697 billets et 975 commentaires jusqu'à maintenant

La Chine (troisième et quatrième partie)

Le présentateur, pour la troisième et la quatrième conférences, était Peter Foggin, professeur au département de géographie de l'Université de Montréal.

Moins bon communicateur que Fred Bild, il a su montrer plus de 100 acétates en 120 minutes pour un total d'au moins 400 photos. Et ce à chacune de ses 2 représentations. J'ai vu du pays!

Bien que d'une vertu pédagogique discutable, cette manière de procéder m'a fait prendre conscience de toute la diversité du peuple et de la géographie chinoise. Le concept de « Chine » représente maintenant une complexité et une réalité qui ne peut être réduite aux images qui peuplaient auparavant mon imaginaire.

Les valeurs chinoises

Le sujet de la troisième conférence était les valeurs chinoises. Mr. Foggin ayant été appelé à remplacer un autre conférencier au dernier moment, il n'a pas eu le temps de préparer son sujet à fond. Il a choisit de nous parler des valeurs chinoises vu à travers le prisme de son domaine d'étude, la géographie culturelle. En fait, il nous a plutôt montré des photos de ses voyages, il est né en Chine et y est allé à chaque année depuis 1987.

Il a couvert 9 points en 60 minutes, ce qui a donné lieu à un foisonnement de petits faits et très peu de réflexions. Je ne raconterai que la catégorie « en vrac », n'ayant pas de fil conducteur sur ce sujet qui semblait pourtant prometteur.

  • La politique de l'enfant unique date de la fin des années 70. Bien qu'applicable en milieu urbain, il fut difficile de la faire appliquer à la campagne, la main d'oeuvre familiale étant capitale et on préférait, quitte à n'avoir qu'un seul enfant, avoir un garçon. Mao considérait une grande population comme une richesse et non comme un problème. C'est pourquoi il a fallu attendre sa disparition avant la mise en place de cette politique. Cette politique cassait l'unité familial; le droit d'avoir une famille est une valeur très importante pour les Chinois.
  • Certaines municipalités chinoises, de part leur immense population, ont le même statut politique que les provinces. Il s'agit des villes de Beijing, Shanghaï, Chongqing, et Tianjin. Il y a aussi des régions dites « autonomes » qui n'ont, à ce que j'ai compris, rien d'autonome du tout. Il s'agit en fait de régions où vivent des minorités ethniques. J'y reviendrai plus loin.
  • Les Chinois ont maintenant le droit de voyager à l'intérieur du pays. Ils voyagent donc de plus en plus.
  • Cette nouvelle permission a créé une nouvelle classe sociale urbaine. Il s'agit des gens des campagnes qui sont venu habiter en ville. Ils n'ont pas le droit de résidence et aux services auxquels les habitants « légaux » ont accès. Cette classe est très nombreuse, 150 millions de personnes à travers la Chine, et favorise la création de « ghettos » ethniques, les gens se regroupant et s'aidant selon leurs origines.
  • Il y a des problèmes de logement en ville. Le gouvernement encourage aujourd'hui les gens à acheter leur appartement, alors qu'ils étaient autrefois subventionnés à 100%.
    La retraite pour les hommes est à l'âge de 60 ans et de 55 ans pour les femmes. Jusqu'en 1994, une semaine était composée de 6 jours de travail et d'un seul jour de repos.
  • La Chine est devenu un immense marché de consommation. Les gens veulent s'enrichir par tous les moyens. Lorsque Mr. Foggin a montré une photo d'un Wallmart en Chine, la foule s'est écriée d'un grand « haaaaa » scandalisé, alors que s'ils s'étaient arrêtés à y penser un instant, ils se seraient rendus compte qu'en achetant au Wallmart, les Chinois encouragent leur économie locale.
  • Les religions connaissent une popularité croissante et le communisme une popularité décroissante.
  • Les Chinois connaissent de graves problèmes de déforestation et de pollution, ce qui en fait une population très conscientisée de l'environnement.

Les minorités en Chine

Le sujet de cette quatrième et dernière conférence sur la Chine était les minorités en Chine. Sujet fascinant qui révèle une fois pour toute, la grande complexité de ce pays.

La Chine est composée de 56 nationalités officielles, dont 55 minorités. Cette classification a été faite par des anthropologue au cours des années 60. La Chine est en fait constituée de centaines d'ethnies. La plus grande partie de la population, 91%, est formée par les Hans, les vrais Chinois si l'on peut dire. À l'intérieur même des Hans, il existe des sous-groupes qui se considèrent comme une ethnie à part entière, les Hakka par exemple. Les Hakka habitent une forme de maison très spéciale appelée tu lou qui consiste en un immense tore dans lequel peut loger jusqu'à 80 familles. Voir une photo d'un village formé de tu lou est très impressionnant.

