696 billets et 966 commentaires jusqu'à maintenant

Los Angeles - Chicoutimi: Jour 29

Lino sur la route

Los Angeles - Chicoutimi est une série de billets écrits par Lino Tremblay lors de son périple en vélo entre ces 2 villes. Vous pouvez consulter la série complète des billets en retournant sur la page d'accueil de cette section du site.

Jour 29

Date: 19 juin 2011
Emplacement: Boucherville, QC
Distance de Los Angeles (à vol d’oiseau): 4005 km
Distance de Chicoutimi (à vol d’oiseau): 361 km

Sur Columbus et Cleveland, il n'y a pas grand-chose à dire, mis à part que quelques tronçons de piste cyclable facilitent les déplacements dans Columbus (ce que je n'avais pas vu depuis longtemps dans une grande ville), et que la principale qualité de Cleveland est de se trouver sur les rives d'une étendue d'eau digne de ce nom (ce que je n'avais pas vu depuis le début de ce voyage), le lac Érié.

Cleveland
Cleveland

Par contre, j'ai vu plusieurs endroits qui m'ont fait regretter d'avoir renvoyé mon matériel de camping au Saguenay (je ne sais plus si je l'ai mentionné, mais j'ai décidé tôt dans le voyage de dormir dans des motels jusqu'à la fin). Le plus tentant a été un immense manoir abandonné, dans un coin tranquille de l'Ohio. Bien entendu, c'était interdit de trépasser sur les lieux, mais bon, personne ne l'aurait remarqué.

Décord de film d’horreur
Un vrai décor de film d'horreur, et j'ai manqué l'occasion d'y passer la nuit…

À Perry, juste avant de quitter l'Ohio, je suis passé près du centrale nucléaire. Comme je n'en avais jamais vu en vrai, je suis allé l'examiner de plus près. Cette centrale devait à l'origine être composée de deux réacteurs, mais un seul a été terminé. L'autre (celui qui ne boucane pas) n'a jamais été complété, faute d'argent (six milliards de dollars avaient déjà été consacrés au projet, quand même!). Non seulement la structure qui est toujours en place n'a-t-elle jamais servi, mais elle devrait probablement être reconstruite à partir de zéro s'il était décidé d'ajouter un deuxième réacteur, tant elle est vieille (elle date du début des années 1980). Il y aurait matière à comparaison avec certaines installations sportives du Québec, mais je vais m'abstenir.

Perry, OH
Perry, OH

Après un bref passage en Pennsylvanie (où Erie s'est mérité le titre de ville la plus laide de mon voyage), je suis arrivé dans l'État de New York. Finalement, ce n'est pas à Buffalo que je suis sorti, mais à Rochester. Comme les autres grandes cités visitées auparavant, Rochester (210 000 habitants, 1 000 000 avec la couronne) ne m'a pas coupé le souffle. Pour la première fois du voyage, j'ai refusé une chambre d'hôtel (ce qui n'est pas peu dire, compte tenu de mon seuil de tolérance aux motels cheap passablement élevé). Le soir de mon passage, c'était le festival de jazz. Les rues étaient pleines de monde - et surtout très sales. Pour ce qui est du night life, c'était quelque chose, mais je dois avouer que ça ressemblait plus à un gros Chicoutimi un soir de Rythmes du monde qu'à une rue St-Laurent ou Ste-Catherine par une belle soirée d'été.

C'est donc avec bonheur que je suis retourné sur les routes de campagne de New York le lendemain. Cet État a été un de mes préférés pour deux raisons. Tout d'abord, les accotemments sont démesurément larges (on pourrait y rouler à quatre de front par grands bouts) et la plupart du temps en bonnes conditions. Ensuite, il y a beaucoup de kiosques de petits fruits, surtout le long du lac Ontario. Je serais bien embêté d'expliquer pourquoi, mais j'éprouve un vif plaisir à manger des fraises en roulant - et surtout à jeter la queue dans le fossé d'un geste décidé et finalement m'essuyer les doigts sur mon cuissard.

Accotement de New York
Accotement de New York

Vingt-neuf jours après mon départ de Los Angeles, me revoici sur les routes cahoteuses du Québec. Encore une fois, j'ai été en mesure de constater à quel point notre réseau routier fait dur, et encore une fois, à quel point l'excuse de l'hiver rigoureux ne tient pas la route (ils ont cela aussi à cent mètres au sud des douanes, pourtant, l'asphalte est belle).

Il me reste moins de 600 km à faire maintenant. Entre Montréal et Québec, je roulerai sur la 132. Ensuite, je ferai un petit crochet sur St-Siméon, histoire de vraiment faire 6000 km. En plus, ça va me permettre d'affirmer que j'ai traversé à vélo tous les villages côtiers du St-Laurent en aval de Montréal, jusqu'à Blanc-Sablon au nord et Percé au sud.

3 commentaires à « Los Angeles - Chicoutimi: Jour 29 »

  1. D.Lev
    21 juin 2011 | 21:21

    C'est le dernier droit !
    Et tu passeras des fraises au bleuets ;-)
    Bonne route pour la fin…

  2. Claire Guimond
    22 juin 2011 | 12:39

    Bravo Lino, ce fut un plaisir de te suivre sur ton blog. Que de courage et de persévérance je lis dans ces textes. Tu écris très bien et on sent tes états d'âmes et tes coups de cœur d'amour ou d'effort c'est selon. À bientôt

  3. christine hiller
    23 juin 2011 | 10:55

    Je viens de réaliser pourquoi tu n'est pas au bureau, Lino ! Un très beau voyage - pour une bonne cause. Félicitations !

Réagissez