696 billets et 966 commentaires jusqu'à maintenant

Les archives de la radio de la SRC et GNU/Linux: pas si sûr finalement

J'ai annoncé que les archives radio de la SRC étaient maintenant disponible sous GNU/Linux. En lisant les commentaires du billet, on se rend compte que, malheureusement, ce ne soit qu'un concours de circonstance et non grâce à un effort de la société d'état.

D'ailleurs, l'ami Alexandre du blogue jaunorange à fait le tour du site web de 15 diffuseurs publics un peu partout à travers le monde (France, Belgique, Québec, Suisse, États-Unis, Allemagne, Autriche, Canada anglais) et les seules archives n'étant pas accessible pour les systèmes GNU/Linux est Radio-Canada. C'est un peu gênant.

Un gentil rappel du mandat vii de Radio-Canada/CBC:

la programmation de la Société devrait à la fois :

[…]

vii: être offerte partout au Canada de la manière la plus adéquate et efficace, au fur et à mesure de la disponibilité des moyens,

Il semble qu’ils soient passé à côté là.

Billet bissextile (BB)

Court, simple, impossible à oublier.

Pourquoi l'année avec un 29 février se nomme « bissextile »?

Quelle est la différence entre une année normale et une année bissextile? L'une a 365 jours et l'autre 366. C'est le dernier chiffre qui change: il y a deux «6» à la fin pour une année bissextile.

366

Deux fois six = (bis) * (sex) = bissex

Rajoutez un «tile» à la fin, et voilà: bissextile.

Les archives de la radio de la SRC: maintenant disponible pour GNU/Linux

Bruno G n'en a pas parlé, et c'est bien dommage, mais les archives de la radio de Radio-Canada sont maintenant accessibles sous GNU/Linux (testé sous Gentoo). Bon, les boutons et autres outils pour contrôler le flux ne fonctionne pas, pas plus que la lecture des archives vidéo d'ailleurs, mais il est possible d'écouter la radio, c'est déjà ça de pris. Faut reconnaître l'effort, bravo les gars et les filles, c'est apprécié.

J'ai fait cette découverte en cliquant sur un hyperlien qu'on m'a envoyé par courriel. Qu'y a-t-il au bout de cet hyperlien? Un septuagénaire de feu Ville de la Baie, ma ville natale, qui a appris à faire de la planche à neige à 70 ans et qui, vers la fin du reportage, déplore l'utilisation du refroidissement éolien (entrevue maintenant disponible pour vous, amateurs de liberté!).

Vous m'excuserez, mais là je dois y aller, j'ai une rencontre avec Michel Brault.

De la science et du gouvernement du Canada

L'éditorial de la prestigieuse revue scientifique Nature, édition du 21 février 2008, est consacré au traitement fait à la science par le gouvernement canadien.

Intitulé «Science in retreat», plusieurs aspects de la politique scientifique du gouvernement du Canada nouveau y sont traités.

Dans le coin gauche, Stephen Harper, dans le coin droit, la science représentée par son icône, Albert Einstein

À lire, que l'on soit scientifique, électeur, ou encore un Canadien soumis aux lois de la physique.

Up the Yangtze

Bruno B et moi avions décidé d'aller au cinéma dimanche soir. Parmi une liste de 6 films soumis par celui-ci, je choisi Up the Yangtze, un documentaire sur le fleuve Yangtsé, nom français pour Yangtze, et le barrage des Trois-Gorges en Chine.

Une fois sur place, quelle ne fut pas notre suprise lorsque Yung Chang, le réalisateur lui-même, s'avance à l'avant de la salle et nous présente le film. Nous étions à la première montréalaise!

Il a une moustache plus convaincante en personne que sur sa photo.

Le documentaire présente une famille de paysans qui squatte le rivage du Yangtsé. Le fleuve est appelée à monter, et pas juste un peu, ils seront chassés de leur cabane lorsque celle-ci sera innondée. Comme ils ne sont pas légalement établis, ils n'auront aucune compensation pour déménager. Pour avoir un peu d'argent, les parents envoient leur fille aînée travailler sur un bâteau de croisière pour touristes, occidentaux pour la plupart, qui navigue sur ce fleuve.

