673 billets et 957 commentaires jusqu'à maintenant

Un vaccin pour la maladie de Lyme?

Pays touchés par la maladie de Lyme
Pays touchés par la maladie de Lyme.

Dans son bulletin de nouvelles du 14 août 2014 à 7h du matin, Radio-Canada annonce que « l'absence d'un vaccin contre la maladie de Lyme sème l'inquiétude », comme si, d'une part, cette maladie était une nouveauté sur la planète et, d'autre part, qu'il suffisait d'un peu d'effort pour trouver un vaccin.

La maladie de Lyme affecte 65 pays à travers le monde et est une préoccupation dans plusieurs pays d'Europe depuis de nombreuses années. En Belgique, lors des sorties en camps scouts, les enfants sont inspectés tous les soirs pour identifier la présence de tiques, et cela depuis plus de 10 ans. Aux É.-U., elle est la 7e maladie la plus déclarée au pays, et elle a touché plus de 3 millions de personnes depuis 1970. Tous ces pays sont déjà préoccupés par la maladie de Lyme et doivent sûrement se pencher sur la question du vaccin depuis des décennies.

D'autre part, avec 114 cas déclarés au Québec en 2013, il faudrait qu'un vaccin ait un taux d'innocuité inférieur à 0,04% pour ne pas que le nombre de personnes touchées par des effets secondaires dépasse les gens protégés (j'ai estimé à 3 millions la population vivant au sud du St-Laurent et pouvant être affectée au cours des prochaines années).

Bref, bien que la maladie de Lyme soit une préoccupation importante, et sans diminuer l'impact majeur dans la qualité de vie de ceux qui en sont atteints, cette préoccupation est surtout celle des autres pays, et ce n'est pas parce que le Québec est touché que, tout à coup, l'absence d'un vaccin est inquiétant, et encore moins à porter de main.

Soyons humbles et prenons conscience que cette maladie affecte surtout les autres pays et que cette rumeur de vaccin sert surtout à nous assurer que les autorités prennent les choses en main, et ne recele dans les faits aucune information nouvelle.

Le refroidissement éolien n'est pas en degré Celsius

La vague de froid de l'hiver 2013-14 a donné lieu à de nombreux articles où le refroidissement éolien est utilisé. Or, le refroidissement éolien est très souvent utilisé avec des « degrés Celsius » en tant qu'unité.

Ceci est une erreur.

En effet, comme il est indiqué sur la page web d'Environnement Canada consacrée à la question:

Comme l’indice de refroidissement éolien n’est pas la véritable température, mais représente la sensation de froid sur la peau, il est indiqué sans le signe du degré.

Par exemple, « Aujourd’hui, la température est de -10°C et le refroidissement éolien est de -20 ».

Il suffit de rechercher le mot "éolien" dans les moteurs de recherche de journaux québécois pour tomber sur des exemples dans les derniers jours.

  • Le Devoir: « Ces derniers jours, la Saskatchewan et le Manitoba ont enregistré des températures de -30 °C qui atteignaient les -50 °C en tenant compte du facteur de refroidissement éolien.» Le temps froid se remet de la partie, 7 janvier 2014
  • La Presse: « Le premier vol du FTV2, hier, a été beaucoup plus discret. Avec une température de 21 degrés au-dessous de zéro, ou - 31 degrés avec le refroidissement éolien. », CSeries: décollage du deuxième avion d'essai, 4 janvier 2014
  • Le Soleil: « alors que le mercure affichait - 42 degrés en incluant le refroidissement éolien », Le froid glacial n'arrête pas les canotiers, 4 janvier 2014
  • Le Droit: « Un avertissement de refroidissement éolien est en vigueur : les températures ressenties avoisineront les -35 °C ce matin, notamment à cause des rafales de vent.  », L'hiver fait un retour remarqué, 7 janvier 2014
  • Le Quotidien: « Avec des températures ressenties frôlant les -50 degrés Celsius (avec refroidissement éolien), ce type de blessure survient en seulement quelques minutes. », Nouveau record de froid, 4 janvier 2014
  • Associated Press: « Records also fell in Oklahoma and Texas, and wind chills across the region were 40 below (-40 C) and colder. » Dangerously cold temps spread from U.S. Midwest to South and East, 7 janvier 2014

J'ai transmis cette précision à ces journalistes afin qu'ils puissent ajuster le tir dans leurs prochains articles.

