693 billets et 966 commentaires jusqu'à maintenant

Comment devenir riche grâce à la grippe H1N1


Un billet publié sur P45
.

De Miami à Québec: Newport, VT

Vu d’une entrée de tente avec une roue arrière de vélo, du gazon et une canette de boisson énergétique

De Miami à Québec est une série de 10 courriels écrits par Lino Tremblay lors de son périple en vélo entre ces 2 villes. Vous pouvez consulter la série complète des billets.

Newport, VT est le huitième billet de la série.

Date: Lundi 4 mai 2009 20:34:30 -0400
Sujet: Newport, VT

Bonjour tous,

Avant-hier j'ai dormi tout près d'un marais salant sûrement rempli de couleuvres grosses comme ma cuisse (bon ok, disons comme mon bras), dans la partie côtière du New Hampshire. Cet état a seulement quelques dizaines de km de côtes, mais il y a quelques plages et tout ce qui vient avec. Par contre, c'est plus cheap que les plages plus au sud.

Ensuite, je suis allé faire un petit tour dans le Maine, et j'ai tourné vers le nord-ouest et Montréal. Comme je m'y attendais, ces deux derniers jours ont été les plus durs de tout mon voyage. Le premier n'était pas si mal, et à la fin de la journée, j'ai réussi à trouver une cabane dans un cimetière (celle ou les employés entreposent leur stock). C'était sale, mais le balai était fourni, alors j'ai nettoyé vite fait et monté ma tente à l'intérieur. Comme Tim à qui j'ai parlé dans un magasin de vélo un peu plus tôt m'avait dit que je "courais dans la température " (de "you're running into the weather"), j'étais content d'être à l'abri. Aussi, c'est le fun de faire du camping sur une surface solide et égale (pas besoin de mettre la bière dans une chaussure). Une chose que j'ai remarquée ici, c'est qu'il y a autour de certaines pierres tombales des lampes à énergie solaire qu'on met généralement dans le jardin. Je dois avouer que ça m'a fait un drôle d'effet la premiere fois que j'en ai vu à 2-3h am, mais maintenant c'est ok.

Les nuits commencent à être froides (j'apprécie de plus en plus mon sac de couchage -3), et ce matin, le départ a été difficile. J'ai mis beaucoup de temps à me réchauffer, et roulé 33 km (dont mes premières vraies côtes) avant de déjeuner. Ensuite ça s'est réchauffé, mais une chose est certaine, j'ai eu autant de côtes seulement aujourd'hui que pendant tout le reste du trajet. Pour une bonne partie, c'était magnifique (je suis passé à côté du mont Washington), mais la 105 du Vermont est une route forestière pauvre et pas tellement belle. J'ai quand même réussi à faire mes 175 km, mais comme Christian Bielle (un ancien bibliothécaire de l'UQAR) l'aurait dit, ç'a été la croix et la bannière. Je maintiens le rythme car je sais que ça achève, mais pour une rare fois, je dirais que j'ai dû puiser assez profondément dans mes réserves pour finir la randonnée d'aujourd'hui.

À vol d'oiseau, je suis maintenant à 130 km de Montréal. Je devrais donc arriver demain.

J'avais promis de parler des accotements et de la ligne, mais je suis fatigué et quelqu'un d'autre veut utiliser l'ordinateur du motel, alors ce sera probablement pour demain. Une fois arrivé à Lévis, j'expliquerai les effets sur le corps des 3-4 dernières semaines - car oui, il y en a.

L.

Pièces jointes:

Billet précédent: Boston, MA
Billet suivante: Montréal, QC

Gabegie: le mot du mois d'octobre 2009

gabegie: n.f.: Désordre dans une administration, dans une entreprise, qui a pour conséquence des dépenses exagérées, des pertes d'argent.

Exemple: Au moment où le gouvernement annonce qu'il faudra se serrer la ceinture et laisse entrevoir d'importantes hausses de tarifs, la gabegie est d'autant plus choquante. (Michel David)

De l'existence des êtres vivants, et de l'humain en particulier, sur la Terre

La Terre

Le concept d'être vivant est contre-intuitif. En effet, pourquoi l'Univers en serait-il venu à créer une entité qui nécessite constamment de l'énergie pour maintenir son équilibre interne par rapport au milieu dans lequel il se trouve?