La photographie est superbe, montrant tout le long du Yangtsé, l'explosion urbaine de la Chine ainsi que la pauvreté des paysans qui vivent sur ses rives. On voit aussi jusqu'où montera le fleuve, une quantité d'eau impressionante.

Yung Chang est revenu à la fin du film pour répondre à nos questions. Il avait l'air visiblement heureux d'avoir pu présenter son film dans un multiplexe cinématographique, l'AMC Forum, et nous demandait sincèrement d'en parler le plus possible autour de nous pour lui faire de la publicité, puisque c'est sa propre équipe qui distribue le film.

Un gars qui me demande de l'aide comme ça parce qu'il fait les choses en parallèle du système, ça vient me chercher. Et comme le film est bon, ma description ne lui fait pas honneur, je lui fais le plaisir de lui faire un peu de publicité.

Les dates et les salles de cinéma où il sera diffusé sont sur leur site web. Pour Montréal, c'est à l'AMC Forum du 24 au 29 février et au Quartier Latin le 7 mars.

Bon visionnement!

Le vote électronique au Québec: suite et fin

12e billet d'une série de 12 concernant le vote électronique. Vous pouvez avoir accès au résumé des 12 billets ou encore à la liste de tous les billets concernant le vote électronique.

Ce billet termine le cycle de billets débuté en 2005 portant sur le vote électronique au Québec. Un bref rappel: aux élections municipales du Québec en novembre 2005, de « nouveaux mécanismes de votation » furent utilisés à travers la province, notamment des urnes électroniques. Ayant voté à l'aide d'une de celles-ci dans mon quartier, Villeray, j'ai fait enquête pour savoir ce qui arrivait à mon vote une fois mon bulletin entré dans l'urne. Conclusion, non seulement il m'était impossible de le savoir mais l'arbitre des élections, le Directeur général des élections du Québec (DGEQ), n'avait pas lui-même les pouvoirs pour l'apprendre. Il n'y a que la compagnie fournissant les urnes électroniques, PG Elections (leur site web ne semble plus exister), qui savait ce qui se passait et ils n'ont jamais daigné répondre à mes questions. Je n'avais aucun recours sinon que de suivre la suggestions du DGEQ, soit de consulter un avocat pour éventuellement poursuivre la compagnie.

Urne électronique de type Perfas-Tab utilisée dans Villeray
Urne électronique Perfas-Tab

L'utilisation de ces nouveaux mécanismes de votation s'est révélée un fiasco. Les médias ont bien rapporté les problèmes ponctuels de ces mécanismes, votes annulés, congestion des lignes, problèmes informatiques, mais hormis le politologue Claude Côté, chercheur associé à l'Université Concordia, il y eut peu de débats de fond sur les implications sur la démocratie de l'utilisation de ces machines.

Suite à l'utilisation des nouveaux mécanismes de votation, le DGEQ avait prévu la rédaction d'un rapport faisant état des expériences des municipalités lors de ces élections. Ce rapport a été publié en octobre 2006. Je tiens à souligner l'excellente qualité de ce rapport, tant au niveau de son édition que de son contenu. Bien qu'il contienne plus de 200 pages et qu'il couvre tous les aspects des nouveaux mécanismes de votation (juridiques, techniques, plaintes, etc.), il m'a été facile de me concentrer uniquement sur le type d'urne utilisé dans mon quartier. Ce document combine analyse détaillé et consultation rapide, une combinaison de qualités que l'on ne retrouve malheureusement que trop rarement.

Version papier du rapport du d'évaluation des nouveaux mécanismes de votation

Version papier du rapport d’évaluation sur les nouveaux mécanismes de votation

Initialement, je voulais disséquer ce rapport pour ensuite en résumer les grands traits dans un billet. Mais, à la réflexion, ce n'est pas le traitement que je ferai. Tout d'abord, le rapport et les annexes sont accessibles dans leurs entièretés en ligne. Il est aussi possible d'obtenir gratuitement une version papier du rapport sur une simple demande. D'autre part, tel que je l'ai mentionné, le document a les qualités requises pour répondre rapidement aux interrogations des lecteurs intéressés à la question. Je me contenterai de noter que le DGEQ conclue que les nouveaux mécanismes de votation tels qu'ils ont été utilisés doivent être abandonnés et qu'ils ne sauraient en être de nouveau question à moins que ses recommandations ne soient suivies.

