695 billets et 966 commentaires jusqu'à maintenant

Les États-Unis et la Chine aux Jeux Olympiques

Anneaux olympiques

Selon toute vraisemblance, la Chine terminera premier au tableau des médailles aux Jeux Olympiques de Pékin. Je me suis demandé ce que cela pouvait bien représenter au niveau historique. Voici mes observations.

Les États-Unis aux Jeux Olympiques

Les États-Unis sont la puissance dominante dans l'histoire des Jeux Olympiques. En 25 Jeux Olympiques, ils ont terminé premier au tableau des médailles à 15 reprises, deuxième à 8 reprises, troisième une seule fois et ont boycotté les JO des Moscou en 1980.

C'est à Montréal que les États-Unis ont terminé troisième, derrière l'URSS et la République démocratique allemande (RDA).

Depuis 1912, il y a seulement deux pays qui ont détrôné les États-Unis pour le nombre de médailles (j'exclus les JO de Moscou en 1980, boycottés par les États-Unis):
* Allemagne: 1936
* URSS: 1956, 1960, 1972, 1976, 1988, 1992 (Équipe unifiée de l’ex-URSS)

La Chine aux Jeux Olympiques

Première apparition de la République de Chine aux JO: 1932

Il y eu de la chicane avec Taïwan après la révolution de 1949, ce qui fait que la République populaire de Chine ne sera présente qu'à partir des JO de Los Angeles en 1984.

À sa première présence aux JO, la Chine termina 4e au tableau des médailles avec un total de 32 (cette position élévée est due au boycott de ces JO par le bloc de l'est, notamment par l'URSS et la RDA).

En 5 JO, la Chine a dépassé le Canada pour le nombre des médailles obtenues, tout JO confondus (286 médailles pour la Chine, 242 pour le Canada).

La position de la Chine au tableau des médailles depuis 1988:
* 1988: 11ème 28 médailles;
* 1992: 5ème 54 médailles;
* 1996: 4ème 50 médailles;
* 2000: 3ème 59 médailles;
* 2004: 2ème 63 médailles;
* 2008: 1er? ?

La Chine a fait son apparition dans le top 3 du tableau des médailles en 2000. Selon toute vraisemblance, elle sera la troisième puissance à battre les États-Unis depuis 1912, après l'Allemagne et l'URSS.

L'Inde aux Jeux Olympiques

Un petit extra pour fin de réflexion.

L'Inde, le deuxième pays le plus peuplé de la planète, a participé à tous les JO depuis 1920. Elle a un total de 18 médailles en 22 JO, ayant obtenu au plus 2 médailles. Sur ces 18 médailles indiennes, 11 ont été gagnées au hockey sur gazon.

L'Inde est ainsi classé au 50ème rang dans le décompte des médailles olympiques par nations. Pour fin de comparaison, le Canada, avec une population Ô combien moindre, a obtenu 242 médailles durant cette période et est classé au 16ème rang.

C'est extrêmement peu de médailles pour une si grande population. Comment expliquer cela?

Références

Wikipédia:
* Jeux olympiques d'été;
* Inde aux Jeux olympiques;
* Décompte des médailles olympiques par nations

Le boycott des Jeux Olympiques de Montréal

Anneaux olympiques

La plupart d'entre-nous savons que les Jeux Olympiques de 1980 à Moscou ont été boycotté par une cinquantaine de nations (dont le Canada). Nous savons souvent aussi que les Jeux de 1984 à Los Angeles ont été boycottés par une quinzaine de pays du bloc de l'est (notamment par l'U.R.S.S.).

Mais, saviez-vous que les Jeux Olympiques de 1976, ici même à Montréal, furent boycottés par 28 pays africains? Ces pays refusèrent de participer aux Jeux de Montréal pour protester contre la présence de la Nouvelle-Zélande. L'équipe de rugby de ce pays avait participé à une tournée en Afrique du Sud, ce pays pratiquant toujours l'apartheid à ce moment.

