625 billets et 904 commentaires jusqu'à maintenant

De la valeur ajoutée des pages de discussions des articles de Wikipedia

Un des aspects négligés, selon moi, à propos de wikipedia, c'est la valeur incroyable qu'ajoute la page de discussion des articles.

Il est non seulement possible d'avoir le point de vue sur lesquels les auteurs se sont entendus sur les articles, mais on peut s'informer sur les points litigieux, nébuleux et lire quels ont été les arguments et contre-arguments. On peut alors voir quels points soulèvent les passions, situer les points soulevés dans le temps, voire dans l'espace si on sait d'où proviennent les contributeurs. Une mine d'informations!

Des exemples? Avec grand plaisir.

Tout d'abord le passage qui est à l'origine de ce billet. Il s'agit de la discussion sur le verglas massif de 1998:

Titre de l'article

Est-ce que Crise du verglas de 1998 ne serait pas plus approprié pour nommer cet article? D'une part, c'est la terme couramment utilisé. D'autre part, l'expression verglas massif ne me semble pas naturel. Est-ce qu'un verglas peut être « massif »? Cela ressemble à une influence du mot anglais massive. Nepas ledire 14 octobre 2006 à 19:24 (CEST)

Cet article ne porte pas seulement sur l'aspect crise de ce verglas mais sur l'événement, ses origines, ses conséquences,etc. l'article nécessite donc un titre descriptif et non juste une appellation locale. Secondo, le titre original était "Tempête de verglas de 1998" mais du verglas ça ne tombe pas, c'est la pluie qui en se congelant qui forme le verglas. Tertio, selon le linguiste de Radio-Canada et l'Office québécois de la langue française, on parle de verglas massif pour désigner ce genre de situation et ça ne vient pas de "massive" en anglais. Pour toutes ces raisons, j'ai changé le titre le 8 mars 2006 (voir historique) selon les critères mentionnés. Pierre cb 15 octobre 2006 à 00:09 (CEST)

Un deuxième exemple: la sensibilité Saguenay vs Lac-St-Jean est exprimée sur la page de discussion et non sur l'article du Saguenay–Lac-Saint-Jean

Troisième exemple: Hugo Chávez, un type qui ne fait pas l'unanimité? Vous ne croyez pas si bien dire.

Quatrième exemple: Mon empoignade épique avec un Français sur la chopine et la pinte. On a fini par s'en sortir.

Sur quoi s'ostinait le gens qui ont fait les articles des encyclopédies traditionnelles? Quels ont été leurs arguments? D'où venaient-ils?

On ne peut comparer des incomparables, je suis bien d'accord.

Variation quotidienne de la durée du jour

Nouvel ajout sur la page soleil de ptaff.ca: il y a maintenant un graphique qui illustre le nombre de minutes de clarté que l'on gagne ou que l'on perd, à chaque jour.

Il s'agit en fait de la dérivée de la courbe de la durée de clarté à chaque jour, vous l'aurez deviné.

Je croyais que ce graphique serait d'un intérêt limité, qu'il consisterait en fait à un sinus avec une amplitude plus ou moins grande. Que non!

Vous trouverez quelques cas intéressants ici. Vous n'avez qu'à cliquer sur l'image pour vous rendre sur la page du projet soleil pour avoir tous les graphiques pleines grandeurs et les détails précis sur la latitude et longitude des endroits.
Sur la page du projet, si vous cliquez sur le petit icône à droite du nom de l'endroit, vous vous rendrez sur Google Maps à l'endroit sélectionné.

Cas classique: Saguenay, Québec, Canada

On y gagne au maximum environ 3 minutes et demi de clarté par jour.


Variation de la durée du jour pour Saguenay

Cas plaffonné: Iqualuit, Nunavut, Canada

Ville juste un peu au sud du cercle polaire arctique. Il y a un plateau de gain/perte de clarté de 6 minutes et demi environ.


Variation de la durée du jour pour Iqaluit, Nunavut, Canada

Cas en forme de dents: Auyuittuq, Nunavut, Canada. Parc au nord du cercle polaire arctique

Le maximum de gain de clarté dans une journée est de plus de 48 minutes! Il s'agit de l'effet de la définition de l'aube: comme le soleil à une trajectoire pratique horizontale au nord du cercle, la journée où la limite est dépassé, le Soleil reste 48 minutes. On voit aussi les 2 segments horizontaux à 0 minute de différence: il s'agit de la nuit polaire et du soleil de minuit (journée de 0 et de 24 heures, respectivement).