Présentement, il n'y a dans le monde aucun système de votation électronique qui répond à ces exigences. Ceci révèle non pas que le DGEQ a des exigences irréalistes mais bien qu'aucun des systèmes existant ne remplit les conditions inaliénables que les Québécois se sont donnés en tant que société pour ses élections. Cette institution, le DGEQ, a rempli parfaitement son rôle avec ce rapport et ces recommandations.

Il est heureux que la génération nous précédant ait eu la clairvoyance de donner ces pouvoirs à une institution et de créer ainsi le DGEQ. Par son mandat et ses pouvoirs, elle a su protéger la population du Québec face aux conséquences de l'utilisation de la technologie. Sans le DGEQ, le système politique québécois aurait sûrement suivi le même chemin que plusieurs États américains qui utilisent aujourd'hui le vote électronique, une partie de leur système électoral est caché dans une boîte noire dont aucun citoyen ne peut connaître le fonctionnement.

Je n'ai de cesse de m'étonner que notre système démocratique, ce qui constitue l'essence même de notre société, ait été attaqué dans son mécanisme de base, le processus électoral, et qu'il y ait eu si peu de personnes pour s'en inquiéter ou s'en indigner. Je vois 3 raisons possibles pour expliquer cette apathie.

D'une part, le sentiment trompeur que nous subissons la technologie, nous ne la contrôlons pas. De la même façon que nous nous sommes résignés à voir geler un ordinateur ou encore à être forcé d'utiliser un logiciel spécifique pour un appareil électronique, nous acceptons simplement un système qui nous est imposé. Il en va du système électoral comme de notre ordinateur, pourquoi une personne croirait-elle qu'elle a plus d'emprise sur cette technologie qu'elle en a sur une boîte qui est dans sa propre maison?

D'autre part, le désintérêt, pour ne pas dire le cynisme, de la population pour tout ce qui concerne la politique. Le taux sans cesse décroissant de participation de la population aux élections illustre bien ce fait. Je ne tenterai pas pas d'expliquer ce phénomène ici, cela dépasse grandement le cadre de ce billet, mais ce constat pourrait expliquer le laisser faire face aux nouveaux mécanismes de votation.

Finalement, la confiance que les autorités allaient s'occuper de la question. Lorsque les problèmes sont survenus, les médias ont rapporté que le DGEQ allait se pencher sur la question et faire un rapport sur les incidents. Peut-être la population avait-elle suffisamment confiance et s'est intéressé à autre chose?

Si l'une des 2 premières hypothèses est en cause, il y a tout à s'inquiéter de la réaction de la population lorsqu'il est question du fonctionnement de la technologie. Les appareils électroniques sont maintenant essentiels dans un nombre croissant d'aspects de notre vie. Nous avons cette fois-ci été sauvé par une institution avec un mandat clair concernant un enjeu précis. Si nous abdiquons notre contrôle sur la technologie, qui donc viendra à notre secours la prochaine fois que nos droits serons attaqués? Qui nous éclairera?

Madame Tutli-Putli est libérée!

Bravo, il y a 23 387 Canadiens, sans oubliez bien sûr les charmantes Canadiennes, qui ont libéré les images du court métrage Madame Tutli-Putli.

Vous pouvez maintenant écouter le film dans son entièreté sur le site de la CBC. J'aime beaucoup le réalisme des visages des personnages, surtout le macro en face de Madame Tutli-Putli dans le train.

Petite note au passage, le site de la CBC, tout comme celui de l'ONF d'ailleurs, ne pénalise pas les utilisateurs des stations GNU/Linux en lui refusant l'accès au contenu multimédia, contrairement au site web de la SRC. Comme quoi ça ne doit pas être si sorcier à faire, que de rendre ses contenus accessibles à tout le monde, sans discrimination.

Des diagrammes circulaires

J'ai reçu cette image sur la ptafflist:

Sur le diagramme circulaire, nommé pie chart en anglais, on a l'impression que la part d'Apple (19,5%) est plus importante que celle de la catégorie Autre (21,2%). Comment se fait-il?

