671 billets et 954 commentaires jusqu'à maintenant

Précisions sur un extrait du livre « Les baromètres humains »

A la page 213 du livre Les baromètres humains, le météorologue Gilles Brien s'inspire bien librement d'une de mes publications pour écrire:

Les fronts froids auraient-ils le pouvoir de prédire la violence au hockey?

Pour Miguel Tremblay, physicien […], passionné des relations entre la neige et la coupe Stanley, c'est difficile à savoir. Il n'est pas encore prêt à parier sa chemise sur le passage de fronts froids pour prévoir l'issue d'un match, ce qui ne l'empêche pas d'avoir mis au point son propre indice de prédiction relatif à l'accumulation totale de neige à Montréal pendant l'hiver. Après avoir épluché les résultats de 66 saisons des Canadiens, il estime que les hivers avec plus de neige que la normale donnent à l'équipe 37% de chances supplémentaires de remporter la coupe.

Bien que n'ayant mis aucune référence, M. Brien se base sur un billet intitulé Précipitations de neige et Canadien de Montréal: les statistiques publié en 2008 sur ce blogue.

Je suis tellement mal cité dans cet extrait, que cela mérite des précisions:

  • Je n'ai jamais établi, ou même considéré, un lien entre violence au hockey, ou résultat d'un match, et fronts froids. Je n'ai aucune opinion sur cette question, et n'en ai jamais émise aucune, que ce soit écrit ou verbalement.
  • Je ne suis pas un passionné des relations entre la neige et la coupe Stanley. J'ai écrit ce billet dans une perspective ludique et je n'ai fait aucune autre recherche ou publication sur ce sujet.
  • Je n'ai jamais mis au point un indice de prédiction basé sur l'accumulation de neige. J'ai simplement colligé des faits et calculé des statistiques. Je n'ai pas fait de prédiction, ni développé d'indice.
  • Je n'ai pas épluché les résultats de 66 saisons des Canadiens, j'ai pris la liste des années où les Canadiens avaient gagné la coupe Stanley, c'est-à-dire un simple copié-collé d'information qui se trouve partout le web.
  • Jamais je n'ai conclus que les années avec plus de neige que la normale donnent à l'équipe 37% de chances supplémentaires de remporter la coupe. Je conclus plutôt dans mon billet que lorsqu'il y a eu une quantité plus grande de neige que la moyenne, le Canadien a gagné la coupe 37 % du temps; les années sous la moyenne, 25,6 %.

Dodge RAM: le camion le plus écologique jamais construit ?

Billet originalement publié sur le Huffington Post. Les saisis d'écran de la publicité sont ajoutées dans cette version.

Grâce aux publicités ponctuant les télédiffusions des matchs du Canadien, l'amateur de hockey québécois a appris cette année qu'il existait des camions « écoénergétiques ». Ceci amène le sportif de salon à se demander: « diantre, qu'est-ce que l'écoénergie?» Les camions seraient-ils maintenant « écologiques » ?

Pub RAM

En fait, le néologisme qui désigne la consommation d'essence d'un véhicule - car c'est bien de consommation qu'il s'agit dans cette publicité - est plutôt « ÉcoNergie ». C'est ce mot qui est utilisé par Ressources naturelles Canada comme mesure de consommation du moteur d'un véhicule et c'est cette référence qui est utilisée par Dodge dans les caractères lilliputiens au bas de leurs publicités.

Tout indique qu'en substituant « Éco-énergie » à « ÉcoNergie » dans la publicité du RAM, Dodge utilise l'écoblanchiment, technique de marketing visant à donner à un produit une image environnementalement responsable.

Notons que j'introduis volontairement le tiret et le « N » majuscule pour faciliter la lecture dans cet article, car la différence visuelle entre écoénergie et éconergie est trop tenue. Ceci prouve par la même la pertinence du choix marketing de Dodge.

Quand on lit « Éco-énergétique », la racine « éco » peut faire référence au mot « Écologique » (ou encore « Économie »). Ce qui représente tout un gain, car votre camion devient, grâce à ce changement d'adjectif, potentiellement écologique.

Notons que d'autres marques utilisent des artifices semblables avec des noms de technologies comme « ÉcoBoost ».

Or, bien qu'il n'y ait pas de définition précise, l'éco-énergie est essentiellement utilisée dans le domaine de l'habitation et désigne les techniques d'efficacité énergétique et les modes de production d'énergie alternative (biomasse, solaire, etc.)

Il y a bien le gouvernement du Québec qui relie les concepts de véhicules et d'éco-énergie, mais la consommation maximale pour être désignée comme « éco-énergétique » est plus de moitié moindre (5,27 L/100km) que le camion le plus économique. Avec sa consommation, ni le RAM ni aucun autre camion jamais construit ne peut donc se meriter le qualificatif de « éco-énergétique » du gouvernement du Québec. Dodge ne peut donc invoquer cette définition pour justifier son choix.