Pour plus d'information sur mon opinion sur le refroidissement éolien, je vous invite à consulter ma page web consacrée à la critique de cet indice.

Les erreurs de La Presse et du Journal de Montréal

Au cours du printemps 2012, La Presse et le Journal de Montréal ont chacun commis une bourde monumentale pouvant être associée à de la propagande, se discréditant aux yeux de la population supportant les étudiants dans leur lutte.

L'erreur du Journal de Montréal

Le premier à avoir commis une faute est le Journal de Montréal. Au lendemain de la manifestation monstre du 22 avril, probablement plus de 200 000 manifestants, le Journal n’en parlait pas en une.

Une du Journal de Montréal le 23 avril 2012

Il faut dire qu’ils s’étaient déjà pratiqués avec la manifestation du 22 mars, entre 100 000 et 200 000 manifestants, où ils avaient réussi à titrer que le mouvement perdait des appuis avec en arrière-plan une photo de la foule.

Une du Journal de Montréal le 23 mars 2012

Quelques jours plus tard, au lendemain du congrès du PLQ à Victoriaville, une photo de mauvaise qualité apparaît à la une du Journal. Aussitôt, une rumeur de traitement Photoshop, par laquelle le Journal aurait ajouté une brique dans les mains de l'émeutier, se répand sur les réseaux sociaux. Rumeur démentie le lendemain.

Une du Journal de Montréal le 5 mai 2012

L'erreur du La Presse

La faute de La Presse est d’avoir fait sa une avec les résultats d’un sondage indiquant que les Québécois appuyaient massivement la loi 78, loi spéciale jugée par plusieurs comme violant à la fois la charte québécoise et la charte canadienne des droits. Or, ce sondage a une méthodologie des plus douteuses.

Cela a soulevé l’ire sur la Toile. On ne badine pas avec les libertés civiles. Christian Bégin a signé un texte, assez représentatif de la colère ambiante, appelant une campagne de désabonnements de La Presse. Celle-ci a été diffusée et appuyée sur les réseaux sociaux.

Le lendemain de cette erreur, La Presse a fait une autre bévue, pouvant confirmer la mauvaise foi qui aurait causée la première. Lors de la 26e nuit de manifestation à Montréal, la journaliste de La Presse Gabrielle Duchaine a été arrêtée et un de ses gazouillis a alors été repris sur Twitter : « Toujours avec @fatrudel du JdeM en état d'arrestation. Le policier m'a dit se "calisser" du fait que je suis journaliste #manifencours #ggi » . Le lendemain, une partie de ce texte apparaît sur l’article en ligne de la journaliste, pour être ensuite retirée sans explication.

Cette modification a probablement été faite pour des raisons éditoriales, le style du commentaire jurant sensiblement avec le niveau de texte que l’on retrouve habituellement dans La Presse. Mais encore une fois, il n’en fallait pas plus pour que la rumeur de censure à des fins de propagande se répande dans les réseaux sociaux.

Pour chacun de ses deux journaux, la première erreur a créé un contexte favorable à la propagation d’une rumeur par la suite. Une lecture possible de cette propagation est de confirmer le manque de crédibilité des réseaux sociaux. Il faut plutôt y voir une mesure de la méfiance qui s’est installée chez ceux qui prennent leurs informations sur ceux-ci: ils croient que ces journaux manipulent leur information pour soutenir le gouvernement et n'hésitent pas à faire circuler des nouvelles confirmant cette opinion.

