673 billets et 957 commentaires jusqu'à maintenant

Implication des scientifiques dans les processus de décision: les présentations

Au début de l'année, j'avais discuté de la session que j'allais tenir, aidé de Simon Hobeila, conseiller en éthique de la recherche à l'Université de Montréal, ainsi que Jacques Descurieux, conseiller national en communications à Environnement Canada, pour tenir une session ayant pour titre l'Implication des scientifiques dans les processus de décision au congrès 2008 de la Société canadienne de météorologie et d'océanographie.

Eh bien voilà, la session s'est tenue à la fin mai à Kelowna en Colombie-Britannique. Et comme, vous le savez, la pérennité est pour moi un sujet important, nous avons filmé chaque présentateur, recueilli les fichiers des présentations et fait signer des licences Creative Commons BY afin de retirer le maximum de cette manifestation.

Vous pouvez trouver le tout sur la page de ptaff.ca consacrée à cette session.

Pour vous donner un avant-goût, je vous suggère d'écouter la présentation de Charles Lin qui nous parle du passé, du présent et du futur du Groupe intergouvernemental sur l'évolution climatique (GIEC) sur lequel il a siégé. On y apprend plein de détails intéressants, notamment comment se déroulait les réunions lorsqu'il fallait arriver à un consensus et que, bien sûr, le temps venait à manquer. Vous pouvez aussi télécharger la présentation qui accompagne le film.

Implication des scientifiques dans les processus de décision: les présentateurs

Vous étiez au courant, n'est-ce pas, que je fais partie de l'organisation d'une session intitulée Implication des scientifiques dans les processus de décision qui aura lieu au prochain congrès de la Société de météorologie et d’océanographie. Mais oui, j'en ai déjà parlé dans un précédent billet.

Et bien ça y est, on a tout notre monde. En tout, cette session comptera 11 présentations et 2 affiches. Ça s'annonce très intéressant, surtout que l'on aura une belle demi-heure de discussions tout le monde ensemble une fois les présentations terminées.

Un avant-goût de ce que cette session va comporter:

  • Le scientifique Charles Lin qui a participé aux groupes de travail I (aspects scientifiques du système climatique et de l’évolution du climat) et III (solutions envisageables pour limiter les émissions de gaz à effet de serre) du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC). Il a donc reçu conjointement avec ce groupe le prix Nobel de la paix en 2007. Il viendra parler du passé, du présent et du futur du GIEC.
  • Jean-pierre Savard, du consortium Ouranos, présentera les impacts des changements climatiques sur les populations vivant sur les côtes au Québec.
  • Arelia Werner, de l'Université de Victoria, a fait la visite de plusieurs villes et villages de Colombie-Britannique pour expliquer aux autorités locales les conséquences des changements climatiques sur leur communauté. Elle vient nous raconter son expérience.

La liste complète des présentations ainsi que leur résumé est disponible dans la section « horaire » de la page web du projet: //ptaff.ca/cmos/2008/.

Comme la conférence a lieu à Kelowna, en Colombie-Britannique, et que certains d'entre vous m'ont fait savoir qu'ils ne pourraient y être cette semaine-là (25 au 29 mai), nous filmerons les présentations des personnes qui auront accepté de signer une licence Creative Commons BY. Nous procéderons de la même manière pour les fichiers des présentations.

Après le congrès, les fichiers et les vidéos pourront être téléchargés en format ouvert sur la page du projet. Par la suite, ô joie, je transférerai les vidéos sur YouTube et publierai une série de billets sur ces présentations. Un billet par présentation. Il vous sera alors loisible de commenter les présentations, poser vos questions, passer vos commentaires, etc.

Si tu ne peux pas amener tout le monde au congrès, emmène le congrès à tout le monde.

Coup de pouce de Science! On blogue

Dans le cadre de la session Implication des scientifiques dans les processus de décision du prochain congrès de la Société canadienne de météorologie et d'océanographie, j'ai contacté certains membres de la blogosphère scientifique du Canada, sollicitant leur aide pour rejoindre des scientifiques d'horizons le plus diversifié possible.

L'appel a été entendu par Mario Tessier auteur de Science! On blogue - culture.

Vous pouvez aussi consulter le premier billet sur ce sujet.

Implication des scientifiques dans les processus de décision

L'an dernier, lors de ma présence au congrès de la Société de météorologie et d'océanographie (SCMO), une chose m'a surprise: la plupart des conférences plénières portaient sur le réchauffement climatique. Tous les résultats des scientifiques pointaient vers la même conclusion, peu importe leur champ d'expertise (climat, glace, biologie, etc.).

CMOS

Ce congrès étant LA réunion annuelle des scientifiques canadiens spécialistes du climat, je me suis demandé jusqu'à quel point les politiques du gouvernement pouvaient être influencées par ces personnes. Quel est le lien entre la réalité scientifique et la prise de décision?

Afin de répondre à ces questions, je me suis joins à Simon Hobeila, conseiller en éthique de la recherche à l'Université de Montréal, ainsi qu'à Jacques Descurieux, conseiller national en communications à Environnement Canada, pour tenir une session ayant pour titre l'Implication des scientifiques dans les processus de décision au congrès de la SCMO en 2008.

Nous aborderons l'implication des scientifiques dans les processus de décision selon 3 thèmes:
* La prise de décision politique;
* Le transfert et le partage de connaissances scientifiques et hydrométéorologiques;
* La responsabilité scientifique face au débat environnemental.
Vous pouvez aussi consulter la description détaillée de notre session.

Si vous êtes intéressé – ou connaissez quelqu'un qui pourrait être intéressé – à venir présenter sur cette question on ne peut plus importante, vous avez jusqu'au 15 février 2008 pour soumettre vos résumés via la page web de la SCMO. Le congrès se tient du 26 au 30 mai 2008 à Kelowna dans la vallée de l'Okanagan en Colombie-Britannique.

Congrès de la SCMO 2007

J'arrive tout juste du congrès de la Société de météorologie et d'océanographie qui se tenait du 28 mai au 1 juin 2007 à St-John’s, Terre-Neuve-et-Labrador. Il s'agit d'un rendez-vous annuel où sont présentés les derniers résultats des scientifiques Canadiens dans les domaines de la météorologie, de la climatologie et de l'océanagraphie. Cette année, plus de 1000 scientifiques, dont moi, étaient rassemblés pour ce congrès.

Iceberg vue de Signal Hill à St-John’s

Je publierai dans les prochains jour des billets à propos de quelques présentations auxquelles j'ai assistées.

Si j'ai une seule impression à rapporter concernant mon expérience là-bas, c'est que notre planète est scrutée, plus que jamais dans notre histoire, et que le Canada possède un bassin plus qu'impressionnant de scientifiques se consacrant à cette tâche. Nous avons des spécialistes qui analysent les données, les instruments d'observations et leurs significations.

En aucun cas nous ne pourront prétendre que nous ignorons ce qui se passe. Universtaires, instituts scientifques et ministères du gouvernement produisent une multitude d'études s'y consacrant. Ça fait beaucoup de connaissances au pied carré, même dans toute l'immensitude du Canada.