693 billets et 966 commentaires jusqu'à maintenant

Marie-France Bazzo sans Mario Beaulieu

Le jeudi 21 août 2014, Marie-France Bazzo recevait le chef du Bloc québécois, Mario Beaulieu, en entrevue. Cette entrevue a fait jaser, l'animatrice interrompant fréquemment le chef du Bloc pour véhiculer son point de vue. Afin de tirer cela au clair, j'ai isolé les propos de l'animatrice pour bien comprendre ce qu'elle disait. Voici donc Marie-France Bazzo sans Mario Beaulieu:

L'entrevue dure 8 min 57 secondes, pendant laquelle l'animatrice parle pendant près de 3 min, soit le tiers de l'entrevue. Marie-France Bazzo parle une vingtaine de fois, ce qui laisse en moyenne 20 secondes à Mario Beaulieu avant de se faire interrompre.

Est-ce une entrevue où l'on laisse la personne s'expliquer, ou est-ce plutôt l'animatrice qui profite de sa tribune pour souligner son point de vue?

Journalisme citoyen vs journalisme professionnel

Couverture du Journal de Montréal le 6 mai 2012

Fabien Deglise, journaliste au Devoir, était l'invité de l'émission de radio les Chemins de travers le dimanche 19 mai à Radio-Canada. Le thème de l'émission: « Le journalisme emporté par les réseaux sociaux ». Lors de la deuxième heure de l'émission, M. Deglise se désole de l'action des « journalistes citoyens », colportant ragots, ne vérifiant pas les informations qu'ils diffusent et cachant leurs affiliations (politiques, environnementales, commerciales, etc.). Il met ces journalistes en opposition aux journalistes professionnels, possédant une formation, vérifiant les informations et étant soumis à un code d'éthique. Comme exemple de traitement biaisé des journalistes citoyens, il prend le printemps érable, indiquant qu'à en croire son babillard Facebook et son fil Twitter, Montréal était à sang et en état de siège.

Or, les journalistes professionnels ne sont pas à l'abri des défauts du journalisme citoyen identifiés par M. Deglise. Dans un premier temps, suivre les évènements québécois du printemps érable sur LCN ou dans le Journal de Montréal, médias nourris par des journalistes professionnels, montrait ni plus ni moins un portrait semblable: Montréal était à sang et tenu en otage par les émeutiers. Le Conseil de Presse du Québec (CPQ) a d'ailleurs été particulièrement critique envers les médias traditionnels, Québécor plus que les autres, dans la couverture de ces évènements.

D'autre part, le code d'éthique auquel M. Deglise fait allusion est selon toute vraisemblance celui de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec. Mais à quoi sert un code professionnel s'il n'a aucun pouvoir coercitif? Et que penser de Québécor, qui refuse de reconnaître le CPQ, organe de surveillance de la presse du Québec mis sur pied pour contrebalancer la trop grande concentration des médias? Il n'a qu'à ignorer ses blâmes et ne pas couvrir ses constats dans ses propres médias, et voilà l'affaire réglée.

La concentration de la presse au Québec, comme dans beaucoup de pays dans le monde, a créé une catégorie importante de citoyens qui sont laissés pour compte dans la couverture médiatique, tant dans le traitement que dans les sujets couverts. Et c'est cela qui a favorisé l'éclosion des réseaux sociaux: une deuxième voix pour les producteurs et les consommateurs de contenus d'information, une voix « citoyenne ».

C'est ce qui explique en bonne partie la popularité de ces réseaux et c'est un sujet sur lequel M. Deglise fait malheureusement l'impasse dans son analyse. Offrir une vision manichéenne des médias sociaux ne fait pas avancer la compréhension de ce mode de communication, mais nous conforte plutôt dans l'opinion indémodable que « c'était mieux dans le temps ». Il y a certes de nouveaux problèmes créés par le journalisme citoyen, et il est important de les identifier. Mais il y a également des avantages indéniables, dont celui de donner une voix aux laissés pour compte de la couverture médiatique traditionnelle, professionnelle. Et ne serait-ce que pour cette cause unique, les médias sociaux constituent aujourd'hui une force qui peut changer le monde.

550 minutes de Révolution tranquille

Radio-Canada a créé une série exceptionnelle sur la Révolution tranquille. Composée de 11 épisodes de 50 minutes, contient des entrevues inédites avec plusieurs acteurs importants de cette époque. Chaque épisode porte sur une thématique précise.

Agréable à écouter sur son baladeur numérique, ou encore sur un beau CD gravé pour la voiture, cette série est un incontournable pour toute personne intéressée à connaître l'histoire du Québec. D'ailleurs, semble-t-il que pour savoir où on s'en va, il faut savoir d'où l'on vient. Et s'il est une chose dont l'on a bien besoin, c'est de savoir où l'on s'en va.