La deuxième loi de la thermodynamique justifie l'existence des êtres vivants 1. Une des formulations de cette loi stipule que les formes d'énergies disponibles doivent se dégrader vers des formes moins utilisables à d'autres fins. C'est la fameuse augmentation sans fin du désordre, l'entropie, de l'Univers.

Attardons-nous sur les implications de cette loi dans le cadre des corps célestes.

L'énergie du Soleil qui arrive sur la Lune est dans sa très grande partie reflétée par la suite dans l'espace. Elle subit très peu de dégradation. Pour dégrader l'énergie, il faut qu'un corps céleste qui reçoit l'énergie du Soleil, la Terre par exemple, puisse la capter et la dégrader sous d'autres formes moins utilisables par la suite.

La photosynthèse, à cet égard, est une réussite: l'énergie solaire est utilisée afin de créer de la matière organique à partir de l'eau, du CO2 et de minéraux dans le sol. Tous des éléments présents sur la Terre en grande quantité avant l'apparition du vivant. Une partie de l'énergie est conservée sur la Terre elle-même sous forme de matière (la matière organique et surtout le carbone de l'amosphère fixé dans la croûte terrestre) plutôt que retournée dans l'espace.

On peut en déduire que, lorsque le milieu le permet, des êtres vivants apparaîtront pour servir la deuxième loi de la thermodynamique. Cette loi ne spécifie pas quelle forme aura ce vivant, seulement qu'il captera l'énergie pour la dégrader en d'autres formes.

Vu sous cette perspective, l'être humain moderne représente le fin du fin comme servitude de la deuxième loi de la thermodynamique:

  • Le mythe judéo-chrétien veut que la Terre appartienne à l'humain et qu'il doive la dominer. Il lui est ainsi loisible d'exploiter toutes les ressources qui sont à sa disposition sur sa planète.
  • La société de consommation supporte la dépense abusive d'énergie à des fins futiles: déplacer des tonnes d'acier sur des routes de façon quotidienne, l'obsolescence programmée qui mène à remplacer des objets encore fonctionnels, les symboles de réussites qui confondent biens et prospérité.
  • Le système de valeur de reproduction amène à augmenter sans fin le nombre d'humains, augmentant d'autant le nombre d'unités cherchant à s'approprier des biens.

Bref, une fuite exponentielle qui, prise sous cette optique, n'a d'autre finalité que de dégrader l'énergie le plus rapidement possible. Les prochaines décennies détermineront si l'homme n'est qu'un instrument d'une loi thermodynamique.

Dans le cas d'une réponse positive, l'humanité n'aura été qu'un épiphénomène au succès planétaire qui, une fois sa consommation maximale d'énergie atteinte, cèdera plus ou moins rapidement sa place aux organismes exploitant l'énergie disponible à un taux plus soutenable.

Dans le cas d'une réponse négative, nous assisterons à un changement notable dans la façon qu'a l'humanité de concevoir son milieu. Elle réussira à redéfinir son rôle et à respecter les réalités physiques qui l'entourent. Il y a du chemin à faire.

Référence

1. Schneider, E.D, Kay, J.J., 1994, "Life as a Manifestation of the Second Law of Thermodynamics", Mathematical and Computer Modelling, Vol 19, No. 6-8, pp.25-48 © James J. Kay and Eric Schneider, 1992

A pour atome

Publié en 1953, le film A is for atom, d'une durée de 14 minutes, explique de façon très imagée, et toujours valide, comment fonctionne l'énergie nucléaire.

C'est un document d'époque qui a bien vieilli et qui a une construction tout ce qu'il y a de plus scientifique.

La voix hors-champ et la musique riche en cuivres sont typiques de la production des années '50.

La section à la fin du film, l'ouverture vers le futur, contient des prédictions qui se réaliseront (l'énergie nucléaire pour fournir de l'électricité) ou non (avion propulsé à l'énergie nucléaire!) et d'autres sur lesquelles je ne peux me prononcer (l'aide d'un physicien médical serait appréciée).

Bonne écoute!

Le film le plus vu sur ONF.ca

Il s'agit de Un dimanche à 105 ans, un court métrage de 13 minutes sur une mémé Acadienne tout ce qu'il y a de plus attachant.

