695 billets et 966 commentaires jusqu'à maintenant

Mot du jour: préjugé

Préjugé: n.m. (Déb. XVIIe). Cour. Croyance, opinion préconçue souvent imposée par le milieu, l'époque, l'éducation; parti pris.
Préjugé de race, de secte.Préjugés bourgeois, aristocratiques. Préjugé indéracinable, tenace.
Source: Petit Robert, Nouvelle édition revue, corrigée et mise en à jour en 1991.

Exemples:

  1. Ses préjugés d'enfance s'opposèrent à la complète émancipation de son intelligence. Honoré de Balzac
  2. Notre gouvernement a toujours un préjugé favorable pour la mise en valeur de notre potentiel pétrolier et gazier. Nathalie Normandeau, 16 juin 2011.
  3. Les groupes environnementaux s’inquiètent du préjugé favorable du gouvernement Marois envers l’exploitation pétrolière dans le golfe du Saint-Laurent. Alexandre Shields, 17 septembre 2013.

Mot du jour: pizzo

Pizzo: (Figuré) Nom de l'impôt révolutionnaire exigé par la mafia.
Source: Wiktionnaire

Exemples:
C’est à M. Milioto que M. Zambito remettait son « pizzo » de 2,5 % de la valeur de ses contrats ainsi qu’une ristourne de 3 % destinée à Union Montréal. Kathleen Lévesque, 17 octobre 2012.

Mot du jour: putatif

Putatif: adj. Qui est réputé être ce qu’il n’est pas.
Source: Wiktionnaire

Exemples:
Parmi les trois candidats putatifs, l’avantage de M. Couillard, insiste-t-il, est qu’il n’a pas participé à l’adoption de la loi spéciale sur le conflit étudiant. Antoine Robitaille à propos de la Course à la chefferie du PLQ, 26 septembre 2012.

Les autres candidats putatifs de cette course n’ont pas voulu commenter la rumeur. Hélène Buzzetti à propos de la Course à la chefferie du PLC, 27 septembre 2012.

Mon amoureux

amoureux.jpg

Le mot « amoureux » est aujourd'hui utilisé comme l'équivalent du mot « conjoint ». Cette substitution est un artifice tentant de prolonger l'amplitude initiale des sentiments reliant 2 personnes. On n'a pas un conjoint, terme plutôt neutre il faut en convenir, on a un amoureux, ce qui est une tout autre chose.

Pour moi, l'expression « amoureux » reflète plutôt un sentiment exalté, que ce soit à la suite d'un coup de foudre, au début d'une relation amoureuse, d'un rapprochement d'un couple, etc. C'est dans la famille des mots que l'on glisse dans une conversation intime, en tête à tête avec des amis proches, pas lors d'une banale conversation de cafétéria pour désigner son conjoint.

Bref, lorsque j'entends ce mot pour désigner un conjoint, j'ai toujours un petit malaise. Le malaise est d'autant plus grand si je crois que lesdites personnes, bien que conjoints, ne le sont plus, amoureuses.

Afin de me familiariser avec la nouvelle signification de ce mot, je me suis un jour hasardé à l'utiliser avec un camarade pour désigner, innocemment, sa nouvelle conjointe. Erreur. Pour lui aussi, le mot était porteur de son sens original: il n'était pas au courant, ou habitué, à la permutation de ces deux termes. Il m'a vite fait comprendre, avec un « Wô » bien senti, que ce n'était pas son « amoureuse ». Je m'étais ainsi aventuré sur un terrain sur lequel je n'avais aucune intention d'aller.

À la suite de cette expérience, j'ai revu ma politique de vocabulaire et j'utilise ces mots uniquement dans leur sens propres. J'essaye aussi de ne pas trop m'étonner lorsque je l'entends dans les conversations mondaines, mais ça, c'est un exercice plus difficile.

Il est moins quart

Parler en français avec un anglophone, c'est un peu comme côtoyer un enfant; on remarque des singularités de notre langue.

Tenez, hier par exemple, à la générale préparation du party de Noël au travail, David (prononcez dé-vide) nous annonce qu'il faudra se réunir à 15h moins quart…

J'ignore pourquoi, mais de 13h à 23h, on n'utilise jamais l'expression «moins quelque chose ». Il n'est jamais 22h moins 5. Personne n'a jamais eu rendez-vous à 16h moins 25.

M'en rendant compte, je lui ai généreusement expliqué que j'ignorais pourquoi, mais qu'on ne pouvait pas faire ça. Et en publiant ce billet, c'est un peu comme si je partageais un moment familial touchant.

Un ou une?

Une règle simple en cas de doute sur le genre d'un nom commun: opter pour le masculin.

C'est ma mère qui m'a fait cette judicieuse remarque. Lorsque l'on tombe sur un nom commun dont on ignore le genre, c'est la grande majorité du temps un mot masculin.

