696 billets et 966 commentaires jusqu'à maintenant

Du désintérêt politique: la montée des ONG

Des filles et des garçons

Ce billet est le sixième et dernier de la série Du désintérêt politique. Cette série présente des hypothèses expliquant le désintérêt de la population pour la politique dans les démocraties occidentales. Vous pouvez consulter toute la série en vous rendant sur le billet d'introduction.

Devant la montée en puissance des mégacorporations, le pouvoir de l'État sur la vie des citoyens semble diminuer. Ces corporations ont une influence accrue sur les politiques économiques, internationales et réglementaires des nations.

Devant l'étiolement du pouvoir de l'État, les citoyens optent pour un repli vers les mouvements abordant une seule problématique, plutôt que vers les partis politiques traditionnels qui semblent impuissants ou complaisants face à ces pressions. Ces mouvements, afin d'être distingués des gouvernements, sont regroupés sous un concept négatif: les organisations non gouvernementales (ONG).

Comme la majorité des ONG se concentre sur un seul enjeu (environnement, féminisme, paix, antimondialisation, etc.), il est possible aux individus de cibler une ONG agissant sur un enjeu important à leurs yeux. Il est ainsi plus aisé d'être en accord avec les positions d'une ONG, concentrée sur une seule problématique, plutôt que sur celles d'un parti politique traditionnel qui doit avoir une multitude de positions face aux enjeux touchant la société. Il est possible de magasiner ses ONG pour qu'ils correspondent à nos principes, comme on compose un bouquet de fleurs, alors que les partis politiques sont plutôt comme des boîtes de chocolats assortis; il y en aura toujours quelques-uns qui nous déplairont.

Un parallèle peut aussi être fait entre l'explosion du nombre des ONG et la société de consommation. La montée des ONG correspond en effet à la diversification des produits de consommation dans les années 70. Selon ce nouveau paradigme moussé par l'industrie de la mise en marché, l'individu se différencie par ce qu'il consomme, la diversité des produits disponibles lui permettant d'exprimer sa personnalité et d'être unique par ses choix. Il en serait de même pour les ONG, chaque personne peut choisir une cause et l'ONG qui lui correspond et s'y identifier. On lui remettra même un insigne (ruban, bracelet) pour afficher cet appui.

Certaines ONG sont actives par delà les frontières des États. De cette façon, elles ont une étendue rivalisant avec celle des mégacorporations ayant des intérêts dans plusieurs pays. Pour plusieurs enjeux, les ONG sont donc mieux adaptées que les États, dont le pouvoir ne dépasse habituellement pas ses frontières, pour faire contrepoids à ces corporations.

Ajoutons à cela que la pression médiatique à laquelle les politiciens sont soumis est plutôt absente auprès des porte-parole ou des dirigeants des ONG.

Pour toutes ces raisons, les personnes désirant s'impliquer pour influencer le fonctionnement de la société opteront souvent pour les ONG plutôt que pour un parti politique. L'effet de ces organisations est plus ciblé, plus concret et l'attention médiatique moins grande. On peut voir cette implication de façon positive: le nombre de personnes s'impliquant dans la société est toujours important, il y a simplement eu migration des partis politiques vers les ONG.

Au Québec

Il y a 40 ans, aucune ONG n'était présente dans les débats de sociétés entourant l'environnement. Pensons par exemple à la construction en 1971 des barrages sur la Grande Rivière à la baie James. Les opposants au Parti Libéral du Québec (PLQ) étaient les Cris et le Parti Québécois (qui prônait plutôt l'utilisation de l'énergie nucléaire).

D'autre part, regardons le dossier contemporain des gaz de schistes. Il y a le PLQ d'un côté, appuyé cette fois-ci par une coalition de corporations gazières. De l'autre côté, on retrouve encore le Parti Québécois mais, cette fois-ci, il est appuyé par une constellation d'ONG de défense de l'environnement (AQLPA, Nature Québec, Greenpeace, etc.).

Hier comme aujourd'hui, le secteur privé est présent aux côtés du parti au pouvoir afin de favoriser son profit. L'élément nouveau, ce sont les ONG qui tentent de leur faire contre poids avec l'opposition. Alors que les partis politiques de part et d'autre demeureront les mêmes, les ONG changeront selon les enjeux.

Au niveau de l'implication personnelle, le cas de Steven Guilbeault est révélateur. Alors qu'il était porte-parole pour Greenpeace Québec, il s'est vu offrir un château fort du Parti Libéral du Canada (PLC), alors en position de former le gouvernement. Étant donné son profil, on peut penser que le PLC lui aurait offert le poste de ministre de l'Environnement dans l'éventualité où il aurait pris le pouvoir. Plutôt que de saisir l'opportunité d'occuper le poste le plus puissant au niveau de la législation environnementale au Canada, sans parler d'influence internationale, Steven Guilbeault a préféré décliner l'offre, pour des raisons personnelles, mais aussi parce qu'il croit que la cause écologique est mieux servie s'il oeuvre dans une ONG plutôt que dans un parti politique, fut-il ministre au pouvoir.

Si les gens ayant l'environnement à coeur suivent la voie tracée par Steven Guilbeault, ils seront d'emblée exclus des postes de pouvoir, les laissant à d'autres sur lesquels ils devront faire pression.

Le problème soulevé par les ONG n'est pas qu'elles canalisent une partie des gens désirant s'impliquer, mais qu'elles véhiculent l'image de l'implication politique comme étant impure. Par opposition, les gens impliqués dans les ONG seraient plus intègres, conservant la virginité de leurs principes.