L'ordre des fichiers sur la page de Radio-Canada n'étant pas optimale selon mes critères, je les reclasse ici avec un bel hyperlien qui mène directement vers le fichier mp3. Gardez ça dans un coin de votre disque dur, ça a grande valeur.

Le blogueur amateur

L'émission de télévision Enquête du jeudi 28 janvier 2010, diffusée sur les ondes de Radio-Canada, porte sur le contrôle de l'information par le gouvernement Conservateur de Stephen Harper. Ce reportage a plusieurs qualités.

En attendant que l'épisode sur tou.tv soit fonctionnel sur toutes les plates-formes, vous pouvez l'écouter sur un système propriétaire.

Dans la deuxième partie du reportage, à 10 minutes 30, il est question du rapport de Santé Canada sur la santé et les changements climatiques. On rapporte que son lancement aurait été escamoté et qu'il n'est pas disponible sur le site de Santé Canada. Cependant, note le journaliste, il est possible de le retrouver dans son intégralité sur internet sur le site d'un blogueur amateur.

Le blogueur amateur, c'est moi. Le billet en question a été publié sur ce blogue le 8 août 2009. La diffusion de ce reportage lui a donné une seconde vie.

J'ignore en quoi je suis un amateur, ceci importe peu à mes yeux. Ce qui compte, c'est que l'information scientifique ait pu circuler. On ne le répétera jamais assez, les lois de la physique n'agissent pas en fonction de l'opinion que l'on peut s'en faire. C'est un principe que je tente de suivre et la publication de ce rapport en est une manifestation.

Julie Couillard, personnalité de l’année 2008 selon Radio-Canada

Profil de sein de Julie Couillard

La télévision de Radio-Canada fêtait la fin de l’année 2008 avec pas moins de 4 émissions à sa programmation du 31 décembre:

Il y a une personne qui s’est retrouvée dans ces 4 émissions, et bien en évidence, il s’agit de Julie Couillard. Dans Et Dieu créa…Laflaque, il y avait un sketch où tous les personnages, à part Gérard, avouaient avoir eu une aventure avec Julie Couillard. Dans le cas de Tout le monde en parle et du Bye Bye, elle était là en personne pour participer aux émissions. Dans le Bye Bye, elle était même le personnage principal du sketch d’ouverture.

Pour Infoman, il y avait un reportage présentant les images de ses frasques cette année; il y avait aussi une capsule présentant une séance de signatures lors du lancement de son livre. Finalement, elle était aussi présente implicitement via l’apparition de Maxime Bernier qui tirait du canon aux côtés de Jean-René Dufort.

L’impression qu’il me restait à la fin de la soirée, c’est que la personnalité la plus importante de l’année n’était pas un politicien, malgré deux élections au Canada et une aux États-Unis. Non, la personnalité de l'année 2008 est la protagoniste d'un scandale de couchette: Julie Couillard. Il n’y a même pas de numéro 2, elle est toute seule sur le podium.

J’en retiens qu'il est de bon ton de montrer un profil de sein lorsque la situation semble légitime. La télévision de Radio-Canada ne s’étant pas gênée pour en profiter à plein. J’ignore s’il y a un coordonnateur pour l’ensemble de ces émissions, mais la direction de Radio-Canada a dû être surprise de voir Julie Couillard mur à mur dans ses émissions de fin d’année.

La nature humaine est « people », que voulez-vous. Faut apprendre à se surveiller.

Bonne année!

Pour en finir avec les archives en ligne de Radio-Canada

Logo de Radio-Canada internet, derrière les barreaux

Lorsque j'écris à propos de diffusion de connaissance ou de beauté technologique, j'ai toujours l'impulsion d'ajouter une remarque cynique poignardant la cécité des gestionnaires des archives en ligne de Radio-Canada. À chaque fois. Je me retiens, mais j'aimerais bien me débarrasser de cette manie. Je rédige donc ce billet afin d'en faire une catharsis.

Qu'est-ce qui est frustrant à propos des archives en ligne de Radio-Canada?

Tout simplement qu'il m'est impossible de les écouter ou de les visualiser. Pour moi, c'est comme s'il n'y en avait pas.

Lorsque je veux vraiment écouter une émission sur le site web de la SRC (lorsqu'il était question d'urler.tv par exemple), je dois me rendre chez un ami qui a un système d'exploitation propriétaire. Ça me fait penser à l'époque de l'avénement des premières télévisions, tout le voisinage allait chez le plus proche voisin qui en possédait une, s'asseyait en cercle dans le salon et écoutait l'émission du soir.