Suit ensuite, sur la même liste de diffusion, un document pdf expliquant pourquoi l'utilisation du diagramme circulaire est, dans la quasi totalité des cas, un mauvais outil de représentation graphique.

Les commentaires de quelques membres de la liste:
* « excellent article!!!! »
* « très intéressant »
* « Ovation debout »

Quiconque ne désire pas devenir un gestionnaire carburant aux présentations PowerPoint (TM) et considérant qu'écrire une macro Excel (TM) consiste à programmer, se doit d'éviter les diagrammes circulaires.

Ne vous laissez pas faire, défendez-vous des diagrammes circulaires! (TM)

La couverture de glace du golfe du St-Laurent

Je vous invite à découvrir la danse hivernale des glaces sur le golfe du St-Laurent. L'échelle des couleurs est en bas à droite de l'écran. Plus la couleur est chaude, plus la couverture de glace est importante. Le noir représente l'eau libre et le rouge une couverture de glace complète. Il s'agit d'un hiver relativement normal.

Ce film est une simulation effectuée dans le cadre d'une publication dans le Journal of Geographical Research, de la couverture quotidienne de glace sur le golfe du St-Laurent pendant l'hiver 96-97.

Pour le créer, l'IML a utilisé les données observées en novembre 2006 pour initialiser 2 champs du golfe du St-Laurent: la température et la salinité de l'eau. Par la suite, l'interaction entre l'atmosphère et les eaux du golfe ont été modélisées pour simuler la création et le mouvement de la glace. Ce sont les couleurs que l'on voit à la surface de l'eau.

Quelques faits saillants de cette animation. Premièrement, il n'y a pas vraiment de glace avant le mois de janvier. C'est que, pour faire geler l'eau, il faut retirer la chaleur dans toute la colonne d'eau (de la surface jusqu'au fond), ce qui fait que même s'il fait en bas de 0° Celsius, l'eau ne gèle pas. Le temps que l'air retire toute cette chaleur à l'eau, on est rendu au mois de janvier. De plus, la couverture de glace n'est jamais complète avant la mi-février ni après la mi-mars. Finalement, la glace disparaît du golfe du St-Laurent à la fin avril.

Cliquez sur les images pour les visualiser à plus haute définition.

Décembre 1996

Couverture de glace du golfe St-Laurent pour le mois de décembre 1996
Janvier 1997

Couverture de glace du golfe St-Laurent pour le mois de janvier 1997
Février 1997

Couverture de glace du golfe St-Laurent pour le mois de février 1997
Mars 1997

Couverture de glace du golfe St-Laurent pour le mois de mars 1997
Avril 1997

Couverture de glace du golfe St-Laurent pour le mois d’avril 1997

Deuxième remarque, qui découle de la première, la glace commence à se former là où l'eau est le moins profond dans le golfe, c'est-à-dire en aval et en amont du Saguenay et sur les côtes du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse et de la Côte-Nord. Regardez l'image du mois de janvier ci-haut. Vous pouvez consulter la carte bathymétrique du golfe du St-Laurent pour vous en convaincre.

Troisième remarque, le fleuve St-Laurent gèle en amont et en aval du Saguenay, mais jamais à l'embouchure de celui-ci, peu importe le moment de l'année. Sur les images, le petit bout de ligne blanche qui est sur la gauche du fleuve représente le Saguenay. J'ai ajouté une grosse flèche rouge qui indique où est l'endroit qui ne gèle pas.

Cliquez sur les images pour les visualiser à plus haute définition.

4 janvier 1997
Flèche rouge indiquant qu’il n’y a pas de glace là où se jette le Saguenay dans le St-Laurent en date du 4 janvier 1997
31 janvier 1997
Flèche rouge indiquant qu’il n’y a pas de glace là où se jette le Saguenay dans le St-Laurent en date du 31 janvier 1997
26 février 1997
Flèche rouge indiquant qu’il n’y a pas de glace là où se jette le Saguenay dans le St-Laurent en date du 26 février 1997
14 mars 1997
Flèche rouge indiquant qu’il n’y a pas de glace là où se jette le Saguenay dans le St-Laurent en date du 14 mars 1997