On serait aussi tenté d'expliquer la confusion entre les deux mots par une traduction maladroite de l'anglais vers le français. Or, le terme anglais équivalent est «fuel efficiency», terme grammaticalement assez éloigné de « écoNergie/éco-énergie » pour invalider cette hypothèse.

Pub RAM en anglais

Dodge semble lui-même jongler entre écoNergie et éco-énergie. Sur son site web, on parle d'écoNergie alors que dans son dépliant, il y est question d'éco-énergie. Peut-être que la direction de Dodge a réalisé que de désigner un camion comme étant « éco-énergétique » était abusif et a-t-elle demandé à ce que l'information sur leur site web soit corrigée? Les annonces télé et le dépliant du RAM seraient alors les restes d'une stratégie qu'ils désirent abandonner? Espérons-le.

Les techniques d'écoblanchiment, auxquelles semble appartenir la publicité du Dodge RAM, abondent dans les secteurs reliés à la consommation du pétrole. Lorsqu'un camion tire trois VTT dans une remorque et qu'on y accole le mot « écologie » ou un dérivé, vous êtes probablement témoin d'écoblanchiment. C'est d'ailleurs ce que je me dis, chaque fois que je regarde le CH à la télévision et qu'on m'explique que le RAM est « le camion le plus écoénergétique jamais construit ».

Loco Locass - Le Canadien de Montréal

C'est plus qu'un sport, c't'une métaphore de notre sort.

L'homme le plus important du Québec

Logo du Canadien de Montréal

L'homme le plus important du Québec, c'est le gardien de but du Canadien de Montréal.

En effet, si on regarde la couverture médiatique accordée à chaque sujet, celle accordée au Canadien de Montréal bat tous les autres, et ce depuis que ce genre de mesure est effectuée (voir les bilans d'Influence Communication).

Et le joueur du Canadien dont on discute le plus, ne serait-ce que par le temps qu'il passe sur la glace par rapport aux autres joueurs, c'est le gardien de but. C'est aussi le joueur dont la performance a une influence directe sur pointage d'un match: il peut faire perdre ou gagner un match à lui seul, à tous les matchs.

La personne la plus importante du sujet le plus couvert, c'est le gardien de but du Canadien de Montréal.

On peut aussi s'en convaincre par le nombre de Québécois qui regarde les matchs du Canadien de Montréal diffusé à la télévision (5,7 millions pour la saison 2008-09). Et qui donc est permanence sur la glace lors de tous ces matchs? Le gardien de but.

Toujours pas convaincu? Le nombre de pages web consacrées à "Carey Price" est d'environ 299 000, alors que le nombre consacré à "Jean Charest" est d'environ 374 000. Certes, Jean Charest bat Carey Price à ce chapitre, mais Jean Charest a été premier ministre pendant 7 ans, alors que Carey Price s'approche de ce nombre avec… 3 saisons pour le Canadien de Montréal (et il n'est pas le gardien numéro 1!).

Y a-t-il un ancien premier ministre du Québec qui soit plus connu que Patrick Roy? Probablement René Levesque. Mais depuis, je doute qu'aucun ne soit parvenu à le surpasser.

Ceci me porte à croire que seul un homme, ou une femme, politique faisant accéder le Québec à la souveraineté pourrait battre en notoriété un gardien de but menant le Canadien de Montréal à la coupe Stanley.

Un jeu si simple

Logo du Canadien de Montréal

Le Canadien de Montréal est une institution, ne serait-ce que par l'importance qu'il a dans le coeur des Québécois. Cette organisation a aussi une histoire extraordinaire, qui remonte cette année à plus de 100 ans.

Le film Un jeu si simple de Gilles Groulx, fait vivre un retour historique d'une trentaine de minutes, afin d'y rencontrer le Canadien des années 1950-1960. À l'époque où on pouvait fumer un cigare dans le premier rang au Forum, où le filet du gardien était lousse, où le demi-cercle du gardien était un carré et où l'on parlait non pas de «jeu de puissance» mais bien de «jeu de punition».

Le chandail

Billet de 5$ canadien. Côté avec les enfants qui jouent au hockey.

Sur le 5$ canadien dans vos poches, il y a des enfants qui jouent au hockey sur un des côtés. La personne attentive aura remarqué la citation de Roch Carier qui s'y trouve:

Les hivers de mon enfance
étaient des saisons longues, longues.
Nous vivions en trois lieux:
l'école, l'église et la patinoire; mais
la vraie vie était sur la patinoire.

Profitons de notre merveilleux hiver pour écouter, une autre fois, ce compte d'où est tirée cette citation.

D'ailleurs, le blogue de l'ONF nous indique que c'est Un magnifique film d’animation signé Sheldon Cohen est né de cette histoire, toujours d’actualité par les comportements et les sentiments universels qu’elle évoque.

Je suis bien d'accord, recevoir un chandail des Maple Leafs a de quoi rendre un enfant malheureux, peu importe l'époque ou le lieu.

