696 billets et 966 commentaires jusqu'à maintenant

Le ralentissement du métro de Montréal

Intérieur d’un wagon du métro de Montréal avec les sièges bleu et le reste en noir et blanc

L'utilisateur du métro de Montréal qui transite par les stations au bout des lignes (Longueuil, Berri-UQAM, Honoré-Beaugrand, Agrignon, Saint-Michel, Snowdon, Côte-Vertu, Montmorency et Henri-Bourassa pour les trains qui s'y arrêtent) aura remarqué que le métro ralentit et entre en gare beaucoup plus lentement à ces stations qu'aux autres.

Non, ce n'est pas pour être sûr de ne pas rentrer dans le mur au bout des rails que le métro ralentit ainsi. C'est que le métro passe sur la zone test où la pression des pneus est mesurée.

Petit extrait d'un manuel du fonctionnement du métro de Montréal (les hyperliens et autres cossins html sont de moi, bien sûr).

1.1 Zone tests

1.1.1 Description

La zone tests est implantée à l'entrée des terminus et à Henri-Bourassa. C'est une portion de voie spécialement configurée et équipée d'un CDV court et de capteurs qui, reliés à une armoire de traitement, vérifient le gonflement des pneumatiques porteurs et de guidage et le shuntage des frotteurs négatifs et de masse des trains entrant en terminus. Un système de comptage permet de préciser le rang du défaut détecté.

1.1.2 Contrôle des pneus porteurs

Le contrôle des pneus porteurs dans la zone tests se fait selon le même principe que dans les stations d'espacement. C'est l'affaissement de la roue de sécurité provoqué par le dégonflement d'un pneu porteur qui vient actionner une pédale. Un dispositif de comptage identifie le rang et la file du défaut.

Afin d'augmenter la précision du contrôle des pneus porteurs, une autre vérification des pneus porteurs est faite sur les trains à vide qui se dirigent vers l'arrière gare. Là aussi, un système de comptage permet de préciser le rang du défaut détecté.

Un contrôle additionnel des pneus porteurs en sortie de garage est aussi intégré à l'armoire de traitement. Ce contrôle n'est pas équipé de dispositif de comptage.

1.1.3 Contrôle des pneus de guidage

L'écartement des barres de guidage de part et d'autre de la voie est légèrement resserré dans la zone tests. Le passage de chaque pneu de guidage provoque un léger fléchissement de la barre. Ce fléchissement est mesuré et son amplitude indique si le pneu est gonflé ou non. Un dispositif de comptage identifie le rang du défaut.

1.1.4 Contrôle des frotteurs négatifs et de masse

Le shuntage des circuits de voie étant assuré par le contact des frotteurs sur les rails de sécurité, leur contrôle s'effectue à l'aide d'un circuit de voie particulier. C'est un CDV court, sans joints isolants, à excitation rapide qui est superposé au CDV classique. Sa longueur fait en sorte qu'une seule ligne de frotteurs peut s'y inscrire et qu'il est libéré entre deux lignes successives de frotteurs. De plus, afin de déceler la présence éventuelle d'un frotteur coincé dans son débattement vertical, le plan des deux files de rail est abaissé à l'intérieur de la zone de contrôle. Le défaut de shuntage d'une ligne de frotteurs est détecté et un dispositif de comptage identifie le rang du défaut.

1.1.5 Transmission des défauts

Les différents défauts détectés ainsi que leurs rangs sont transmis au centre de contrôle ainsi qu'au poste local.

On veille à notre sécurité!

Le mythe de la voiture électrique (II)

La voiture Tesla

Dans ma tendre enfance, la voiture de l'avenir était la voiture volante. Aujourd'hui, la voiture de l'avenir est la voiture électrique.

Or, dans le contexte actuel si la voiture électrique remplaçait totalement les voitures à pétrole, ce serait un véritable désastre environnemental.

Nous avons déjà calculé sur ce blogue que, si toutes les voitures du Québec étaient dotées d'un moteur électrique, il faudrait construire une centrale hydro-électrique ayant une demi-fois la puissance de la centrale Robert-Bourrassa.

Nous pourrions toujours, au Québec du moins, construire une autre centrale hydro-électrique de ce genre. Si l'on suppose que contaminer la superficie de 2 ou 3 fois le Lac-Saint-Jean et déplacer 10 000 autochtones constitue une option écologique, nous pourrions nous en tirer de façon plus propre que de brûler vulgairement du pétrole dans les rues de nos villes.

Mais, pour beaucoup de pays sur la planète, notamment les États-Unis, la future production d'énergie électrique proviendra essentiellement de nouvelles centrales au charbon. Certes, la qualité de l'air des villes s'en trouverait grandement améliorée si nous avions des voitures électriques, mais le bilan total des émissions des gaz à effets de serre serait désastreux. Si l'efficacité énergétique d'un moteur électrique est exceptionnelle, jusqu'à 90%, celle de la combustion du charbon elle, l'est grandement moins, au mieux 40%.

