696 billets et 966 commentaires jusqu'à maintenant

VLC: pour en finir avec les codecs vidéo

Icône de VLC

N'êtes-vous pas tanné, lorsque vient le moment de lire un fichier vidéo, de vous faire répondre par votre ordinateur que « vous n'avez pas ce codec d'installé »?

Les extensions mov, wmv, Xvid, DivX, asf, ogg sont pour vous des mots qui sont sources de problèmes lorsque vient le temps d'ouvrir un fichier?

Voici une solution qui règlera tous ces problèmes une fois pour toute: le lecteur multimédia libre VLC.

Il fonctionne sur les trois principales plateformes (GNU/Linux, Windows et même Mac) et a l'avantage d'intégrer les codecs nécessaires à la lecture de la plupart des formats audio et vidéo (ceux que vous et moi recontrons dans notre vie de tous les jours). Le lecteur curieux pourra consulter la page sur wikipédia pour ce logiciel pour se convaincre de la puissance de l'engin.

Finit l'époque où il fallait avoir plusieurs logiciels propriétaires (Quicktime et Windows Media Player notamment), chacun étant capable de lire seulement une poignée de type de fichiers spécifiques à la plateforme, et surtout aux formats que la compagnie tente de promouvoir. VLC, un logiciel libre au service de l'utilisateur, et non de la corporation qui la publie.

Une autre affaire de réglée.

Des diagrammes circulaires

J'ai reçu cette image sur la ptafflist:

Sur le diagramme circulaire, nommé pie chart en anglais, on a l'impression que la part d'Apple (19,5%) est plus importante que celle de la catégorie Autre (21,2%). Comment se fait-il?

Suit ensuite, sur la même liste de diffusion, un document pdf expliquant pourquoi l'utilisation du diagramme circulaire est, dans la quasi totalité des cas, un mauvais outil de représentation graphique.

Les commentaires de quelques membres de la liste:
* « excellent article!!!! »
* « très intéressant »
* « Ovation debout »

Quiconque ne désire pas devenir un gestionnaire carburant aux présentations PowerPoint (TM) et considérant qu'écrire une macro Excel (TM) consiste à programmer, se doit d'éviter les diagrammes circulaires.

Ne vous laissez pas faire, défendez-vous des diagrammes circulaires! (TM)

Université de Montréal et iTunes U: les détails techniques

Suite au lancement du service iTunes U de l'Université de Montréal en début d'année, je me suis posé des questions sur ce service, notamment sur les côtés techniques et les arguments qui ont conduit à ce choix. Les nouvelles couvrant ce sujet reprenant les mêmes 3 paragraphes (Bruno G, Branchez-vous!, itWorldCanada, etc.), j'ai contacté le soutien de ce service pour avoir réponses à mes interrogations. Je ne vous cacherai pas que j'étais aussi motivé par la question de l'accessibilité au contenu pour les gens qui n'ont pas la plateforme Mac ou Windows.

J'ai eu un entretien téléphonique avec Stéphane Boutin, conseiller pédagogique au Bureau de l'environnement numérique d'apprentissage (BENA) et chargé d’application pour le projet iTunes U. Voici un résumé de ce que j'ai appris pendant notre conversation.

Le projet de rendre disponible sur internet une partie du contenu pédagogique produit par l'Université de Montréal a démarré il y a environ 12 mois (début 2007). Pour que l'information soit le plus portable possible, les formats de fichier pouvant être utilisé sur une autre support électronique qu'un ordinateur personnel ont été ciblés, à savoir, les fichiers audios et vidéos. (Cf. Étude d'André H. Caron portant sur la question de l'utilisation de la baladodiffusion de contenus pédagogiques à l'Université de Montréal).

Une revue des moyens de diffusions existant sur le marché a alors été entreprise par l'Université de Montréal. Bien que des technologies libres aient été envisagées, leur choix s'est finalement porté sur iTunes U, car il y avait déjà des universités américaines qui avaient fait ce choix (Berkeley, Stanford, Penn State). L'Université de Montréal a pu consulter les rapports faits par quelques-unes de ces universités et a conclu que ces expériences étaient satisfaisantes.

Une des conditions dans leur choix a été la simplicité pour les utilisateurs. Il ne fallait pas que les utilisateurs aient à suivre une formation pour pouvoir user du service de diffusion. Les utilisateurs se divisent en 3 groupes: les administrateurs (Bureau de l’environnement numérique d’apprentissage, Bureau des communications et des relations publiques), les producteurs de contenus (enseignants, facultés/départements, unités de recherches) et les étudiants. Le service iTunes U répondait à cette condition de facilité d'utilisation.