Malheureusement, ces grands médias s'adonnent peu à l’autocritique. Lorsque des journalistes se font molester par les manifestants, cela est déplorée, avec raison, par beaucoup d’entre eux. Cependant, il serait bien qu’ils poussent la réflexion jusqu’à se demander comment les manifestants ont pu en arriver là.

Les deux agoras

Si le conflit sur la hausse de frais de scolarité perdure, c'est notamment parce que chaque camp a son agora. Dans chacun de ces lieux, les auditeurs entendent les opinions qui les confortent dans leurs positions, chaque orateur croit qu'il a la bonne stratégie puisque son public cible l'appuie.

Le gouvernement et les 55 ans et plus ont comme lieu de rencontre les médias de la seconde moitié du XXe siècle: radio, journaux et télévision. Les gens prenant essentiellement leurs informations à ces endroits appuient la hausse plus que la moyenne de la population. Émetteur et récepteur sont en phases.

Les étudiants et la génération Y ont comme lieu de rencontre les médias sociaux (Facebook, Twitter et blogues). Les gens prenant essentiellement leurs informations à ces endroits sont contre la hausse, plus que la moyenne de la population. Émetteur-récepteur, ils se confondent dans ce cas, sont en phases.

Line Beauchamp se cherche un emploi dans le nord

La nouveauté de ce conflit, c'est le second agora: les réseaux sociaux. Le rôle qu'il faut en retenir dans ce conflit n'est pas celui d'un outil pour convaincre, mais bien celui de lieu de rassemblement pour les opposants à la hausse, ce que ne leur permet pas les médias traditionnels. Et dans ce lieu, une culture est née.

On pourrait penser que le gouvernement réalisera bientôt l'importance des réseaux sociaux et investira ce milieu. Or, ce n'est pas aussi simple. La communication à sens unique d'un organisme ne passe pas dans ce milieu. Pour apprivoiser les réseaux sociaux, il faut vraiment jouer le jeu, être sincère dans sa démarche d'échange, respecter les interlocuteurs et accepter de modifier son discours en fonction des échanges. Ce n'est pas un déversoir à propagande. Les partis politiques traditionnels du Québec se sont formés avec la communication à sens unique. Changer cette façon de voir les choses risque d'être difficile pour ces partis, et on peut légitimement se demander s'ils en seront un jour capables.

À l'inverse, il est tout aussi improbable de voir les boomers se diriger en masse vers les réseaux sociaux. Certes, on trouvera toujours des exemples de sexagénaires branchées qui font exceptions à la règle, mais l'immense majorité restera branchée sur la planète télé.

Les jeunes ne retourneront pas plus en arrière, après avoir connu ce nouvel espace qui n'est pas balisé par ceux qui ont construit l'environnement dans lequel ils baignent depuis leur naissance, que ce soit la famille ou l'école. Cet espace en est un de liberté pour eux, ils l'ont expérimenté et ils vont y rester.

Bref, la situation semble être dans un cul-de-sac. Personne ne sait comment cela va se terminer, jusqu'où iront les opposants. Et c'est peut-être un peu cette situation, cette sensation de vide que les plus jeunes n'ont jamais connu, qui soulève tant leur passion.

Lettre aux Saguenéens

Je parlais à ma mère au téléphone jeudi dernier. Suite aux bombes fumigènes lancées dans le métro de Montréal, elle m'a dit sur un ton survolté que « Montréal était pris en otage » par les étudiants.

Une couple de semaines plus tôt, suivant une publication de mon frère sur Facebook, un des ses amis Saguenéens a écrit que « Ouin c`est le pas le temp d`aller a mtl ,c`est le chaos ».

J'aimerais rassurer famille et amis au Saguenay: la grève étudiante ne change rien pour 99% des Montréalais, 99% de temps. La ville n'est pas en état de siège.