Au premier degré, on penserait que l'on est super écologique en se propulsant à l'électricité. Mais en regardant attentivement la source de l'énergie, on constate que l'on a simplement déplacé le problème.

J'ai un truc tout simple, qui ne nécessite aucune nouvelle technologie ni aucune nouvelle infrastructure, pour diminuer de 50% la consommation de pétrole per capita : Embarquez 2 par char.

Ce billet est publié sous licence Creative Commons BY-SA.

On a marché sur la Lune, mais combien de fois?

Apollo 10 earthrise

Assis autour d'une table dans un débit de boisson, nous nous sommes posés la question « Combien de voyages y a-t-il eu sur la Lune ?». Nous n'en avions aucune idée. Que des approximations, des à peu près.

Dans un but de formation continue, nous sommes donc allés chercher la réponse à notre question, réponse que je vous retranscris ici, parce que vous m'êtes tellement sympathiques.

Au total, il y a eu 6 voyages et 12 hommes qui ont marché sur la Lune. 2 voyages par année, pour les années 1969, 1971 et 1972. Elles avaient toutes pour nom Apollo suivi d'un nombre, histoire de pouvoir les différencier. La première mission portait le numéro 11, et la dernière 17.

Il n'y a pas eu d'alunissage en 1970, la mission Apollo 13 ayant échoué, ce qui a d'ailleurs permis à Tom Hanks de prendre la vedette dans le film du même nom.

À chaque voyage, 2 hommes ont marché sur la Lune, un troisième jouant à la patience dans une capsule en orbite autour de la Lune en attendant que les piétons lunaires reviennent. Un total de 12 hommes donc, avec un petit "h", sont allés faire un tour sur notre plus beau satellite en 3 ans et demi. C'est peu de gens et ce n'est pas long pour la marque qu'aura laissée cette conquête.

Le chandail

Billet de 5$ canadien. Côté avec les enfants qui jouent au hockey.

Sur le 5$ canadien dans vos poches, il y a des enfants qui jouent au hockey sur un des côtés. La personne attentive aura remarqué la citation de Roch Carier qui s'y trouve:

Les hivers de mon enfance
étaient des saisons longues, longues.
Nous vivions en trois lieux:
l'école, l'église et la patinoire; mais
la vraie vie était sur la patinoire.

Profitons de notre merveilleux hiver pour écouter, une autre fois, ce compte d'où est tirée cette citation.

D'ailleurs, le blogue de l'ONF nous indique que c'est Un magnifique film d’animation signé Sheldon Cohen est né de cette histoire, toujours d’actualité par les comportements et les sentiments universels qu’elle évoque.

Je suis bien d'accord, recevoir un chandail des Maple Leafs a de quoi rendre un enfant malheureux, peu importe l'époque ou le lieu.

Chicago, 18 janvier 2009

En transit à l'aéroport de Chicago, j'ai vu ceci:

Fournitures diverses arborant l’effigie de Barack Obama

Pis comme dirait sa fille Malia de 10 ans:

First African-American president, better be good.

Petit essai sur le monothéisme

Un des principes importants en science est nommé principe de simplicité. Il stipule que, pour 2 explications différentes d’un phénomène, il faut toujours opter pour la plus simple.

Pourquoi, en occident, est-ce que les religions monothéistes (judaïsme, christianisme et islamisme) ont fini par éliminer, à toute fin pratique, les religions polythéistes?

Rappelons-nous l’homme primitif, celui que nous avons dans notre imaginaire. Il est un peu barbu, marche le dos courbé avec un gourdin à la main et communique essentiellement par des râles. Pour s’expliquer la diversité de la nature qui l’entoure, quoi de plus de normal que d’associer une divinité à chacune d’entre elles? Une pour le vent, une pour la mer, une pour les orages, etc. Viennent ensuite les histoires qui relient chacune de ces divinités aux autres, que ce soit par des liens filiaux, amoureux ou autres. Les différentes mythologies sont de vrais romans-savons si on y prête attention.

Mais le polythéisme a le défaut de permettre la multiplicité des explications pour un même phénomène. Chaque dieu vit avec d'autres dieux, et tout comme nous qui vivons avec nos semblables, cette cohabitation implique des compromis. Dans un cadre de polythéisme, il est difficile de mobiliser toute une population au nom d’un seul dieu. Les grands empires de l’époque antique (Égypte, Grèce, Rome) sont d’ailleurs des empires avec un homme comme autorité suprême. Le principe qui guide ces populations est la divinisation ou encore l’autorité de cette personne, et non l’obéissance à un ordre religieux.

Arrive alors le principe qu’il n’y a qu’un seul et unique Dieu, le monothéisme. Une seule entité expliquerait toute la nature, rejetant l’idée qu’il puisse y avoir d’autres dieux. Là on a un concept gagnant.

