désole de l'action des « journalistes citoyens », colportant ragots, ne vérifiant pas les informations qu'ils diffusent et cachant leurs affiliations (politiques, environnementales, commerciales, etc.). Il met ces journalistes en opposition aux journalistes professionnels, possédant une formation, vérifiant les informations et étant soumis à un code d'éthique. Comme exemple de traitement biaisé des journalistes citoyens, il prend le printemps érable, indiquant qu'à en croire son babillard Facebook et son fil Twitter, Montréal était à sang et en état de siège.

Or, les journalistes professionnels ne sont pas à l'abri des défauts du journalisme citoyen identifiés par M. Deglise. Dans un premier temps, suivre les évènements québécois du printemps érable sur LCN ou dans le Journal de Montréal, médias nourris par des journalistes professionnels, montrait ni plus ni moins un portrait semblable: Montréal était à sang et tenu en otage par les émeutiers. Le Conseil de Presse du Québec (CPQ) a d'ailleurs été particulièrement critique envers les médias traditionnels, Québécor plus que les autres, dans la couverture de ces évènements.

D'autre part, le code d'éthique auquel M. Deglise fait allusion est selon toute vraisemblance celui de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec. Mais à quoi sert un code professionnel s'il n'a aucun pouvoir coercitif? Et que penser de Québécor, qui refuse de reconnaître le CPQ, organe de surveillance de la presse du Québec mis sur pied pour contrebalancer la trop grande concentration des médias? Il n'a qu'à ignorer ses blâmes et ne pas couvrir ses constats dans ses propres médias, et voilà l'affaire réglée.

La concentration de la presse au Québec, comme dans beaucoup de pays dans le monde, a créé une catégorie importante de citoyens qui sont laissés pour compte dans la couverture médiatique, tant dans le traitement que dans les sujets couverts. Et c'est cela qui a favorisé l'éclosion des réseaux sociaux: une deuxième voix pour les producteurs et les consommateurs de contenus d'information, une voix « citoyenne ».

C'est ce qui explique en bonne partie la popularité de ces réseaux et c'est un sujet sur lequel M. Deglise fait malheureusement l'impasse dans son analyse. Offrir une vision manichéenne des médias sociaux ne fait pas avancer la compréhension de ce mode de communication, mais nous conforte plutôt dans l'opinion indémodable que « c'était mieux dans le temps ». Il y a certes de nouveaux problèmes créés par le journalisme citoyen, et il est important de les identifier. Mais il y a également des avantages indéniables, dont celui de donner une voix aux laissés pour compte de la couverture médiatique traditionnelle, professionnelle. Et ne serait-ce que pour cette cause unique, les médias sociaux constituent aujourd'hui une force qui peut changer le monde.

Les erreurs de La Presse et du Journal de Montréal

Au cours du printemps 2012, La Presse et le Journal de Montréal ont chacun commis une bourde monumentale pouvant être associée à de la propagande, se discréditant aux yeux de la population supportant les étudiants dans leur lutte.

L'erreur du Journal de Montréal

Le premier à avoir commis une faute est le Journal de Montréal. Au lendemain de la manifestation monstre du 22 avril, probablement plus de 200 000 manifestants, le Journal n’en parlait pas en une.

Une du Journal de Montréal le 23 avril 2012

Il faut dire qu’ils s’étaient déjà pratiqués avec la manifestation du 22 mars, entre 100 000 et 200 000 manifestants, où ils avaient réussi à titrer que le mouvement perdait des appuis avec en arrière-plan une photo de la foule.

Une du Journal de Montréal le 23 mars 2012

Quelques jours plus tard, au lendemain du congrès du PLQ à Victoriaville, une photo de mauvaise qualité apparaît à la une du Journal. Aussitôt, une rumeur de traitement Photoshop, par laquelle le Journal aurait ajouté une brique dans les mains de l'émeutier, se répand sur les réseaux sociaux. Rumeur démentie le lendemain.

Une du Journal de Montréal le 5 mai 2012

L'erreur du La Presse

La faute de La Presse est d’avoir fait sa une avec les résultats d’un sondage indiquant que les Québécois appuyaient massivement la loi 78, loi spéciale jugée par plusieurs comme violant à la fois la charte québécoise et la charte canadienne des droits. Or, ce sondage a une méthodologie des plus douteuses.

Cela a soulevé l’ire sur la Toile. On ne badine pas avec les libertés civiles. Christian Bégin a signé un texte, assez représentatif de la colère ambiante, appelant une campagne de désabonnements de La Presse. Celle-ci a été diffusée et appuyée sur les réseaux sociaux.

Le lendemain de cette erreur, La Presse a fait une autre bévue, pouvant confirmer la mauvaise foi qui aurait causée la première. Lors de la 26e nuit de manifestation à Montréal, la journaliste de La Presse Gabrielle Duchaine a été arrêtée et un de ses gazouillis a alors été repris sur Twitter : « Toujours avec @fatrudel du JdeM en état d'arrestation. Le policier m'a dit se "calisser" du fait que je suis journaliste #manifencours #ggi » . Le lendemain, une partie de ce texte apparaît sur l’article en ligne de la journaliste, pour être ensuite retirée sans explication.

Cette modification a probablement été faite pour des raisons éditoriales, le style du commentaire jurant sensiblement avec le niveau de texte que l’on retrouve habituellement dans La Presse. Mais encore une fois, il n’en fallait pas plus pour que la rumeur de censure à des fins de propagande se répande dans les réseaux sociaux.

Pour chacun de ses deux journaux, la première erreur a créé un contexte favorable à la propagation d’une rumeur par la suite. Une lecture possible de cette propagation est de confirmer le manque de crédibilité des réseaux sociaux. Il faut plutôt y voir une mesure de la méfiance qui s’est installée chez ceux qui prennent leurs informations sur ceux-ci: ils croient que ces journaux manipulent leur information pour soutenir le gouvernement et n'hésitent pas à faire circuler des nouvelles confirmant cette opinion.

Malheureusement, ces grands médias s'adonnent peu à l’autocritique. Lorsque des journalistes se font molester par les manifestants, cela est déplorée, avec raison, par beaucoup d’entre eux. Cependant, il serait bien qu’ils poussent la réflexion jusqu’à se demander comment les manifestants ont pu en arriver là.