La haute troposphère est hockey

Jeudi 11 avril 5 heure UTC, dans un vol d'Air Canada, quelque part au-dessus de l'Atlantique.

Ici le capitaine Lemieux. Ceci est un message pour les amateurs de hockey, le Canadiens a gagné 4 à 1 contre Boston.

Roberval est hockey

Après 2 années en Ontario, c'est la ville de Roberval, dans le nord du Royaume, qui recevra un match pré-saison de la LNH pour l'an prochain. C'est grâce au vote populaire dans le concours Hockeyville que Roberval a mérité cet honneur.

Roberval est hockey

En plus d'exalter la fierté québécoise, et surtout jeannoise, ça va nous faire un match du Canadiens de plus à regarder à la télévision d'état (CBC).

C'est donc un rendez-vous, le 23 septembre prochain: Sabres vs. Canadiens (on peut dire que ce sont les Canadiens qui seront à domicile).

Source: Le Quotidien

Précipitations de neige et Canadien de Montréal: les statistiques

Vous savez, nous, chez ptaff.ca, on sait combiner nos passions. Et c'est pourquoi nous nous sommes attaqués à l'épineux problème de la relation entre les précipitations de neige et les performances du Canadien de Montréal. Non, pour nous rien n'est tabou.

Tout d'abord, les sources de données:
* La neige;
* Les coupes Stanley du Canadiens de Montréal.

On est ainsi paré à notre voyage dans le merveilleux monde de la statistique.

Sachant que la moyenne de précipitation de neige pour la période 1941-2007 est de 225,33 cm, que l'écart-type est de 47,03 cm, nous posons que les années de neige exceptionnelles sont celles où il a neigé plus de 272,36 cm (moyenne + écart-type). Le tableau nous rapporte les cas où la chute a dépassé 272,36 cm (E), dépassé 225,33 cm (M) et celles où les Glorieux sont repartis avec la Coupe Stanley (CS).

Année Precip (mm) E M CS
41-42 251,2 - O -
42-43 313,9 O O -
43-44 205,3 - - O
44-45 243,3 - O -
45-46 209,8 - - O
46-47 353,3 O O -
47-48 182,6 - - -
48-49 197,6 - - -
49-50 280,9 O O -
50-51 218,2 - - -
51-52 299,7 O O -
52-53 153,4 - - O
53-54 296,7 O O -
54-55 309,3 O O -
55-56 220,3 - - O
56-57 155,5 - - O
57-58 302,0 O O O
58-59 272,1 - O O
59-60 316,6 O O O
60-61 201,1 - - -
61-62 280,5 O O -
62-63 317,1 O O -
63-64 143,9 - - -
64-65 177,6 - - O
65-66 257,6 - O O
66-67 187,7 - - -
67-68 133,9 - - O
68-69 230,7 - O O
69-70 196,9 - - -
70-71 382,7 O O O
71-72 262,6 - O -
72-73 258,9 - O O
73-74 205,0 - - -
74-75 206,9 - - -
75-76 317,9 O O O
76-77 199,8 - - O
77-78 225,2 - - O
78-79 234,0 - O O
79-80 092,9 - - -
80-81 140,3 - - -
81-82 216,9 - - -
82-83 120,4 - - -
83-84 238,3 - O -
84-85 236,1 - O -
85-86 203,2 - - O
86-87 201,0 - - -
87-88 166,6 - - -
88-89 205,0 - - -
89-90 198,4 - - -
90-91 197,0 - - -
91-92 206,3 - - -
92-93 242,6 - O O
93-94 281,4 O O -
94-95 186,7 - - -
95-96 213,6 - - -
96-97 305,4 O O -
97-98 246,4 - O -
98-99 161,1 - - -
99-00 223,2 - - -
00-01 281,3 O O -
01-02 173,5 - - -
02-03 183,8 - - -
03-04 151,8 - - -
04-05 157,0 - - -
05-06 173,7 - - -
06-07 214,7 - - -
07-08 >300 O O ?

Analyse des résultats pour E :

Coupe Pas de coupe
> E 4 11
< E 16 35

Analyse des résultats pour M :

Coupe Pas de coupe
> M 10 17
< M 10 29

Sachant que le Canadien a gagné la Coupe 20 fois dans cette période, 66 saisons, il l'a portée à bout de bras à la fin de 30 % des saisons.

Lorsqu'il y a eu une quantité exceptionnelle de neige, le Canadien a gagné la Coupe 26,6 % du temps; les années non-exceptionnelles, 31,4 %.

Lorsqu'il y a eu une quantité plus grande de neige que la moyenne, le Canadien a gagné la coupe 37 % du temps; les années sous la moyenne, 25,6 %.

Un journaliste du Journal de Montréal pourrait donc suggérer qu'une bonne année de neige, mais pas une année record, favorise la parade sur Ste-Catherine.

Je vais être vieux quand…

Je vais être vieux quand je vais écouter un match des Canadiens à TV, pis qu'y aura pas d'annonce de pick-up.

Page suivante »