Je ne suis pas le premier, et sûrement pas le dernier, à me plaindre de cet état de fait:

Qu'ai-je donc de si spécial pour que je ne puisse pas consulter les archives en ligne de Radio-Canada?

J'utilise GNU/Linux comme système d'exploitation et Radio-Canada diffuse ses archives dans le format Windows Media, format qui n'est lisible directement que sur les systèmes d'exploitation Windows (propriétaire du format) et Mac. On pourrait juger que, si je tiens à demeurer marginal en utilisant ce système d'exploitation, je n'ai qu'à subir les conséquences de mes choix. La marginalité à laquelle j'appartiens est environ de la même dimension que celle utilisant des Mac, c'est-à-dire entre 4% et 5% des utilisateurs.

Pourtant, il semble qu'il existe des solutions:

Toutes ces solutions demandent un niveau d'expertise beaucoup trop élevé de la chose informatique pour les installer et les utiliser. De toute facon, aucune d'entre elles n'a fonctionné pour moi. Il est impensable qu'un site web de l'ampleur et de l'importance de Radio-Canada exige ces connaissances et cette expertise pour un exercice que tant d'autres ont réussi sans ces acrobaties logicielles.

Pourquoi les services internet de Radio-Canada ont-ils choisi ce format?

Réponse de Marie Tétrault,
Chef des communications, Nouveaux Médias
Radio-Canada

Dans le but doffrir une expérience audio-vidéo plus enrichissante et optimale, Radio-Canada a fait des choix technologiques accessibles au plus grand nombre dinternautes canadiens. Par ailleurs, concernant l'utilisation de Windows Media Player sur le site Internet de Radio-Canada, nous avons choisi le format de diffusion vidéo qui est le plus largement répandu afin d'atteindre le plus large public possible.

Réponse de Stéphane Bousquet
Chef de secteur Internet,
Radio française de la Société Radio-Canada

L'équipe des nouveau médias de Radio-Canada est en état de veille constant et effectue continuellement de la R&D pour évaluer les technologies de diffusion d'avenir qui soient à la fois accessibles au grand public, et économiques pour le diffuseur qui, faut-il le rappeler, est financé par les contribuables canadiens.

Notre adoption de la technologie Windows Media est d'abord et avant tout due à des impératifs économiques. Alors qu'il nous coûte une petite fortune de diffuser en RealAudio, la technologie Windows Media nous est offerte gratuitement tout en ayant une qualité sonore équivalente au RealAudio.

Ça semble vrai tout ça, non?

Sur un échantillon de 16 diffuseurs publics diffusant sur internet, Radio-Canada fait parti du club sélect, avec France 2, des diffuseurs publics dont il est impossible d'écouter les archives en lignes sous GNU/Linux (source: blogue.jauneorange.com). Si les 14 diffuseurs sont en mesure de rendre leur contenu accessible pour tout le monde, comment excuser le fait que la SRC ne soit pas capable? Même CBC y réussi!


Saisie d’écran du site de la CBC où on voit un extrait vidéo

Saisie d'écran sur le site de CBC sur une station GNU/Linux. Il est possible de visualiser des vidéos.

La réponse de Marie Tétrault ne tient donc pas la route. La SRC n'atteint pas le plus large public possible. Si c'était le cas, ce billet-là n'aurait pas sa raison d'être.

Quant à la perception du rôle de Radio-Canada par l'équipe des nouveaux médias de la SRC, j'attire votre attention sur la perception totalement erronée qui émane d'un membre de cette équipe, Marie-Hélaine Laurence, sur les formats de diffusion, la propriété intellectuelle et les formats libres:

En réponse à votre question, nous n'utilisons pas les formats du domaine publique car nous nous devons de protéger la propriété intellectuelle de nos contenus. Par définition, les logiciels « open source » permettent aux gens d'accéder aux fonctions internes du lecteur et de faire ce qu'ils veulent avec les données qui s'y trouvent.

Vous pouvez consulter la réponse de Jean-François Fortin si vous ne comprenez pas jusqu'à quel point la madame est au grand large de la compréhension.

Finalement, un petit mot sur la gratuité du format Windows Media. Il est peut-être gratuit d'encoder des fichiers dans ce format, mais la pérennité des documents, sans parler de leur accessibilité, a été gravement négligée. Deux qualités qui sont au coeur même de la mission de Radio-Canada.

Dans un futur pas trop lointain, le gouvernement du Canada adoptera des principes qui devront être respectés pour tous les formats des documents de la Couronne. Ceci implique les sociétés d'état, dont Radio-Canada. Il serait plus que surprenant que le format propriétaire Window Media rencontre ces principes.