Variation de la durée du jour d'Auyuittuq, Nunavut, Canada

Comparaison de l'amplitude: Flagstaff, Arizona, États-Unis et Auyuittuq, Nunavut, Canada

Graphique pour comparer les différences d'amplitude dans la variation de la durée du jour.


Comparaison entre la variation de la durée du jour de Flagstaff, Arizona et Auyuittuq, Nunavut

Estimez votre consommation d'air

Dans l'optique de l'empreinte écologique, Lewis Poulin a fait une publication qui permet de calculer votre consommation d'air en utilisant comme métrique le volume d'air que respire l'être humain moyen dans une journée.

ptaff.ca est fier d'héberger cette publication ainsi que l'engin permettant de calculer le volume d'air consommé par une population (pouvant se réduire à une personne, c'est-à-dire vous!).

Bon formulaire!

Élections Canada en Afghanistan

Je suis allez visiter l'exposition « Afghanistan, Chroniques d'une guerre » au musée canadien de la Guerre à Ottawa.

Très émouvant comme visite.

Il n'y a pas juste les Forces comme institution du gouvernement fédéral qui oeuvrent en Afghanistan. J'y ai découvert qu'Élections Canada y avait joué un rôle important lors de l'élection présidentielle 2004 en Afghanistan.

Texte descriptif du bulletin de vote exposé au musée:

Le bulletin de vote

Élections Canada joua un rôle important au cours de l'élection présidentielle afghane. L'agence participa à l'élaboration d'un système électoral et imprima et distribua du matériel pédagogique et des bulletins de vote. Des photos et des symboles furent imprimés sur les bulletins pour aider les électeurs analphabètes.

Et le fameux bulletin:

Bulletin de vote lors de l'élection présidentielle de 2004 en Afghanistan

C'est Hamid Karzaï qui a gagné. Je crois que c'est le deuxième à partir du haut (indice: petit casse de feutre).

Référence: Projet d'inscription et d'élection en Afghanistan

Un milliard de bénévoles, chaque jour

Je vais faire un peu de Gilles Jobin tiens:

L'ordinateur lui-même est largement accessible dans le monde développé. Il devient trivial pour un professeur de créer un "livret" — avec plus d'information, accessible à n'importe qui dans le monde, n'importe quand, à partir du moment qu'il est prêt à prendre de son temps libre à rassembler le contenu pour le livret plutôt que d'écouter la télévision ou de lire un livre.

Si vous multipliez cette simple expérience par le nombre de personnes vivant dans une société suffisamment riche pour permettre une connexion internet à faible coût pour pratiquement tout le monde, grosso modo un milliard de personnes, on commence à percevoir la profondeur et l'étendue de la transformation que nous sommes en train de connaître. Un milliard de personnes dans une économie prospère peut avoir entre deux et six milliards d'heures de temps libre, chaque jour. Si l'on voulait fournir ces milliards d'heures en travail, il faudrait compter la force de travail des 340 000 personnes travaillant dans l'industrie du cinéma et de la musique aux États-Unis, en supposant que chaque employé travaille 44 heures par semaine sans prendre de vacances, et ce entre 3 et 8 ans et demi! Au-delà de la somme quantitative d'heures de travail, il faut tenir en compte les différents niveaux d'expertise, de connaissance et de motivation, un milliard de bénévoles ont des qualités qui les prédisposent à produire ce que les autres veulent lire, voir, entendre ou expérimenter. Ils ont des intérêts divers — aussi divers que la culture elle-même.

Source:
The Wealth of Networks
How Social Production Transforms Markets and Freedom
Yochai Benkler
Yale University
Chapitre 2, pp. 55-56
ISBN: 0-300-11056-1

Traduction: Miguel Tremblay

Version html: http://www.congo-education.net/wealth-of-networks/ch-02.htm#2-3
(faire une recherche dans le texte sur "It becomes trivial")

Version pdf disponible:
http://www.benkler.org/wealth_of_networks/index.php?title=Download_PDFs_of_the_book

Les couleurs du métro de Montréal

Les couleurs du métro de Montréal sont assez entières, si je puis dire.

Expériences chromatiques avec ma nouvelle caméra numérique.

Intérieur d'un wagon du métro de Montréal avec les sièges orange et le reste en noir et blanc

Intérieur d'un wagon du métro de Montréal avec les sièges bleu et le reste en noir et blanc

Bac de recyclage vert débordant pour le papier journal

  •  

    Voir tous les tags
  • Nous suivre

  • Meta