Autres curiosités de ces jeux:
* Le Canada est le seul pays à ne pas avoir remporté de médaille d'or alors qu'il était l'hôte des Jeux (Montréal 1976 et Calgary 1988);
* Le Canada a fini en 27ème place au chapitre des médailles en 1976, à la même position qu'aux Jeux Olympiques précédent à Munich en 1972 (aucune médaille d'or).
* Le médaillé d’argent Boris Onishchenko (URSS) est exclu des compétitions, pris en flagrant délit de tricherie lors de l'épreuve d'escrime du pentathlon moderne. Il provoquait l’allumage de l’ampoule témoin grâce à un interrupteur.
* Le dernier paiement pour le stade Olympique de Montréal a été effectué en décembre 2006.
* La flame olympique a été transmise électroniquement par satellite d'Athènes à Ottawa, ayant comme source des impulsions électroniques calculées à partir de la flame olympique originale. Après qu'une averse ait éteint la flamme olympique quelques jours après l'ouverture des Jeux, un responsable la ralluma avec son briquet.

Sources:
* Wikipédia;
* Comité international olympique (pdf).

Entendu au bistroT de Paris

Entendu au bistroT de Paris lors du match Sabres vs. Canadiens le samedi 20 octobre.

C'est quoi le lancer préféré du plombier?
Le lancer dévié.

Quel est le moment du match préféré des artistes?
Le mime nationale.

C'est quoi la position préférée d'un joueur de hockey unijambiste?
Au point d'appuie.

C'est quoi le tir préféré des joueurs de hockey Afghans?
Le tir voilé. Le lancer dans un filet désert est un réponse également valide.

C'est quoi la position préférée du gars qui haïs pas ça se payer une pute de temps en temps?
Dans la slot.

C'est quoi le geste préféré d'un garagiste qui joue dans une ligue de garage? (Oui, ça se peut)
Le body check.

C'est quoi la position préférée du livreur de pizza qui joue au hockey?
À la pointe.

Quel est le moment du match préféré des gamblers?
La mise au jeu.

C'est quoi le call préféré d'un arbitre toxicomane?
2 lignes.

Merci à Julien et Dédé.

Le Dictionnaire général de la langue française au Canada

J'ai acheté, il y a de cela déjà quelques années, le Dictionnaire Général de la Langue Française au Canada pour la ridicule somme de 25$. Ce dictionnaire, aussi appelé dictionnaire Bélisle du nom de son auteur Louis-Alexandre Bélisle, fut publié pour la primière fois en 1957.

C'est en fait « une oeuvre unique en ce qu'il donne non seulement tous les mots de la langue française […] mais, en plus, on y trouve tous les mots du langage populaire canadien avec leurs équivalents en français littéraire. Sa compilation a duré 22 ans. […] On y trouve près de 55,000 articles, quelques 4,500 canadianisme, plus de 3,000 illustrations très modernes et très "nord-américaines". »

Les définitions des canadianismes, indiqués par la fleur de lys Fleur de lys stylisée, sont souvent savoureuses et les illustrations ne le sont pas moins. Je vous propose une série qui nous permettra de les découvrir.

Commençons cette série par

Le gauleur

Image dessinée d'un gauleur de hockey devant un filet

gauleur (angl. goaler) n.m. Fleur de lys styliséeGardien de buts: le gauleur a laissé entrer cinq points.

La Soirée du hockey à Radio-Canada

Suite à la lecture d'une nouvelle sur le site web de Radio-Canada, je m'étais mis à mon clavier pour écrire un courriel à Mme. Liza Frulla, alors ministre du Patrimoine canadien et ministre responsable de la condition féminine.

Date: Ven, 25 Nov 2005 09:52:38 -0500 (EST)
De: Miguel Tremblay
À: liza_frulla(à)pch.gc.ca
Sujet: La Soirée du hockey à Radio-Canada

Bonjour Mme. Frulla,

Suite à votre déclaration
(http://www.radio-canada.ca/sports/hockey/2005/11/24/001-SoireeHockeyFrulla.shtml)
, je vous écris pour vous faire connaître ma profonde désolation de ne pouvoir suivre les parties de hockey des Canadiens de Montréal à la télévision, pour la simple raison que je ne suis pas abonné au cable.