Pourquoi ma mère était-elle aussi effrayée? Probablement parce qu'elle a écouté la télévision pendant la journée, et qu'une meute de journalistes traitait le sujet comme une guerre civile. Il est certain que si on mitraille la rue à coup de vox pop pendant des semaines à la recherche d'automobilistes offusqués contre les étudiants qui font perdre de précieuses minutes aux honnêtes payeurs de taxe se rendant au travail, ils vont finir par en trouver.

Mais ces journalistes pourraient également faire des vox pop lorsqu'une voiture tombe en panne, ce qui survient quotidiennement, et cause un bouchon à un des principaux points d'entrée de l'île de Montréal. Ils pourraient s'acharner et demander aux automobilistes « que pensez-vous des personnes irresponsables qui n'entretiennent pas leur voiture et vous met en retard ce matin ? ». Les réponses seraient sensiblement les mêmes que pour la grève étudiante. Non, les gens n'aiment pas être retardés.

Oui, l'interruption de toutes les lignes de métro a causé des problèmes à des centaines de milliers de personnes. Mais l'impossibilité d'emprunter les transports en commun pour se rendre à son travail se produit toujours une ou deux fois par année. Là où cet événement revêt un caractère exceptionnel, c'est que toutes les lignes étaient touchées. Sans vouloir justifier le geste, on parle d'un arrêt de service de 200 minutes du métro, pas d'un acte de « terrorisme ». Aux deux stations que j'ai visitées ce matin-là, personne n'était effrayé. Certains ont même souri lorsque la possibilité que les étudiants en grève puissent être à l'origine de cette panne a été évoquée. C'est grave, oui, mais remettons les choses en perspective, le chaos ne s'est pas emparé de la ville.

Il est vrai que la grève étudiante a un certain impact économique sur la ville. On n'a qu'à voir le maire de Montréal gesticuler dans une sortie paternaliste pour s'en convaincre. Mais les coûts de ces émeutes ne sont qu'une goutte d'eau dans l'océan d'argent qui se brasse à Montréal. Les sommes dépensées jusqu'ici représentent 15 minutes du PIB de la ville (sources: 1, 2). Bref, ces sommes sont importantes dans l'absolu, plusieurs millions, mais une fois mises en perspective, on constate que ce n'est pas tant d'argent que ça.

Cela dit, amis Saguenéens, mon intention n'est pas diminuer l'importance des événements qui se déroulent en ce moment. Le Québec vit une crise sociale majeure, potentiellement la plus importante depuis des décennies. Mais les Montréalais n'en sont pratiquement pas affectés. Je me hasarderais même à avancer que la population en général n'est pas concrètement affectée. Ceux qui subissent directement les effets de cette crise, ce sont les protagonistes. D'abord les étudiants en grève, qui risquent de perdre une session, et d'autre part l'ordre établi. C'est surtout ça qu'on voit lorsque l'on ouvre la télévision, c'est l'ordre établi qui se défend. Pas le chaos, ni des Montréalais pris en otages.

Le symbole Richard Martineau

Richard Martineau avec un nez de clown

Richard Martineau, fort probablement à son corps défendant, est le porte étandard des aversaires du printemps érable. Comment a-t-il pu en arriver là?

Richard Martineau, c'est l'omniprésence médiatique de l'opinion

Tout d'abord chroniqueur estimé dans le journal Voir, un hebdomadaire culturel indépendant, il publie aujourd'hui dans un quotidien de l'empire Québécor, le Journal de Montréal, au rythme époustouflant de 6 fois par semaine. Décupler ainsi le débit de ses opinions n'est pas sans risque, la pertinence risquant fort d'être diminuée. Pour citer Dany Laferrière, Richard Martineau n'a pas suffisamment de ressources intellectuelles pour combler toutes ces pages avec pertinence, ses textes finissant par incarner la vacuité et la superficialité de l'information en continu qui pourrit notre paysage médiatique. Il effleure tous les sujets, il a été qualifié d'omnichroniqueur dans son ancien journal, le coup de gueule demeurant son principal outil.

