696 billets et 966 commentaires jusqu'à maintenant

La Chine (troisième et quatrième partie)

Le présentateur, pour la troisième et la quatrième conférences, était Peter Foggin, professeur au département de géographie de l'Université de Montréal.

Moins bon communicateur que Fred Bild, il a su montrer plus de 100 acétates en 120 minutes pour un total d'au moins 400 photos. Et ce à chacune de ses 2 représentations. J'ai vu du pays!

Bien que d'une vertu pédagogique discutable, cette manière de procéder m'a fait prendre conscience de toute la diversité du peuple et de la géographie chinoise. Le concept de « Chine » représente maintenant une complexité et une réalité qui ne peut être réduite aux images qui peuplaient auparavant mon imaginaire.

Les valeurs chinoises

Le sujet de la troisième conférence était les valeurs chinoises. Mr. Foggin ayant été appelé à remplacer un autre conférencier au dernier moment, il n'a pas eu le temps de préparer son sujet à fond. Il a choisit de nous parler des valeurs chinoises vu à travers le prisme de son domaine d'étude, la géographie culturelle. En fait, il nous a plutôt montré des photos de ses voyages, il est né en Chine et y est allé à chaque année depuis 1987.

Il a couvert 9 points en 60 minutes, ce qui a donné lieu à un foisonnement de petits faits et très peu de réflexions. Je ne raconterai que la catégorie « en vrac », n'ayant pas de fil conducteur sur ce sujet qui semblait pourtant prometteur.

  • La politique de l'enfant unique date de la fin des années 70. Bien qu'applicable en milieu urbain, il fut difficile de la faire appliquer à la campagne, la main d'oeuvre familiale étant capitale et on préférait, quitte à n'avoir qu'un seul enfant, avoir un garçon. Mao considérait une grande population comme une richesse et non comme un problème. C'est pourquoi il a fallu attendre sa disparition avant la mise en place de cette politique. Cette politique cassait l'unité familial; le droit d'avoir une famille est une valeur très importante pour les Chinois.
  • Certaines municipalités chinoises, de part leur immense population, ont le même statut politique que les provinces. Il s'agit des villes de Beijing, Shanghaï, Chongqing, et Tianjin. Il y a aussi des régions dites « autonomes » qui n'ont, à ce que j'ai compris, rien d'autonome du tout. Il s'agit en fait de régions où vivent des minorités ethniques. J'y reviendrai plus loin.
  • Les Chinois ont maintenant le droit de voyager à l'intérieur du pays. Ils voyagent donc de plus en plus.
  • Cette nouvelle permission a créé une nouvelle classe sociale urbaine. Il s'agit des gens des campagnes qui sont venu habiter en ville. Ils n'ont pas le droit de résidence et aux services auxquels les habitants « légaux » ont accès. Cette classe est très nombreuse, 150 millions de personnes à travers la Chine, et favorise la création de « ghettos » ethniques, les gens se regroupant et s'aidant selon leurs origines.
  • Il y a des problèmes de logement en ville. Le gouvernement encourage aujourd'hui les gens à acheter leur appartement, alors qu'ils étaient autrefois subventionnés à 100%.
    La retraite pour les hommes est à l'âge de 60 ans et de 55 ans pour les femmes. Jusqu'en 1994, une semaine était composée de 6 jours de travail et d'un seul jour de repos.
  • La Chine est devenu un immense marché de consommation. Les gens veulent s'enrichir par tous les moyens. Lorsque Mr. Foggin a montré une photo d'un Wallmart en Chine, la foule s'est écriée d'un grand « haaaaa » scandalisé, alors que s'ils s'étaient arrêtés à y penser un instant, ils se seraient rendus compte qu'en achetant au Wallmart, les Chinois encouragent leur économie locale.
  • Les religions connaissent une popularité croissante et le communisme une popularité décroissante.
  • Les Chinois connaissent de graves problèmes de déforestation et de pollution, ce qui en fait une population très conscientisée de l'environnement.

Les minorités en Chine

Le sujet de cette quatrième et dernière conférence sur la Chine était les minorités en Chine. Sujet fascinant qui révèle une fois pour toute, la grande complexité de ce pays.

La Chine est composée de 56 nationalités officielles, dont 55 minorités. Cette classification a été faite par des anthropologue au cours des années 60. La Chine est en fait constituée de centaines d'ethnies. La plus grande partie de la population, 91%, est formée par les Hans, les vrais Chinois si l'on peut dire. À l'intérieur même des Hans, il existe des sous-groupes qui se considèrent comme une ethnie à part entière, les Hakka par exemple. Les Hakka habitent une forme de maison très spéciale appelée tu lou qui consiste en un immense tore dans lequel peut loger jusqu'à 80 familles. Voir une photo d'un village formé de tu lou est très impressionnant.

Il y a plus de 18 minorités qui ont une population supérieure à 1 million d'habitants.

Le drapeau de la Chine, bien qu'il n'existe pas d'interprétation officielle, représenterait certaines ethnies de la Chine: la grande étoile représenterait l'ethnie majoritaire, les Hans, alors que les 4 petites étoiles représenteraient les minorités Mandchous, Tibétains, Mongols et Huis.

Les minorités occupent des parties différentes de la Chine. Elles sont parfois très dispersées sur un grand territoire et d'autres fois extrêmement regroupé géographiquement. La grande majorité des minorités a une espérance de vie très faible, entre 40 et 50 ans, due à une mortalité infantile très élevée, allant jusqu'à 400/1000. Elles ont aussi un revenu moyen beaucoup plus faible, ce sont ces minorités qui forment la Chine pauvre. Plus une minorité est assimilée aux Han, plus elle a une condition économique élevé.

À l'intérieur d'une même ethnie, il y a souvent plusieurs langues qui sont très différentes. La langue principale de la Chine est le mandarin et elle existe sous 4 formes, celle du nord de la région de Beijing étant la langue nationale. Bien que s'exprimant sous diverses formes, toutes les formes de mandarin ont la même écriture.

Aucun commentaire pour l'instant.

Réagissez