696 billets et 966 commentaires jusqu'à maintenant

De la non-indexation du contenu de facebook

Il y a trois semaines, un ami m'expliquait le fonctionnement de facebook. J'en avais d'abord entendu parler parce que le gouvernement d'Ontario en a bloqué l'accès à ses employés. Puis j'ai reçu quelques invitations d'amis pour m'inscrire mais je voulais d'abord savoir exactement quelle était cette créature et, point problématique que je développe plus bas, il est impossible de consulter le contenu de facebook sans s'y inscrire.

Les jours passent et j'entends parler de facebook par beaucoup, beaucoup de monde. C'est incroyable l'envolé que ce site a connu. J'ai pris la décision de ne pas me créer de profil sur facebook. Ma raison: tout ce que je publierai sur ce site ne sera pas indexé.

Définition d'indexation avant d'aller plus loin. Selon le grand dictionnaire terminologique, pour le champ lexical "informatique", indexation == référencement.

Référencement

Définition: Enregistrement d'un site Web dans les moteurs et répertoires de recherche, afin de le faire connaître aux internautes, d'en accroître la visibilité et d'en augmenter ainsi le nombre de visiteurs.

La pérennité et l'accessibilité sont des qualités essentielles pour moi. Or, si je passe du temps à écrire et à publier sur facebook, ce temps-là ne sera pas investit dans un texte qui pourra être lu par tous (ce billet par exemple). Ceci dit, facebook a sûrement des qualités indéniables étant donné son succès. Ma décision est basée sur ce point précis, non pas sur l'ensemble du projet.

J'en suis venu à me questionner sur la motivation des dirigeants de facebook de ne pas ouvrir son contenu aux moteurs de recherche. Certes, il est normal de pouvoir mettre du contenu privé selon ce que l'usager désire. Du contenu non indexé par les moteurs de recherche, uniquement visible pour les «amis» de l'usager, ou tout autre modalité existante sur le site. Mais, inversement, pourquoi ne permettent-ils pas de mettre du contenu visible qui peut être consulté par tout le monde, humain non inscrit et robots d'indexation y compris? Pourquoi forcer une grand-mère à se créer un profil pour qu'elle puisse visualiser les photos de son petit-fils?

Penchons-nous quelques instants sur le modèle de revenu de facebook. Ou plutôt son absence de modèle. Ne cherchez pas cette information sur le site de facebook, il faut être inscrit pour voir quoique soit d'autre que la page pour se créer un profil (à 85 000 exceptions près, ce qu'ils nomment le Public Listing, mais tous les hyperliens de ces pages mènent vers la page d'inscription. C'est plutôt une technique de marketing plus qu'autre chose selon moi).

Comment facebook se finance-t-il? Une réponse possible est la publicité en ligne. Selon une entrevue accordée à TechCrunch (traduction de moi):

Facebook a trois sources de revenu:

*Publicité texte locale (de collèges et d'entreprises locales), à 15-20$/jour;
*Bannière publicitaire traditionelle, vendue sur une base nationale;
*Groupe de commanditaires - exemples incluant Apple, EA, etc.

Toujours selon TechCrunch, ces méthodes de publicité rapporteraient jusqu'à 1 millions de dollars US par jour semaine.

Pour maximiser ces trois sources de revenu, facebook aurait tout intérêt à ouvrir son contenu aux moteurs de recherche pour augmenter le trafic de son site. Qui dit augmentation de trafic dit plus de visibilité des publicités, plus de clics sur les publicités, plus de revenu.

Dans un premier temps, on pourrait penser que facebook a procédé de la sorte afin d'attendre une masse critique d'usagers inscrits afin de pouvoir créer une communauté. Soit. Mais avec au-delà d'un millions d'usagers inscrits, facebook peut sûrement considérer que cette masse critique a été atteinte. Pourquoi n'offrent-ils pas la possibilité de publier du contenu indexé par les moteurs de recherche?