Richard Martineau, c'est l'opinion qui peut être achetée

En changeant de journal, l'orientation de ses opinions a convergé vers celle de son patron, comme cela a été démontré avec éloquence dans le cas des frais de scolarité. Il rétorquera à cela que ses opinions ont évolué, et nous devons lui accorder le bénéfice du doute. Mais cela n'a au fond que peu d'importance. Que ses opinions aient évolué ou non, les apparences sont contre lui, ce qui dans le paysage médiatique actuel fait de lui un chroniqueur de plus promouvant les intérêts du propriétaire de son journal.

On peut dès lors supposer que Richard Martineau a bradé son opinion pour de l'argent, l'argent d'une mégacorporation tentant d'influencer le gouvernement pour qu'il suive son idéologie.

Richard Martineau, c'est le sophisme à l'oeuvre

Ce qui a fait lever le gâteau, c'est le gazouillis concernant la belle vie des étudiants au iPhone et à la sangria sur une terrasse à Outremont. Cette affirmation est si poreuse qu'elle donna une cible parfaite au feu convergent des adversaires de la hausse. Il a trouvé son vis-à-vis: à son opinion tirée quotidiennement à plus de 200 000 exemplaires, il a eu face à lui 200 000 manifestants qui ont répondu par leurs pancartes et leurs textes.

Le capharnaüm des idées de Richard Martineau et son arsenal de sophismes ont fait ici oeuvre utile: il a poussé ses adversaires à organiser leurs idées, à reposer leur argumentation sur des faits et à les diffuser pour contrer la présence de Québécor, ce qui n'est pas une mince tâche. Ça a donné de bons textes expliquant en quoi son affirmation était un tissu de sophismes (voir ici, , et cette parodie de Wikipédia).

Richard Martineau, c'est un symbole

On l'a vu sur des affiches à la manifestation du 22 mars, il est utilisé dans les discours des chefs étudiants, on l'invite pour se justifier à TLMEP (partie 1, partie 2). Richard Martineau est maintenant l'homme, à tort ou à raison, qui incarne le raisonnement facile, l'opinion tous azimuts et le pouvoir qui utilise toutes les plateformes pour mousser les positions qui l'avantagent. Qu'il soit d'accord ou non n'a maintenant plus d'importance; Richard Martineau est un symbole qu'il a lui-même créé et qu'il nourrit quotidiennement depuis des années.

Pour toutes ces raisons, c'est une aubaine pour le Québec d'avoir une personne telle que Richard Martineau: il incarne de façon caricaturale les raccourcis intellectuels d'une certain classe dominante. Et un adversaire est d'autant plus facile à combattre lorsqu'il a un visage!

C'est pour ces raisons que Richard Martineau est maintenant un symbole. Et paradoxalement, ce symbole est surtout utile à son adversaire.

Du désintérêt politique: La fragmentation des médias

Des filles et des garçons

Ce billet est le quatrième de la série Du désintérêt politique. Cette série présente des hypothèses expliquant le désintérêt de la population pour la politique dans les démocraties occidentales. Vous pouvez consulter toute la série en vous rendant sur le billet d'introduction.

Si on compare le paysage médiatique de 2010 avec celui d'il y a 30 ans, on constate que le nombre de canaux par lesquels il est possible de recevoir de l'information a été multiplié. Le nombre de chaînes de radio et de télévision n'a cessé de croître et, quelque part au milieu des années '90, internet est apparu dans la sphère publique, devenant rapidement une source importante d'informations dans les démocraties du monde.

Cette augmentation de canaux nécessite un accroissement des ressources consacrer à son alimentation en contenu. Bien qu'il y ait eu un gain de productivité dans les 30 dernières années, notamment grâce à l'informatique, ce gain n'est pas assez important pour combler l'espace créé par l'apparition des nouveaux canaux.

Les secteurs d'information, jadis couverts par des journalistes, sont maintenant oscultés par des spécialistes venant de divers horizons. Nombre d'animateurs et de chroniqueurs ont les formations les plus diverses, abordant l'actualité avec un bagage et un langage ne visant pas nécessairement la neutralité journalistique. Il est entendu que la neutralité journalistique est une utopie, mais c'est tout de même un idéal que cherchent à atteindre la majorité des journalistes, alors qu'un animateur d'émission de variétés ne se sentira probablement pas soumis à cette éthique.