Voici une liste d'exemples que j'ai recueillis pendant 1 an, les notant à chaque fois que j'avais un doute sur leur genre:

  • Air
  • Autobus
  • Avion
  • En-tête
  • Entrepôt
  • Épisode
  • Hôpital
  • Intervalle
  • Opinion (merci Stéphane)
  • Oreiller

Certes, il est toujours mieux de vérifier le genre dans un dictionnaire, mais lorsque ce n'est pas possible ou approprié, cette règle permet de jouer les statistiques.

Entendu au travail

À la cafétéria:
— J'ai pas d'argent aujourd'hui. J'ai bien peur qu'il faille me fronter mon repas.
— Pas de problème. C'est quoi ton nom?
— Miguel.
— Comment?
— Miguel.
— C'est bizarre. T'as l'air normal pourtant.

De Noir à Black

Carré noir et black

Il est politiquement correct d'identifier quelqu'un comme un Black alors qu'il est péjoratif de dire un Noir.

Je l'ai réalisé par mon propre comportement lorsqu'en parlant d'un Noir j'ai dit, après hésitation pour ne pas paraître raciste, « regarde le Black là-bas ». Je n'ai pas dit le Noir, trop péjoratif, j'ai dit le Black. Ça sonne correct.

Ce qui a fini par me convaincre qu'il est de notoriété publique que le Black a remplacé le Noir, c'est lorsque j'ai entendu à la radio que le Festival du Film Haïtiens de Montréal était maintenant devenu Le Festival International du Film Black de Montréal. Mis à part le mot Black, tout le reste du site est dans un français impeccable.

Peut-être que le mot Noir a une charge historique trop grande dans notre langage, et que le remplacer par un mot d'une langue étrangère, quoique commune, retire une partie de cette charge. Faudrait demander à un Black.

Mise à jour
(~12 heures après publication): Ce matin, dans le livre La physique des catastrophes de Marisha Pessl, page 217, j'ai lu ceci:

[…] nous passions devant le videur, un grand Black qui nous dévisageait comme si on appartenait au spectacle de Disney on Ice et qu'on avait oublié d'enlever nos costumes.

La traductrice, une Française nommée Laetita Devaux, a choisi de traduire le mot Black, qui devait être celui de la version en langue américaine comme ils disent, par le mot… Black. La traduction date de 2007.

On a donc un grand Black au lieu d'un grand Noir. Je me demande si la version originale avait un B majuscule pour Black.

Billet pour cruciverbiste

Né pour être élu à l'ENA, j'ai payé la dîme en euros et en leus, tel un Ra pour étêter les autres nains. Les aînés de cette usine dormaient, comme dardés par une mouche tsé-tsé, l'uretère usé ayant besoin d'être aéré.

À première vue, j'aurais pu être ému sur cette île créée par un sosie d'Io. Mais des oestres d'Aar pondaient dans le tutu des rats, causant l'ire des ânes dans le mess.

Le cul nu érodé par des ions, j'éructe un Chinook écru d'aster sur un émeu mou m'épiant. Les dés sont jetés. Errant d'Ur à l'île de Ré, Éole soufflant mes tifs en épis, j'ulule, heu… je rée l'ultime abc du rata.

L'été, j'ose même téter un néné en sueur, tel un tsar âgé buvant un rye.

Inspiré de Iphigénie en haute ville.
En collaboration avec Bruno B
.

Digital, c'est pour les doigts

Un doigt posé sur la touche “n” sur un clavier

Le mot digital est un mot d'exception dans les conversations en langue française. Il est plus souvent utilisé à tort plutôt que pour sa véritable signification.

Digital, c'est un adjectif qui qualifie ce qui appartient aux doigts. Cependant, il est plus souvent utilisé dans son sens anglophone, en lieu et place du mot numérique. L'erreur la plus fréquente étant « caméra digitale ». Détestable.

Il n'y a aucune raison de ne pas utiliser le mot numérique à sa place. C'est un mot qui existait auparavant, ce n'est pas une invention pour traduire une expression anglophone omniprésente sans équivalent français, qui qualifie parfaitement une idée. Sa définition selon le grand dictionnaire terminologique est:

Se dit, par opposition à « analogique », de la représentation discrète de données ou de grandeurs physiques au moyen de caractères (des chiffres généralement) ; se dit aussi des systèmes, dispositifs ou procédés employant ce mode de représentation.

Qui plus est, numérique est un mot plus doux à l'oreille que digital. On utilisera donc plutôt « caméra numérique ».

Pour ne pas se tromper, il suffit de proscrire le mot digital lorsque l'on parle, et lorsque l'on écrit, en français. Le seul contexte dans lequel il est utilisé, c'est dans l'expression « empreintes digitales », expression que nous n'utilisons, somme toute, que très rarement.

Page suivante »