Il y a plus de 18 minorités qui ont une population supérieure à 1 million d'habitants.

Le drapeau de la Chine, bien qu'il n'existe pas d'interprétation officielle, représenterait certaines ethnies de la Chine: la grande étoile représenterait l'ethnie majoritaire, les Hans, alors que les 4 petites étoiles représenteraient les minorités Mandchous, Tibétains, Mongols et Huis.

Les minorités occupent des parties différentes de la Chine. Elles sont parfois très dispersées sur un grand territoire et d'autres fois extrêmement regroupé géographiquement. La grande majorité des minorités a une espérance de vie très faible, entre 40 et 50 ans, due à une mortalité infantile très élevée, allant jusqu'à 400/1000. Elles ont aussi un revenu moyen beaucoup plus faible, ce sont ces minorités qui forment la Chine pauvre. Plus une minorité est assimilée aux Han, plus elle a une condition économique élevé.

À l'intérieur d'une même ethnie, il y a souvent plusieurs langues qui sont très différentes. La langue principale de la Chine est le mandarin et elle existe sous 4 formes, celle du nord de la région de Beijing étant la langue nationale. Bien que s'exprimant sous diverses formes, toutes les formes de mandarin ont la même écriture.

Analyse de la loi sur les élections municipales et les référendums dans les municipalités dans le cadre du vote électronique

3e billet d'une série de 12 concernant le vote électronique. Vous pouvez avoir accès au résumé des 12 billets ou encore à la liste de tous les billets concernant le vote électronique.

J'ai débuté ma visite sur le site du directeur général des élections du Québec, en cliquant sur la nouvelle intitulée « Le Directeur général des élections du Québec est extrêmement préoccupé par les difficultés de transmission des résultats ».

J'y ai appris des choses très intéressantes, notamment l'existence de 2 systèmes de votation dit électronique: l'urne électronique et le terminal de votation.

Le système utilisé dans ma circonscription, et je suppose dans tout le grand Montréal, a été l'urne électronique. Lors de mon vote, mon bulletin était en papier et je devais cocher les candidats de mon choix. Tout ce qu'il y a de plus traditionnel comme système. L'urne électronique est en fait la machine dans laquelle mon bulletin est « glissé ».

À partir de là, je n'ai plus aucune information. Comment fonctionne cette machine, comment se nomme-t-elle, est-ce que ce type de machine est utilisé dans tous les bureaux de vote de Montréal, etc. AUCUNE information. Nous partons donc d'ici.

Jusqu'à maintenant je sais que le nom de la compagnie qui opérait cette machine pour les élections de Montréal se nomme PG Élections et que les urnes électroniques ont été utilisées dans 75 municipalités. Est-ce que toutes les urnes électroniques dans toutes les municipalités provenaient de la même compagnie ? Mystère.
S'agirait-il du T@buvote décrit sur le site web de PG Élections ? Je ne reconnais pas la machine sur la photo, mais il faut dire que l'urne électronique était dissimulée à l'intérieur d'une boîte de carton. Pourquoi ?

Analyse

J'ai téléchargé la loi sur les élections municipales et les référendums dans les municipalités et, déception, elle est à toute fin pratique illisible dans mon navigateur, les accents n'ayant pas été encodées comme il faut dans le code de la page web… Il faut spécifier au navigateur de recoder le tout en UTF-8.

Le projet de loi à été mis à jour le 1 novembre 2005. On peut affirmer que notre source est à jour sans crainte de se tromper.

Fonctions du scrutateur

Le point 80 du texte de loi décrit les fonctions du scrutateur:

80. Le scrutateur a notamment pour fonction:

  • 1° de veiller à l'aménagement du bureau de vote;
  • 2° d'assurer le bon déroulement du scrutin et de maintenir le bon ordre à son bureau de vote;
  • 3° de faciliter l'exercice du droit de vote et d'assurer le secret du vote;
  • 4° de procéder au dépouillement des votes;
  • 5° de transmettre au président d'élection les résultats du vote et de lui remettre l'urne.

Selon ce texte, c'est au scrutateur de procéder au dépouillement et de transmettre les résultats au président de l'élection, urne électronique ou non. Comment exerce-t-il ces fonctions si l'urne transmet ses résultats par internet à la compagnie mère ? (ce n'est que supposition, j'ignore toujours ce qui se passe)

Serment

85. Tout membre du personnel électoral doit, avant d'entrer en fonction, faire le serment qu'il exercera sa fonction conformément à la loi.

Les employés des compagnies de machine à voter font-ils partie de ce que l'on nomme les membres du personnel électoral?