Puisque les partis politiques visent maintenant la population en général (cf. deuxième billet de cette série), leurs communications doivent passer par les canaux touchant leur public cible. Encore une fois, ce sont les sondages qui relient les messages au canal idéal. Tous les canaux ne sont pas aptes à bien recevoir un message d'intérêt public ou politique.

Les entrevues ou performances des politiciens prennent alors diverses formes, de sérieuse à légère, en fonction de la nature du canal par lequel le politicien veut passer. Ce faisant, la frontière démarquant les canaux de diffusion sérieux des autres est effacée: tout est bon pour passer un message.

De plus, les ressources, autant financières qu'humaines, disponibles pour chacun des canaux ont diminué. Cette diminution a pour conséquence, dans un contexte de lutte pour les cotes d'écoute, que l'intérêt du public doit être capté à faible coût. L'autoroute pour arriver à ces fins c'est la rumeur, l'anecdote et le scandale. Toutes des attitudes qui, lorsqu'appliqué à la politique, incitent la population à déconsidérer ce sujet.

Nous remarquerons aussi que l'élite économique, suite à cette fragmentation, a diminué au minimum ses apparitions dans les médias, préfèrant engager des firmes de communication ou de relation publique qui contrôlent le message à diffuser. Autre point positif de ce retrait pour l'élite économique, ce sont les spécialistes de la communication qui sont vus par la population. Les membres de cette élite limitent leur exposition personnelle et, indirectement, leur implication officielle dans les débats. Ce sont les corporations qui engagent les firmes de communication, par les présidents ou les dirigeants des entreprises. Sauf exception lors d'immense castrophe telle que BP dans le golfe du Mexique, ce sont les êtres moraux qui sont par la suite blâmés, pas les dirigeants. Ils peuvent donc par la suite être engagés par une autre corporation, sans crainte de trainer une image entachée de scandales.

Ajoutons à cela, tel que vue dans le troisième billet de cette série, que les valeurs promues par les médias et la population en générale favorise les valeurs économiques, ils ont ainsi tout intérêt à se tenir loin des débats.

Au Québec

Au Québec, le nombre de chaînes disponibles sur le câble a explosé depuis 10 ans. En faire le décompte relève du défi. Chose certaine, on est des années-lumières des 3 chaînes qui formaient jadis l'essentiel du paysage télévisuel: Radio-Canada, Télé-Métropole et Télé-Québec (on pourrait aussi ajouter TQS).

L'émission Tout le monde en parle reçoit depuis ses débuts des politiciens en entrevue. Animé par un humoriste/acteur, les propos des invités sont souvent coupés par les interventions du fou du roi, empêchant la conversation de poursuivre son cours vers un propos qui serait considéré comme trop sérieux. Parfois hors propos, parfois juste, les présences des politiciens à cette émission ont des résultats hasardeux. Comme les contours de l'émission sont mal définis, on y reçoit des invités mais on n'indique pas toujours à quelle fin si ce n'est, comme le titre le laisse à penser, que tout le monde en parle… Cette émission illustre bien le flou qui existe dans le style des médias: est-ce de l'information, du divertissement? On ne sait trop.

Pour ce qui est du retrait des compagnies privées de la scène médiatique, les exemples sont nombreux au Québec, notamment dans le domaine des ressources naturelles. Dans le domaine minier, plus précisément de l'uranium, ces compagnies ont engagé via la firme de relations publiques National l'ex-député du Bloc Québécois Yvan Loubier. Les compagnies minières se cachent derrière ce porte-parole qui connaît les rouages de la politique québécoise, qui est bien branché auprès de l'opposition, il fait partie de la famille souverainiste, et qui n'est pas en lien direct avec ses véritables employeurs. Le parti au pouvoir est bien sûr sensible aux arguments économiques mis de l'avant par monsieur Loubier justifier l'exploitation des mines d'uranium en sol québécois.