Que devra faire Radio-Canada ce jour-là? Elle devra réencoder toutes ses archives numériques dans un autre format. Et, lorsque la SRC devra mettre ces ressources pour ce travail, pour cette raison ou pour une autre, le concept de gratuité dont il était question ne s'appliquera plus tout à fait.

La gravité pour tomber dans un trou est toujours gratuite. Les moyens pour s'en sortir par la suite, c'est une autre paire de manches.

Ça va mieux là?

Un peu. Ça fait du bien en tout cas.

La disparation de la banquise de l'océan arctique

Débâcle dans l’Arctique

Une banquise, c'est une couche de glace formée par la congélation de l'eau de la mer. Or, la banquise qui est présente en continue dans l'océan arctique depuis 14 millions d'années disparaîtra totalement vers 2012-2015. C'est de 30 à 40 ans plus tôt que ce que les pires scénarios du réchauffement climatique avaient prédit.

Ça va faire beaucoup de bruit lorsque la disparation de la banquise sera complète, croyez-moi. Ça va se passer un bon mois de septembre, le moment où la couverture de glace dans l'océan arctique est à son minimum.

Question de ne pas se faire prendre au dépourvu lorsque cette fonte totale surviendra, je vous propose d'écouter l'entrevue de Luc Desjardins du Service canadien des glaces et de Louis Fortier directeur scientifique du réseau Arcticnet à l'émission Les Années lumières du dimanche 3 août 2008. Vous pouvez télécharger la baladodiffusion de cette émission, l'entrevue est au début de l'émission (entre 2:40 et 13:00 dans le fichier audio). Vous serez ainsi paré pour comprendre ce qui arrivera à ce moment.

Informations complémentaires:
* Site web dédié à la couverture de glace aux pôles: The Cryosphere Today;
* Cryosphère: Portions de la surface de la Terre où l'eau est présente à l'état solide;
* Un film qui illustre la fuite de la glace arctique.

Les archives de la radio de la SRC et GNU/Linux: pas si sûr finalement

J'ai annoncé que les archives radio de la SRC étaient maintenant disponible sous GNU/Linux. En lisant les commentaires du billet, on se rend compte que, malheureusement, ce ne soit qu'un concours de circonstance et non grâce à un effort de la société d'état.

D'ailleurs, l'ami Alexandre du blogue jaunorange à fait le tour du site web de 15 diffuseurs publics un peu partout à travers le monde (France, Belgique, Québec, Suisse, États-Unis, Allemagne, Autriche, Canada anglais) et les seules archives n'étant pas accessible pour les systèmes GNU/Linux est Radio-Canada. C'est un peu gênant.

Un gentil rappel du mandat vii de Radio-Canada/CBC:

la programmation de la Société devrait à la fois :

[…]

vii: être offerte partout au Canada de la manière la plus adéquate et efficace, au fur et à mesure de la disponibilité des moyens,

Il semble qu’ils soient passé à côté là.

Les archives de la radio de la SRC: maintenant disponible pour GNU/Linux

Bruno G n'en a pas parlé, et c'est bien dommage, mais les archives de la radio de Radio-Canada sont maintenant accessibles sous GNU/Linux (testé sous Gentoo). Bon, les boutons et autres outils pour contrôler le flux ne fonctionne pas, pas plus que la lecture des archives vidéo d'ailleurs, mais il est possible d'écouter la radio, c'est déjà ça de pris. Faut reconnaître l'effort, bravo les gars et les filles, c'est apprécié.

J'ai fait cette découverte en cliquant sur un hyperlien qu'on m'a envoyé par courriel. Qu'y a-t-il au bout de cet hyperlien? Un septuagénaire de feu Ville de la Baie, ma ville natale, qui a appris à faire de la planche à neige à 70 ans et qui, vers la fin du reportage, déplore l'utilisation du refroidissement éolien (entrevue maintenant disponible pour vous, amateurs de liberté!).

Vous m'excuserez, mais là je dois y aller, j'ai une rencontre avec Michel Brault.

Les élections primaires américaines: showbizz à la SRC

La couverture des élections primaires des États-Unis à la radio de Radio-Canada est, selon moi, vraiment trop grande pour l'importance qu'elle a pour nous, Canadiens.

Nous n'avons aucune influence sur le résultat de la course aux primaires américaines.

Et si le but est vraiment d'informer les gens sur les enjeux de la future présidence de nos voisins du sud, il faudrait que la SRC ait au moins l'honnêteté d'accorder autant d'importance aux Républicains qu'aux Démocrates dans leur couverture.

Page suivante »