Il y a 2 manières de rendre un fichier disponible sur iTunes U pour qu'il soit diffusé par leur service. Soit en le téléversant le fichier sur le serveur de Apple, soit en le téléversant sur son propre serveur et en envoyant le lien au service iTunes U. C'est la dernière option qui sera privilégiée par l'Université de Montréal, puisqu'elle permet de diffuser par la suite le contenu sur d'autres plateformes. Le contenu du service d'iTunes U de l'Université de Montréal peut être accédé par tout le monde ou encore seulement par un groupe restreint: étudiant de l'Université de Montréal ou d'un cours en particulier. Ce service est gratuit pour les établissements d'enseignements supérieurs et l'Université de Montréal ne reçoit pas d'argent pour avoir opté pour ce service.

Depuis son lancement, le service iTunes U a été plus populaire que prévu, ce qui fait que le personnel de l'Université de Montréal responsable de ce service (1 personne et 1 concepteur graphiste) accuse un certain retard sur l'échéancier, notamment au niveau du matériel de formation pour l'utilisation du service. Vu ce succès, ils sont en ce moment à la recherche d'autres partenaires à l'Université de Montréal pour la production de contenus et pour assurer le support du site.

Concernant la non disponibilité du contenu pour la plateforme GNU/Linux, un sondage à l'Université de Montréal montre que les systèmes d'exploitations les plus courants sont Windows et Mac OS. À court terme, l'Université de Montréal va explorer d'autres possibilités de diffusion, probablement par l'utilisation d'hyperliens standards, pour rendre le contenu disponible aux autres plateformes. Si vous croyez qu'il est important que le contenu de l'Université de Montréal soit disponible pour les autres plateforme que Windows et Mac, je vous invite à envoyer un courriel au service de iTunes U de l'Université de Montréal pour leur faire savoir.

Quant au message sur la page d'accueil du site iTunes U qui dit que « Ce site a été optimisé pour les fureteurs Microsoft Internet Explorer, version 6.0 et ultérieures, et Netscape, version 6.0 et ultérieures. », c'est un message générique pour les pages web de l'Université de Montréal. Les pages de l'Université de Montréal doivent être fonctionnelles au minimum pour ces 2 navigateurs, mais on m'assure que les pages du service iTunes U sont testées pour les autres navigateurs, dont Firefox j'imagine. Si le bouton « information légale » ne fonctionne pas, ce n'est pas parce que vous n'utilisez pas Internet Explorer, c'est parce qu'il n'y a pas encore de page disponible.

Pour plus de renseignement, je vous invite à consulter la FAQ de iTunes U à l'adresse:
http://www.cefes.umontreal.ca/tic_enseignement/faq_itu.htm.

La page d'accueil pour accéder à iTunes U de l'institution est :
http://itunesu.umontreal.ca/

Apple: avoir votre argent n'est pas suffisant

Apple refuse l'argent comptant des clients lorsque vient le moment d'acheter un iPhone.

Apple a une entente commerciale avec AT&T, entente qui empêche les propriétaires de iPhone d'utiliser les fonctionalités multimédia de l'appareil tant que ceux-ci n'ont pas ratifié un contrat de 2 ans avec AT&T. AT&T ne faisant affaires qu'aux États-Unis, le iPhone n'est distribué par Apple que dans ce pays.

Le blocage des fonctionnalités multimédia est bien sûr un cadenas logiciel. Comme il fallait s'y attendre, il a fallu peu de temps avant qu'un groupe de programmeurs crée un programme pour retirer ce cadenas. Apple change la nature de son cadenas à chaque mise à jour du système d'exploitation du iPhone, essayant d'avoir une longueur d'avance sur les développeurs tentant de le libérer.

La légalité de ce contournement est dans une zone grise. Puisque l'appareil appartient à l'usager, il est difficile juridiquement d'expliquer pourquoi il ne pourrait pas l'utiliser comme bon lui semble, y compris l'utilisation de toutes ses fonctionalités. De plus, Apple n'aurait pas une bonne image s'il commençait à poursuivre des consommateurs pour avoir utilisé le iPhone sans avoir versé une contribution à AT&T, sous forme de contrat pour 2 ans, pour respecter l'entente entre Apple et ceux-ci.

Afin d'éviter l'achat de masse de iPhone par des particuliers, pour les revendre décadenassé, Apple contrôle l'achat par les particuliers. Dans un premier temps, ils ont imposé une limite à 2 iPhone par consommateur. Cependant, il était toujours possible à un individu d'aller à plus d'un magasin Apple, se procurant 2 iPhone à chaque fois.

C'est ici qu'Apple a innové. Il est impossible d'acheter un iPhone avec de l'argent comptant. Il faut absolument l'acheter avec une carte de crédit. Apple conserve sur ses serveurs votre nom associé à votre numéro de carte de crédit et, si quelqu'un tente d'acheter plus de 2 iPhone, son achat est refusé.

Outre la légalité de l'utilisation de cette information, les avocats de Visa et de Mastercard planchent en ce moment sur la question, ce contrôle est un dangeureux précédent. Il implique que l'argent comptant n'est plus suffisant pour se procurer de la marchandise, votre identité doit également être divulguée. L'argent comptant n'a donc plus de valeur.

Ça me donne le goût de danser sur un fond de couleur tout ça!