André Caillé dans le dossier des gaz de schistes supporte aussi cette hypothèse du retrait de l'élite économique.

Du désintérêt politique: médias et valeurs

Des filles et des garçons

Ce billet est le troisième de la série Du désintérêt politique. Cette série présente des hypothèses expliquant le désintérêt de la population pour la politique dans les démocraties occidentales. Vous pouvez consulter toute la série en vous rendant sur le billet d'introduction.

La concentration de la presse, à travers les acquisitions d'entreprises et la consolidation des marchés, a mené à une uniformisation du traitement de l'information. Les conglomérats qui possèdent ces médias tendent à influencer le point de vue des publications. Cette influence ne se fait pas nécessairement par un contrôle direct du contenu, mais bien par une influence globale sur la direction adoptée par les médias. En particulier, le contenu n'est pas contrôlé, mais en moyenne il s'oriente certainement vers une direction qui ne doit pas déplaire aux propriétaires.

Peut-être sous cette influence, la portion représentée par les secteurs de la finance et de l'économie occupent une place de plus en en plus importante dans les médias d'information, alors que celle réservée à la pauvreté, au chômage et aux autres problèmes sociaux tend à diminuer (source Democracy and the News).

Cette exposition tend à favoriser l'adoption des valeurs propres aux secteurs de la finance et de l'économie, comme la rentabilité à court terme et les mesures d'efficacité, comme valeurs de la société en général, puisqu'elles sont prépondérantes dans les médias. À long terme, ceci incite le lectorat à adopter ces valeurs dans leur analyse de la société et des gouvernements.

Le discours emprunté par les partis politiques doit par la suite faire la promotion de ces valeurs, puisque tel que démontré dans le billet sur la cible des partis politiques, ce sont ces valeurs qui ressortent dans les sondages d'opinion.

Dans ce contexte, les individus qui ont une vision différente des positions que devrait défendre l'État dans les orientations de la société ne se reconnaissent pas dans l'attitude adoptée par les élus et les candidats, car la place accordée à l'économie et à la réussite financière du gouvernement occupe toujours la première place dans les initiatives.

De plus, l'influence des grandes industries semble disproportionnée dans ce contexte, leurs suggestions semblent avoir une oreille attentive dans les gouvernements en place.

On peut aussi penser que la primauté de ces valeurs rapproche les grands financiers des représentants de l'État, des députés aux hauts fonctionnaires, tant au niveau idéologique que sur le terrain. Cela tend à favoriser la participation politique des représentants de ces domaines, puisqu'ils y retrouvent leurs valeurs.

Ceci fait en sorte que l'individu considère son pouvoir d'influence comme étant insignifiant auprès du gouvernement. Son opinion ne semble pas faire le poids devant la force des grandes entreprises qui ont leurs entrées directes auprès des gouvernements et qui partagent leur philosophie.

S'ensuit donc une désaffection des processus démocratiques, puisque ce sont les entreprises qui ont du pouvoir, pas les individus.

Au Québec

On ne peut bien sûr évoquer les médias au Québec sans évoquer les 2 corporations qui possèdent plus 95% de la presse écrite: Québécor et Power Corporation (via Gesca). Une société où le relais d'information entre le gouvernement et la population, chaînon essentiel dans une démocratie saine, est assuré par seulement 2 canaux a assurément une diversité de points de vue anémique.

La loi sur le déficit zéro adoptée par le gouvernement Bouchard en 1996 entre en droite ligne avec ces valeurs économiques. On peut aussi voir dans le slogan du PLQ pour les élections de 2008 l'importance accordée à ces valeurs: L'économie d'abord, Oui.