Points de la loi qui deviennent invalides avec l'utilisation d'urnes électroniques

Les points qui suivent deviennent caducs dans le cas de l'utilisation d'une urne électronique. Ils ne peuvent s'appliquer puisque cette urne ne devient, pour ce que j'en comprends, qu'un simple relait d'information à un système central.

L'urne électorale

201. L'urne doit être d'un matériau solide. Il doit y avoir sur le dessus une ouverture étroite, de façon que les bulletins de vote puissent être introduits dans l'urne par cette ouverture mais qu'ils n'en puissent être retirés sans que l'urne ne soit ouverte.

Dépôt du vote dans l'urne

223. Après avoir marqué et plié tout bulletin de vote reçu, l'électeur quitte l'isoloir.
[…]
Dépôt dans l'urne.

Enfin, l'électeur dépose lui-même le bulletin dans l'urne.

Il y avait une dame qui mettait elle-même les bulletins de tout le monde dans l'urne électronique. Il n'y a personne dans mon bureau de vote qui a pu de lui-même mettre son bulletin dans l'urne électronique.

Dépouillement

229. Après la clôture du scrutin, le scrutateur procède au dépouillement des votes avec l'assistance du secrétaire du bureau de vote.

232. Le scrutateur ouvre l'urne, procède au dépouillement en prenant un par un les bulletins déposés dans l'urne et permet à chaque personne présente de les examiner sans les toucher.

241. Après avoir dressé le relevé du dépouillement, le scrutateur place dans des enveloppes distinctes les bulletins attribués à un même candidat, les bulletins rejetés au dépouillement, les bulletins annulés et non déposés dans l'urne, les bulletins non utilisés et le relevé du dépouillement.

242. Le scrutateur scelle ensuite les enveloppes.

243. Le scrutateur dépose dans l'urne les enveloppes, le registre du scrutin et la liste électorale.

Scellés.

Il scelle ensuite l'urne.

247. Le président d'élection procède au recensement des votes en utilisant les relevés du dépouillement remis avec les urnes et en compilant les votes exprimés en faveur de chaque candidat.

252. Dès que le recensement des votes est terminé, le président d'élection en annonce les résultats aux personnes présentes.

Toutes ces prodécures sont basées sur le fait que le bulletin de vote est en format papier et est fait sur place par le président d'élection.

Conclusion

Le site web du Directeur général des élections stipule que « Les dispositions de la Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités permettant l’essai de nouveaux mécanismes de votation ont été introduites dans la loi en 1996 ».

Or, je n'ai rien lu de tel dans le texte de loi que j'ai consulté. Rien qui ne parle de « nouveau mécanisme ». Je vous invite à poster la référence si vous en trouvez une.

PG Elections

2e billet d'une série de 12 concernant le vote électronique. Vous pouvez avoir accès au résumé des 12 billets ou encore à la liste de tous les billets concernant le vote électronique.

Je me suis fixé un but assez simple à cette quête: savoir ce qui arrive à mon vote une fois que j'ai remplie le bulletin, et ce jusqu'à l'élection des candidats. Il me semble normal que cette information soit accessible à tous les citoyens participant à une démocratie.

Suite à mes interrogations d'hier sur le vote électronique, Stefan a posté un commentaire où il indique une page contenant le nom des machines utilisées pour les élections municipales, dont celles pour Montréal.

Je me suis dirigé sur cette page et j'y ai trouvé le nom de la machine à voter: Perfas-Tab + BVI. J'ai ensuite effectué une recherche sur internet à l'aide de ces mots-clefs et j'ai finalement trouvé le nom de la compagnie qui a été en charge des élections municipales de Montréal: PG Elections. C'est effectivement le nom que m'avait indiqué le scrutateur électoral et que j'avais oublié… c'est pour ça que je voulais de la documentation papier!

Je laisse l'analyse du site web à d'autres, mais disons qu'il fait assez 1995, avec ses frames entre autre. J'ai vu dans les médias aujourd'hui que le vote électronique n'est pas allé pour le mieux. Les résultats n'étaient pas disponible sur le site web du Directeur général des élections alors qu'ils l'étaient sur celui de la compagnie des machines à vote. Je m'étonne qu'avec un site web de cette qualité ils aient pu réunir le talent nécessaire pour afficher ces données le jour du vote.
Quoiqu'il en soit, je n'ai vu aucune trace de ces pages: la plus récente nouveauté date du 4 octobre 2005…

Je soupçonne fortement qu'il soit optimisé pour Internet Explorer. J'ai cliqué sur « Plan du site » et ensuite sur « L'Interface électorale » pour voir si c'était bien la machine que j'avais vu; il y avait une erreur 404 qui m'attendait au bout du lien. Ça commence bien.