Coût d'un ordinateur portable: Mac vs. le monde

Supposons que je veux acheter un ordinateur portable. Je ne sais pas trop ce que je veux. Quel est la différence de prix entre un ordinateur portable de Mac et celui d'une autre marque, pour une puissance comparable?

Je me suis basé sur le processeur, un Core 2 Duo d'Intel, pour déterminer ce qui définit la «puissance». C'est une mesure déficiente, j'en suis conscient, mais historiquement c'est avec ça qu'est déterminée la puissance d'un ordinateur, du moins dans l'imaginaire collectif.

Je suis allé magasiner sur le site de bestbuy, un choix arbitraire.

Le Mac

L'ordinateur portable Mac le moins cher disponible: Ordinateur portatif MacBook d'Apple avec processeur Core 2 Duo d'Intel cadencé à 2 GHz

Prix: 1200 $CA

Spécifications:

Type de processeur: Core 2 Duo d'Intel
Mémoire vive: 1 Go (2 x 512 Mo)
Disque dur: 80 Go (5 400 tr/min)
Lecteurs optiques: DVD-ROM 8X à 24X/CD-RW
Graphismes: GMA 950 d'Intel avec mémoire de 64 Mo
Bus système: 667 MHz
Cache: 4 Mo (niveau 2)
Format de l'écran: 13,3 po
Vitesse du processeur: 2,0 GHz
Garantie: Garantie d'un an (pièces et main-d'oeuvre)

Les autres

En cherchant un ordinateur portable avec le même processeur sur le site de Bestbuy, je suis tombé sur celui-ci:
Ordinateur portatif VAIO N365EB de Sony avec écran de 15,4 po et processeur Core Duo T2450 d'Intel

Coût: 700 $CA

Spécifications:

Type de processeur: Core Duo T2450 d'Intel
Vitesse du processeur : 2GHz
Mémoire vive: 1 Go
Capacité/vitesse du disque dur: 120 Go, 5 400 tr/min
Lecteur optique: Graveur DVD Super Multi double couche
Carte graphique: 945GM d'Intel avec 950GMA 3D
Mémoire vidéo: 128 Mo
Bus système: 533 MHz
Cache du processeur: 2 Mo
Format de l'écran: 15,4 pouces
Garantie main-d'oeuvre: 1 an
Garantie pièces: 1 an

Remarques

Le coût d'entrée pour obtenir un Mac portable est de 1200$.

La verbosité des spécifications est différente pour ces 2 ordinateurs. Ça ne dépend pas du site web. Pour le Mac, le site de futureshop offre des spécifications identiques.

Les ordinateurs ne sont pas tout à fait identiques.
*Mac, meilleurs: Bus système, cache du processeur
*VAIO, meilleurs: Capacité du disque dur, graveur multi-couche, mémoire vidéo, dimension de l'écran.

Pour avoir un ordinateur portable d'une autre marque (PC comme ils disent) comparable à un Mac , il en revient 500$ moins cher.

Conclusion

Si on veut un Mac, il faut vraiment payer plus cher. Et pas juste un peu là, 1200$ au lieu de 700$, ça fait de la boisson en cibole.

Comme les composantes matérielles sont comparables sinon identiques entre un Mac et toutes les autres marques, on se retrouve à payer pour les logiciels. Le VAIO vient avec des logiciels proprétaires aussi, mais il faut croire qu'ils sont moins dispendieux. On pourra prétendre que le 500$ de différence vient justement de la meilleure qualité des logiciels de Mac, mais je tiens à rappeler qu'il est possible d'avoir des logiciels qui font une job plus que fantastique pour, ben… rien.

J'oubliais. On paye pour le design aussi. Sont tellement plus cools les gars, sans parler des filles, qui ont des Mac.

Ça me donne le goût de danser sur un fond de couleur tout ça.

Comment reconnaître un fan de Mac

Un amateur de Mac, c'est simple à reconnaître, ce sont les seules personnes depuis 1990 qui parlent encore de PC.

PC, n'est-ce pas pour Personnal Computer, une marque déposée par IBM en… 1981? Même pris dans le sens le plus large, PC désigne les ordinateurs roulant avec un microprocesseur avec une architecture Intel x86. Mais… les Mac ne roulent-ils pas sous cette architecture depuis 2006? Donc les Mac seraient des PC?

Les annonces de Mac vs. PC
, ne sont-ils pas une attaque de Apple contre Microsoft? Mais Microsoft, c'est une compagnie de logiciels, pas de matériel informatique…

C'est simple pour un amateur de Mac de confondre les logiciels avec le matériel, les 2 se nomment Mac, on ne peut pas leur en vouloir. Quand au concept de PC, j'en comprends qu'il faut l'assimiler à ce qui n'est pas Mac selon le champ lexical. Des fois c'est du matériels, des fois ce sont des logiciels.

Ha oui, j'allais oublier. Les fan de Mac on les reconnaît aussi parce que ce sont des gens vraiment cool.