Il est possible de mobiliser toute une population avec une idée simple, surtout si elle permet de remplacer celles qui les précédaient en expliquant les mêmes phénomènes. Puisqu’il n’y a qu'un seul Dieu, il n’y a qu’une seule source de vérité. Ce sont les dogmes. L’homme peut dès lors s’approprier le pouvoir de la religion et modeler ces dogmes pour qu’ils soient conformes à ses objectifs. Il n’a plus à se confronter aux autres vérités provenant des autres religions. Dès lors, on peut rassembler les différents peuples au nom d’une religion et aller à la conquête de ceux qui ont un autre dieu, qu'ils soient monothéistes ou polythéistes. C’est ce qu’on fait les tenants du christianisme (les croisades) ou encore de l’islamisme (conquête musulmane).

Mais alors, pourquoi est-ce que le judaïsme, qui est lui aussi une religion monothéiste, n’a pas connu le succès du christianisme ou de l’islamisme? Le christianisme et l’islamisme sont basés sur l’histoire d’un seul homme, Jésus et Mahomet, respectivement. Par contre, les enseignements à la base du judaïsme proviennent de plusieurs personnages et sont repartis de façon un peu floue dans le temps. Ils seraient plutôt une transcription écrite de la culture orale de l’ancienne époque. Comme toute première ébauche, les détails n’étaient pas encore parfaitement réglés et il y avait place à l’amélioration. Améliorations qu'auront les versions 2 et 3 de l'implémentation du monothéisme: le christianisme et l'islamisme.

Cochonnet entier

Au marché Jean-Talon, il est possible d'acheter un cochonnet entier dans un sac de plastique sous vide. Prix de détail: 115$

Cochonnet entier dans un sac plastique sous vide

Ça fait bizarre de voir un animal entier au comptoir à viande. On n'est pas habitué de les reconnaître aussi aisément.

Le sens de l'écriture

J'étais étendu sur mon sofa lorsque mon regard glissa sur les livres qui trainaient sur ma table de salon. Je me rends alors compte que les titres sur les tranches des livres ne sont pas tous écrits dans le même sens.

Livres couchés sur ma table de salon

J'observe alors que, d'après ce petit échantillon, la langue du livre semble être le facteur qui détermine le sens de l'écriture.

Je regarde dans ma bibliothèque pour agrandir mon échantillon et, diantre! ça semble être effectivement le cas.

Livres debouts dans ma biblithèque

Il y a bien quelques exceptions mais elles semblent être suffisament peu nombreuses pour pouvoir en tirer une règle. L'écriture sur la tranche des livres en français est dans un sens pour que ce soit facile à lire lorsqu'ils sont debouts, par exemple dans une bibliothèque (c'est peut-être juste une impression, mais on dirait que la lecture est plus aisée de bas en haut que de haut en bas). Tandis que l'écriture sur la tranche des livres en anglais est dans l'autre sens, de sorte que ce soit aisément lisible lorsqu'ils sont à plats.

Comme il arrive souvent, un problème ayant 2 solutions avec des avantages différents (un optimal pour la bibliothèque, l'autre pour un livre à plat sur une table), se voit résolu de façon différente selon la culture qui amène la réponse.

Julie Couillard, personnalité de l’année 2008 selon Radio-Canada

Profil de sein de Julie Couillard

La télévision de Radio-Canada fêtait la fin de l’année 2008 avec pas moins de 4 émissions à sa programmation du 31 décembre:

Il y a une personne qui s’est retrouvée dans ces 4 émissions, et bien en évidence, il s’agit de Julie Couillard. Dans Et Dieu créa…Laflaque, il y avait un sketch où tous les personnages, à part Gérard, avouaient avoir eu une aventure avec Julie Couillard. Dans le cas de Tout le monde en parle et du Bye Bye, elle était là en personne pour participer aux émissions. Dans le Bye Bye, elle était même le personnage principal du sketch d’ouverture.

Pour Infoman, il y avait un reportage présentant les images de ses frasques cette année; il y avait aussi une capsule présentant une séance de signatures lors du lancement de son livre. Finalement, elle était aussi présente implicitement via l’apparition de Maxime Bernier qui tirait du canon aux côtés de Jean-René Dufort.

L’impression qu’il me restait à la fin de la soirée, c’est que la personnalité la plus importante de l’année n’était pas un politicien, malgré deux élections au Canada et une aux États-Unis. Non, la personnalité de l'année 2008 est la protagoniste d'un scandale de couchette: Julie Couillard. Il n’y a même pas de numéro 2, elle est toute seule sur le podium.

J’en retiens qu'il est de bon ton de montrer un profil de sein lorsque la situation semble légitime. La télévision de Radio-Canada ne s’étant pas gênée pour en profiter à plein. J’ignore s’il y a un coordonnateur pour l’ensemble de ces émissions, mais la direction de Radio-Canada a dû être surprise de voir Julie Couillard mur à mur dans ses émissions de fin d’année.

La nature humaine est « people », que voulez-vous. Faut apprendre à se surveiller.

Bonne année!