La gestion par le gouvernement québécois du récent débat sur l'exploitation des gaz de schistes tend aussi à corroborer cette explication. Cette exploitation pour le Québec est « synonyme d’enrichissement collectif et de création d’emplois », aux dires d'André Caillé, président de l’Association pétrolière et gazière du Québec. Avant même que des débats sur les impacts environnementaux aient lieu, et sans consultation de la population habitant à proximité des lieux d'exploitation, les chiffres annoncés par les sociétés qui profiteraient de ces retombées sont repris directement par les représentants de l'État semble obtenir l'aval de l'État québécois.

Épidémie de mouche à fruits à Montréal

Montréal, 19 juillet 2010

(La presse montréalaise) Une épidémie de mouche à fruits s'est déclarée à Montréal. Les chaleurs excessives qui sévissent sur la région depuis le début de l'été combiné à un intérêt pour l'alimentation saine, essentiellement moussé par les émissions de télévision culinaire, seraient à l'origine de cette recrudescence de l'insecte indésirable.

La mouche à fruits, de son nom scientifique Drosophila melanogaster, est reconnue pour se retrouver dans la cuisine, non seulement autour des fruits, mais aussi autour de toute flaque d'eau croupissante (plat trempant dans l'évier, fond de bière, etc.).

La coalition des mangeurs de viande du Québec (LMVQ) profite de cette épidémie pour faire la promotion de leur campagne « un menu 100% viande », qui propose une diète sans fruit et sans légume: un steak avec un oeuf est proposé pour le déjeuner. La ligue de végétariens unis du grand Montréal (LVUGM) a d'ailleurs dénoncé l'opportuniste de ceux qu'ils qualifient de « carnivores du Québec », faisant même un rapprochement entre cette crise et celle du H1N1, comparant la réaction de la LMVQ à celle de GlaxoSmithKline pendant la période.

Bien que plusieurs individus prétendent connaître des recettes pour s'en débarrasser, les autorités sanitaires reconnaissent que le meilleur moyen d'éradiquer la mouche à fruits se nomme le mois de novembre. Il s'agirait simplement d'attendre le mois le plus sombre de l'année et de laver toutes les pièces à grande eau.

L'homme le plus important du Québec

Logo du Canadien de Montréal

L'homme le plus important du Québec, c'est le gardien de but du Canadien de Montréal.

En effet, si on regarde la couverture médiatique accordée à chaque sujet, celle accordée au Canadien de Montréal bat tous les autres, et ce depuis que ce genre de mesure est effectuée (voir les bilans d'Influence Communication).

Et le joueur du Canadien dont on discute le plus, ne serait-ce que par le temps qu'il passe sur la glace par rapport aux autres joueurs, c'est le gardien de but. C'est aussi le joueur dont la performance a une influence directe sur pointage d'un match: il peut faire perdre ou gagner un match à lui seul, à tous les matchs.

La personne la plus importante du sujet le plus couvert, c'est le gardien de but du Canadien de Montréal.

On peut aussi s'en convaincre par le nombre de Québécois qui regarde les matchs du Canadien de Montréal diffusé à la télévision (5,7 millions pour la saison 2008-09). Et qui donc est permanence sur la glace lors de tous ces matchs? Le gardien de but.

Toujours pas convaincu? Le nombre de pages web consacrées à "Carey Price" est d'environ 299 000, alors que le nombre consacré à "Jean Charest" est d'environ 374 000. Certes, Jean Charest bat Carey Price à ce chapitre, mais Jean Charest a été premier ministre pendant 7 ans, alors que Carey Price s'approche de ce nombre avec… 3 saisons pour le Canadien de Montréal (et il n'est pas le gardien numéro 1!).

Y a-t-il un ancien premier ministre du Québec qui soit plus connu que Patrick Roy? Probablement René Levesque. Mais depuis, je doute qu'aucun ne soit parvenu à le surpasser.

Ceci me porte à croire que seul un homme, ou une femme, politique faisant accéder le Québec à la souveraineté pourrait battre en notoriété un gardien de but menant le Canadien de Montréal à la coupe Stanley.

Page suivante »