Non, ce n'est pas que les eaux du Saguenay sont réchauffées par le bouillant caractère de ses riverains, mais bien à cause des eaux de l'océan Atlantique. Celles-ci, à environ 5° Celsius, empruntent le canal Laurentien (profondeur: 300-500 mètres, c'est le «corridor» qui est visible dans le fond du golfe) dans les eaux profondes du golfe, remontent celui-ci jusque dans le fleuve St-Laurent, suit la topographie du fleuve et, rendue à la hauteur du Saguenay, n'a d'autre choix que de remonter vers la surface. Ces eaux étant « chaudes », elles empêchent la glace de se former à cet endroit. C'est d'ailleurs ce même phénomène qui fait converger les touristes Français à Tadoussac chaque année, les nutriments dont se délectent les baleines étant ramenés à la surface à l'instar de la chaleur.

Voici la carte de la bathymétrie à l'embouchure du Saguenay:

Quatrième remarque, les glaces fuient par le détroit de Cabot.

Cinquième remarque, le vent a beaucoup d'effet sur le mouvement des glaces, le courant de surface ne varie pas à ce point. J'ai refait le film avec une plus haute vitesse de déroulement pour bien visualiser ce phénomène.

Références:
* Institut Maurice-Lamontagne;
* Observatoire du St-Laurent;
* Saucier, F. J., F. Roy, D. Gilbert, P. Pellerin, and H. Ritchie (2003), Modeling the formation and circulation processes of water masses and sea ice in the Gulf of St. Lawrence, Canada, J. Geophys. Res., 108(C8), 3269, doi:10.1029/2000JC000686.

Pile 6 volts et piles AA

Lou m'a envoyé ce vidéo par courriel:

En résumé: on achete une pile 6 volts et on obtient 32 piles AA. Pas fou que je me dis. L'histoire ne dit pas si les piles sont d'aussi bonne qualité que celles que l'on pait plus cher en achetant directement les piles AA, mais ça vaut la peine d'essayer.

Mais, avant de faire suivre à tout le monde cette merveilleuse histoire, je me dis que je vais quand même vérifier. Je me rends donc au Canadien Tire et j'achète un pile 6 volts. Première déception: elle coûte 10 $ et non 4-5 $ telle qu'annoncé dans le film. Et non, on ne peut plus invoquer le dollar américain pour expliquer la différence, cette époque est révolue.

Pile 6 volts de marque Duracell

Je m'équipe aussi d'une paire de pinces, provenant d'ailleurs du même Canadien Tire.

Pinces à Miguel

J'ouvre la pile 6 volts et… surprise! Ce n'est pas 32 piles AA, mais bien 4 piles de format D que je trouve.

Intérieur d’une pile 6 volts

Une fois décomposée, la pile 6 volts n'est constituée que de 3 bouts de carton rigide, un bout de carton replié et 4 piles D.

Tout ce que l’on retrouve à l’intérieur d’une pile 6 volts

Morale de l'histoire: toujours vérifier la véracité de ce que l'on reçoit sur internet, comme dans la vie d'ailleurs, avant de transmettre le message à tout son carnet d'adresse. On risque d'avoir l'air fou.

D'ailleurs, maintenant que j'y pense, l'objectif terminal 3 du deuxième module de mon cours de physique de secondaire IV m'a donné toutes les connaissances dont j'ai besoin pour comprendre le problème de la pile 6 volts . Pour faire 6 volts, on peut mettre des piles en série et additionner leur voltage (1 pile D = 1,5 volt; 1,5*4= 6 volts). Ce qui veut dire que les 32 piles AA (1,5 volt) étaient branchées en parallèles ET en séries. L'exercice est laissé au lecteur pour déterminer quelles autres combinaisons de piles auraient pu être employées.

Si quelqu'un a besoin de piles D, j'ai 4 Duracell à donner. Valeur de 10$. Je crois que c'est ce type de piles qui entre dans les lampes de poches des polices. Une fois mis bout à bout, ça semble le bon format, et surtout la bonne masse, pour fesser sur un manifestant à une réunion du G8.

Parlant de piles dont on ne sait pas quoi faire, j'ai un message pour les lecteurs qui me rencontrent dans le monde réel au moins une fois l'an. Je vous invite à conserver vos piles usagées et, la prochaine fois que l'on se rencontre, remettez-les moi. Je vais les amener au boulot, on les envoie au recyclage.

Page suivante »