696 billets et 966 commentaires jusqu'à maintenant

Conte de l'accélération

Route en automne au Québec

Une fois c'était 4 gars dans un char. Ils sont sans le sou, le char est trop beau pour être le leur, il leur a manifestement été prêté.

Le conducteur démarre.

Il accélère de 0 à 50 km/h.

Il accélère de 50 à 100 km/h.

Il accélère de 100 à 150 km/h.

À 150 km/h, le passager à côté du conducteur commence à s'inquiéter. Il en fait part au conducteur qui lui répond:

— Ça a bien été de 0 à 50 km/h ?

— Oui …

— Ça a bien été de 50 à 100 km/h ?

— Oui …

— Ça a bien été de 100 à 150 km/h ?

— Oui …

— C'est quoi là? Tu voudrais que j'arrête d'accélérer? Avec cette mentalité, on ne serait jamais parti, on serait toujours resté à 0 km/h. C'est ça que tu veux, qu'on avance pas?

— Je veux bien, mais peut-être que le char est pas faite pour aller aussi vite et que le moteur va péter? S'il arrive un obstacle inattendu, un chevreuil mettons, si on va trop vite on aura peut-être pas le temps de l'éviter? Peut-être que les pneus ne réagiront plus de la même façon sur l'eau sur l'asphalte? Qu'est-ce que tu vas faire rendu à 200 km/h de toute façon, continuer à accélérer?

Rien n'y fait, le conducteur ne démord pas. Ça a fonctionné jusqu'ici, y a pas de raison que ça arrête.

Pendant ce temps-là, un des gars en arrière joue au Game Boy avec ses écouteurs sur les oreilles. Il est en train de battre son record à Mario Kart.

L'autre est en train d'envoyer des messages sur Twitter à l'aide de son iPhone en s'extasiant sur le changement de paradigme que constitue ce nouveau mode de communication. Au mouvement de ses hanches entravé par la banquette, on devine qu'il a le goût de danser.

Le passager à côté du conducteur commence sérieusement à prendre peur. Il feint l'envie de pisser. Pas le choix, il faut s'arrêter à la prochaine sortie.

Le passager sort de la voiture et va pisser. De retour, il ouvre la porte du conducteur et le somme de lui remettre les clefs.

— Y a pas de raison que ce soit juste toi qui conduises, espèce de fripon! Donne-moi les clefs! Le char est pas à toi! Envoye!

Les 2 passagers à l'arrière restent ébahis et le regardent faire.

Mécontent, le conducteur cède la place. Il ne voulait quand même pas que ça vire en bagarre. Le passager prend le rôle de conducteur. Il regarde dans le manuel d'instruction du char quelle est la vitesse optimale du moteur, accélère et stabilise à cette vitesse.

Les 2 passagers à l'arrière continuent à jouer au Game Boy et à Twitter.

4 commentaires à « Conte de l'accélération »

  1. 31 mars 2009 | 11:15

    Euh… c'est tu moi ou y'a pas de punch ?? :-)

  2. 2 avril 2009 | 23:50

    Le char était-il rutilant ?

  3. similisim
    8 avril 2009 | 12:43

    La morale serait que l'accélération des communications n'est pas garante d'une vie meilleure. Et plus subtilement, que pendant qu'on s'extasie sur ces nouveaux moyens de communications, on passe à côté d'enjeux beaucoup plus important concernant, par exemple, la gouvernance du net (d'où la métaphore du conducteur insouciant [intérêts privés et gouvernement insuffisamment compétent en la matière] - et du passager consciencieux [Miguel]).

    Finalement, la morale c'est que je peux continuer à jouer au gameboy en arrière. Miguel est là.

  4. 11 avril 2009 | 10:51

    Si tu joues à Mario Kart, tu vas pouvoir être le chauffeur suppléant.

Réagissez