Toutefois, il ne faut pas oublier que c'est en exerçant directement le pouvoir que l'on a le plus d'effet sur le cours des événements, pas en faisant pression sur ceux qui le détiennent, aussi noble et efficace soit-on.

Du désintérêt politique: La fragmentation des médias

Des filles et des garçons

Ce billet est le quatrième de la série Du désintérêt politique. Cette série présente des hypothèses expliquant le désintérêt de la population pour la politique dans les démocraties occidentales. Vous pouvez consulter toute la série en vous rendant sur le billet d'introduction.

Si on compare le paysage médiatique de 2010 avec celui d'il y a 30 ans, on constate que le nombre de canaux par lesquels il est possible de recevoir de l'information a été multiplié. Le nombre de chaînes de radio et de télévision n'a cessé de croître et, quelque part au milieu des années '90, internet est apparu dans la sphère publique, devenant rapidement une source importante d'informations dans les démocraties du monde.

Cette augmentation de canaux nécessite un accroissement des ressources consacrer à son alimentation en contenu. Bien qu'il y ait eu un gain de productivité dans les 30 dernières années, notamment grâce à l'informatique, ce gain n'est pas assez important pour combler l'espace créé par l'apparition des nouveaux canaux.

Les secteurs d'information, jadis couverts par des journalistes, sont maintenant oscultés par des spécialistes venant de divers horizons. Nombre d'animateurs et de chroniqueurs ont les formations les plus diverses, abordant l'actualité avec un bagage et un langage ne visant pas nécessairement la neutralité journalistique. Il est entendu que la neutralité journalistique est une utopie, mais c'est tout de même un idéal que cherchent à atteindre la majorité des journalistes, alors qu'un animateur d'émission de variétés ne se sentira probablement pas soumis à cette éthique.

Puisque les partis politiques visent maintenant la population en général (cf. deuxième billet de cette série), leurs communications doivent passer par les canaux touchant leur public cible. Encore une fois, ce sont les sondages qui relient les messages au canal idéal. Tous les canaux ne sont pas aptes à bien recevoir un message d'intérêt public ou politique.

Les entrevues ou performances des politiciens prennent alors diverses formes, de sérieuse à légère, en fonction de la nature du canal par lequel le politicien veut passer. Ce faisant, la frontière démarquant les canaux de diffusion sérieux des autres est effacée: tout est bon pour passer un message.

De plus, les ressources, autant financières qu'humaines, disponibles pour chacun des canaux ont diminué. Cette diminution a pour conséquence, dans un contexte de lutte pour les cotes d'écoute, que l'intérêt du public doit être capté à faible coût. L'autoroute pour arriver à ces fins c'est la rumeur, l'anecdote et le scandale. Toutes des attitudes qui, lorsqu'appliqué à la politique, incitent la population à déconsidérer ce sujet.

Nous remarquerons aussi que l'élite économique, suite à cette fragmentation, a diminué au minimum ses apparitions dans les médias, préfèrant engager des firmes de communication ou de relation publique qui contrôlent le message à diffuser. Autre point positif de ce retrait pour l'élite économique, ce sont les spécialistes de la communication qui sont vus par la population. Les membres de cette élite limitent leur exposition personnelle et, indirectement, leur implication officielle dans les débats. Ce sont les corporations qui engagent les firmes de communication, par les présidents ou les dirigeants des entreprises. Sauf exception lors d'immense castrophe telle que BP dans le golfe du Mexique, ce sont les êtres moraux qui sont par la suite blâmés, pas les dirigeants. Ils peuvent donc par la suite être engagés par une autre corporation, sans crainte de trainer une image entachée de scandales.

Ajoutons à cela, tel que vue dans le troisième billet de cette série, que les valeurs promues par les médias et la population en générale favorise les valeurs économiques, ils ont ainsi tout intérêt à se tenir loin des débats.

Au Québec

Au Québec, le nombre de chaînes disponibles sur le câble a explosé depuis 10 ans. En faire le décompte relève du défi. Chose certaine, on est des années-lumières des 3 chaînes qui formaient jadis l'essentiel du paysage télévisuel: Radio-Canada, Télé-Métropole et Télé-Québec (on pourrait aussi ajouter TQS).

L'émission Tout le monde en parle reçoit depuis ses débuts des politiciens en entrevue. Animé par un humoriste/acteur, les propos des invités sont souvent coupés par les interventions du fou du roi, empêchant la conversation de poursuivre son cours vers un propos qui serait considéré comme trop sérieux. Parfois hors propos, parfois juste, les présences des politiciens à cette émission ont des résultats hasardeux. Comme les contours de l'émission sont mal définis, on y reçoit des invités mais on n'indique pas toujours à quelle fin si ce n'est, comme le titre le laisse à penser, que tout le monde en parle… Cette émission illustre bien le flou qui existe dans le style des médias: est-ce de l'information, du divertissement? On ne sait trop.

Pour ce qui est du retrait des compagnies privées de la scène médiatique, les exemples sont nombreux au Québec, notamment dans le domaine des ressources naturelles. Dans le domaine minier, plus précisément de l'uranium, ces compagnies ont engagé via la firme de relations publiques National l'ex-député du Bloc Québécois Yvan Loubier. Les compagnies minières se cachent derrière ce porte-parole qui connaît les rouages de la politique québécoise, qui est bien branché auprès de l'opposition, il fait partie de la famille souverainiste, et qui n'est pas en lien direct avec ses véritables employeurs. Le parti au pouvoir est bien sûr sensible aux arguments économiques mis de l'avant par monsieur Loubier justifier l'exploitation des mines d'uranium en sol québécois.

André Caillé dans le dossier des gaz de schistes supporte aussi cette hypothèse du retrait de l'élite économique.