J'hasarde une hypothèse. Le but des dirigeants de facebook est de maximiser non pas les revenus mais le nombre d'usagers. Pourquoi? Pour faire en sorte que sa valeur de vente soit la plus grande possible. Une valeur de vente basée sur des revenus est facilement quantifiable, des acquisitions de compagnies basées sur ce mode de revenu existe depuis plus d'un siècle. Là où la valeur est hautement spéculative, c'est sur la valeur des usagers fidèles à un service sur internet.

facebook aurait déjà refusé une offre de 1 milliard de dollars de Yahoo! Quand on sait que Google a payé 2,3 milliards de dollars pour YouTube, une compagnie avec une source de revenu inexistante, on peut penser que facebook fait le même pari et essait d'avoir une valeur de vente comparable, quitte à garder le contenu emprisonné pour maximiser la valeur potentielle de la compagnie qui est basée sur le nombre d'usagers.

C'est le sort que souhaite tous les inventeurs de sites web dit "2.0": YouTube, MySpace, flickr, etc. Modèle de revenu inexistant, valeur hautement spéculative, un peu la bulle internet revisitée. Elle va à coup sûr exploser elle aussi. Reste à savoir si facebook va réussir à vendre son site avant ou après la déflagration.

5 commentaires à « De la non-indexation du contenu de facebook »

  1. stefan
    23 juillet 2007 | 13:31

    Une correction, Google a payé 1.65 milliard USD pour Youtube en action, une valeur qui peut changer.

    Comparé à Youtube, Facebook semble avoir un modèle de revenu pas mal réel. Je trouve que c'est une comapgnie fonctionnelle si elle fait vraiment 1 million USD par jour (semble que ce soit plus 1 million par semaine). Les seules dépenses que la compagnie doit avoir c'est la bande passante et les serveurs. Il ne doit pas y avoir beaucoup d'employés (entre 10 et 50 probablement), donc Facebook doit être déjà profitable. Pas de raison de se faire acheter par Yahoo ou tout autre compagnie pour survivre.

    L'article dont tu fais référence sur les propositions d'achat de Yahoo fait référence à un autre article qui dit que les négotiations d'une autre proposition d'achat se sont terminés sur des questions de contrôle. Il se peut que les créateurs de Facebook veulent garder le contrôle de ce site.

  2. 23 juillet 2007 | 13:33

    Ouaip, je penses que tu as pas mal tout compris :)

    (Moi, j'aurais probablement accepté l'offre de Yahoo… mais faudrait voir le reste des clauses…)

  3. ives
    23 juillet 2007 | 21:50

    J'ai eu la "chance" d'être témoin de la conquête d'un campus universitaire par facebook, étant un vieux doctorant à McGill. Au début, c'était les étudiants du bacc. Le site se voulait exclusif, limité aux étudiants des grandes universités prestigieuses: un monde de voyeurisme pour les fils-et-filles-à-papa . Puis, lorsque l'accès leur a été laissé, se sont ajoutés les étudiants de maitrise, puis doctorat, et enfin les employés et autres. J'observe régulièrement des gens passer bien plus de temps à compter leurs amis "virtuels" que ceux en chair et en os qui les entourent, dommage.

    N'empêche, il me semble que ces gens sont beaucoup plus occupés à regarder les photos du dernier party (ou des enfants de leurs amis éloignés, selon la personne) ou à se refiler les derniers potins, qu'à contribuer au "contenu" d'un site web. J'avour cependant que j'aurais aimé être celui qui a mis le concept en marche!

  4. ives
    23 août 2007 | 8:01

    J'ai appris ce matin que l'ancien ministre canadien Ujal Dosanjh a reçu une menace de mort sur Facebook:

    http://cnews.canoe.ca/CNEWS/Canada/2007/08/22/4438508-cp.html

    Ma première réaction: Ujal Dosanjh est inscrit sur Facebook?

  5. 4 octobre 2007 | 8:11

    […] ptaff […]

Réagissez