Le hockey est un intérêt commun à tous les Canadiens et, alors que les Canadiens du Canada anglais peuvent suivre les performances de leurs équipes locales, ceci est refusé aux Québécois.

Pourriez-vous rétablir l'équilibre à l'échelle canadienne svp ?

Je vous remercie,

Miguel Tremblay
7560 De Gaspé #3
Montréal, Québec

Quelle ne fut pas ma surprise lorsque je reçu hier (16 janvier 2006) une lettre, et en papier svp, de Patrimoine Canada.

Patrimoine Canada

Monsieur Miguel Tremblay
7560 De Gaspé, app. 3
Montréal (Québec)
H2R 2A2

[La date « 11 JAN. 2006 » est étampée à gauche de mon adresse]

Monsieur,

Je donne suite à vos commentaires adressés à l'honorable Liza Frulla, ministre du Patrimoine canadien et ministre responsable de la Condition féminine, concernant le retour de l'émission La Soirée du hockey sur les ondes de la Société Radio-Canada (SRC).

Je peux vous assurer que la ministre a pris note de votre point de vue. Permettez-moi cependant de vous apporter les précisions suivantes. Bien que le ministère du Patrimoine canadien soit responsable de l'ensemble de la loi et de la politique sur la radiodiffusion, la SRC jouit, en verte de la Loi sur la radiodiffusion, d'une indépendance en matière de programmation. C'est donc à la direction et aux membres du conseil d'administration de la SRC que revient la responsabilité ultime des opérations quotidiennes de la Société. Par conséquent, si vous ne l'avez pas déjà fait, je vous invite à acheminer vos observations directement à M. Robert Rabinovitch, président-directeur général de la SRC, aux adresses ou aux numéros indéqués en annexe.

Je vous signale par ailleurs que la Loi confie à la SRC le mandat d'offrir une très large programmation qui renseigne, éclaire et divertit, mais sans toutefois préciser un type d'émissions en particulier comme les sports.

Enfin, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), chargé d'attribuer les licneces, de réglementer et de superviser le système canadien de radiodiffusion, n'a imposé aucune condition de licence de radiodiffusion à la SRC en ce qui à trait aux émissions sportives. Vous pourriez cependant faire part de vos préoccupations à Mme Diane Rhéaume, secrétaire générale du CRTC, dont vous trouverez les coordonnées ci-jointes. En effet, le CRTC maintient un dossier des plaintes déposées contre les radiodiffuseurs et celles-ci sont prises en considération lors du processus de renouvellement des licences.

Espérant que ces renseignements vous seront utiles, je vous prie d'aggréer, Monsieur, l'expression de mes sentiments les meilleurs.

Le directeur du Secrétariat
de la correspondance ministérielle,
[NDLR:Signature qui a l'air vraiment vrai et non imprimée.]
Luc Rouleau

Sur une autre page, l'annexe contenant les coordonnées des responsables dont il a été fait mention dans la lettre:

Annexe
Monsieur Robert Rabinovitch
Président-directeur général
Société Radio-Canada
Case postale 3220, succursale C
Ottawa (Ontario)
K1Z 6R5

Téléphone: (613) 288-6000 ou 1 800 306-4636
Courriel: commho(à)ottawa.cbc.ca
Site Web: www.cbc.radio-canada.ca

Madame Diane Rhéaume
Secrétaire générale
Conseil de la radiodiffusion
et des télécommunications
Ottawa (Ontario)
K1A 0N2

Téléphone: (819) 997-0313 ou 1 877 249-2782
Télécopieur: (819) 994-0218
Site Web: www.crtc.gc.ca

Curieux que la Secrétaire générale n'ait pas d'adresse courriel.

Je vais faire suivre mon commentaire à tout ce beau monde, on verra bien ce qui va se passer.