J'ai remarqué que, bien que l'adresse initiale que j'avais tappée était « www.pgelections.com », j'étais maintenant rendu sur le site « www.quattra.qc.ca », n'est-ce pas curieux ? Un petit whois sur chacun des noms de domaine nous donne:

Domain Name: PGELECTIONS.COM
Registrar: ENOM, INC.
Whois Server: whois.enom.com
Referral URL: http://www.enom.com
Name Server: ALEXIS.GLOBETROTTER.NET
Name Server: TROTTEUR.GLOBETROTTER.QC.CA
Status: ACTIVE
Updated Date: 19-apr-2005
Creation Date: 13-apr-2001
Expiration Date: 13-apr-2006

Domain name: pgelections.com

Registrant Contact:
Private Registration
Dany St-Pierre (privacy@droc.ca)
+1.8664340212
Fax: +1.8664340211
PO Box 4577
Markham, ON L3R 5M7
CA

Administrative Contact:
Private Registration
Dany St-Pierre (privacy@droc.ca)
+1.8664340212
Fax: +1.8664340211
PO Box 4577
Markham, ON L3R 5M7
CA

Technical Contact:
Private Registration
Sylvain B¨¦rub¨¦ (privacy@droc.ca)
+1.8664340212
Fax: +1.8664340211
PO Box 4577
Markham, ON L3R 5M7
CA

Et pour quattra.qc.ca

Status: EXIST Registrar:
DomainePlus.com (3612040 CANADA inc.)
Registrar-no: 8224
Registrant-no: 1037 Domaine-no: 1037
Subdomain: quattra.qc.ca
Renewal-Date: 2006/06/24
Date-Approved: 2000/09/19
Date-Modified: 2005/05/14
Organization: Quattra Design Inc.
Description: Organisme incorporé au provincial offrant des services programmation de logiciel, de connexion réseau et de services électoraux
Admin-Name:
M. Alain Robillard
Admin-Title: Président
Admin-Postal: Quattra Design Inc.
101, rue Jean-Bruchesi
St-Augustin-de-Desmaures QC G3A 2N2 Canada
Admin-Phone: 418 524-5734 Admin-Fax: 418 524-3587
Admin-Mailbox: arobillard@quattra.qc.ca Tech-Name: Mme Isabelle Fortier
Tech-Title: Analyste-Programmeur
Tech-Postal: Quattra Design Inc. 143, rue du Bosquet
St-Étienne-de-Lauzon QC G6J 1T3 Canada
Tech-Phone: 418 524-5734 Tech-Fax: 418 524-3587
Tech-Mailbox: ifortier@quattra.qc.ca
NS1-Hostname: alexis.globetrotter.net
NS1-Netaddress: 142.169.1.16
NS2-Hostname: trotteur.globetrotter.qc.ca
NS2-Netaddress: 199.84.242.22

Donc le site web www.pgelection.com est enregistré en Ontario et celui de quatra.ca.ca à St-Augustin-de-Desmaures. En fait, la page « Contact » du site nous donne une adresse dans la ville de Québec.

Voilà pour la situation géographique. En faisant le tour du site web du mieux que je pouvais, je n'ai pas trouvé de référence directes aux élections municipales du 6 novembre, encore moins quant à celle de Montréal.

Prochaine étape: Visite sur le site web du Directeur des élections pour avoir de l'information sur les machines à votes.

Qu'advient-il de mon vote électronique pour l'élection de Montréal ?

1er billet d'une série de 12 concernant le vote électronique. Vous pouvez avoir accès au résumé des 12 billets ou encore à la liste de tous les billets concernant le vote électronique.

J'ai voté de manière électronique aux élections municipales d'hier (6 novembre 2005).

Au moment du vote, j'ai demandé s'il était possible d'avoir de la documentation au pauvre diable qui cherchait mon nom sur la liste électorale. Pris au dépourvu, il m'a orienté vers le scrutateur. Ce dernier m'a parlé d'une matrice, d'un procédé…

Je ne mets pas en doute la bonne foi du scrutateur, mais moi je ne voulais pas discuter ça entre l'urne et une machine électronique qui faisais le décompte, je voulais du papier, de la documentation!

J'aimerais savoir comment sont élus nos représentants. Je fais le tour du site web sur le vote aux élections municipales de la Ville de Montréal, je n'ai rien trouvé.

Je poursuis mes investigations. Je veux vraiment savoir comment fonctionne notre processus démocratique, mais surtout s'il est possible à n'importe qui, rôle que je me sens parfaitement capable d'incarner, d'avoir accès à l'information qui nous permet de savoir comment fonctionne une élection.

« Page précédente