Plus de 100 000 personnes l'ont visualisé jusqu'à maintenant!

Vous pouvez aussi écouter un reportage sur le film sur le site de Radio-Canada.

De Miami à Québec: Boston, MA

Vu d’une entrée de tente avec une roue arrière de vélo, du gazon et une canette de boisson énergétique

De Miami à Québec est une série de 10 courriels écrits par Lino Tremblay lors de son périple en vélo entre ces 2 villes. Vous pouvez consulter la série complète des billets.

Boston, MA est le septième billet de la série.

Date: Samedi 2 mai 2009 11:19:33 -0400
Sujet: Boston, MA

Bonjour tous,

On va pouvoir dire que mon voyage a été séparé en deux parties: avant et après New York. En effet, depuis que je suis sorti de la grande ville (en train), la température a beaucoup baissé (j'ai même vu 9 degrés il y a deux jours), il a commencé à pleuvoir (pas trop, mais quand même) et le ciel est gris en permanence.

Le Connecticut est un état sans grand intérêt. Rien n'est fait en fonction du vélo, et la majorité du temps (disons sur 150 km), j'ai eu l'impression de rouler sur le boulevard Talbot (pour les gens du Saguenay), Laurier dans sa partie commerciale (pour le monde de Québec), le boulevard Taschereau ou la rue Brunswick (pour les Montréalais) et euh… disons les 500 m autour du Wal-Mart (pour ceux qui viennent de Rimouski). J'ai bien vu quelques bouts intéressants en prenant des routes secondaires, mais c'était comme faire le tour de la Gaspésie : peu importe ce que vous faites, vous revenez toujours sur la 132 à moment donné. C'est passablement ennuyeux de devoir côtoyer ce trafic et d'arrêter aux feux de circulation, et cela a un effet assez désolant sur la distance parcourable et la vitesse moyenne quotidienne.

J'ai ensuite traversé le Rhode Island en diagonale. Jusqu'à maintenant, c'était les pires routes que j'ai vues. Ceux qui pensaient que les routes sur lesquelles on peut trouver quatre générations d'asphalte sur 100 m n'existaient qu'au Québec, détrompez-vous. Cela m'a couté deux chambres à air et un pneu fendu en deux endroits en une seule journée. Providence (du moins ce que j'en ai vu) est une ville sans grand intérêt, mis à part un monument qui rend hommage aux vétérans de la guerre de Corée.

À propos des crevaisons: changer une chambre à air demande environ 12 minutes (y compris le temps qu'il faut pour se laver les mains et remettre le stock dans les sacoches), 9 minutes si on se dépêche et 15 si ça va mal. Ce n'est donc pas si grave que ça, et puis, ça fait partie de la game. Il faut juste s'arranger pour toujours avoir le matériel de rechange nécessaire. Je ne répare pas les chambres à air car je mets 95 livres dedans et les patches ne tiennent pas toujours. Je change donc à chaque fois, et je lance le tout dans le bois, le plus proche possible d'une pancarte "Do not litter" (selon les états, les amendes varient de 49$ a 1000$). Une chose que je trouve intéressante ici est que le prix de l'essence varie beaucoup, même à l'intérieur d'un même état. Depuis le début, j'ai vu le prix varier de 1,84$ a 2,36$. C'est quand même étonnant de constater que les Americains n'ont pas su développer le joli cartel qui sévit au Québec.

Pour la suite du voyage, je prévois quitter Boston aujourd'hui, aller faire un petit tour dans le Maine et revenir à Montréal en diagonale, ce qui me fera traverser le New Hampshire et le Vermont. Si la température s'améliore, j'irai peut-être faire un pèlerinage à Whiteface Mountain, NY. Sinon, je prévois être à Montréal dans 5 ou 6 jours.

Pour en finir avec les types de nuit:

3- La nuit chez un hôte. Dormir dans une "vraie maison" permet de rencontrer des gens de la place (qui finalement viennent toujours d'ailleurs) et de laver ses vêtements dans une laveuse (ce qui est plus efficace que de le faire à la main dans un lavabo de camping ou de motel). On rencontre les gens sur CouchSurfing ou par hasard, sur la route. À Jupiter, FL, j'ai demandé à un cycliste de route si je pouvais installer ma tente sur son terrain. Il a accepté et je l'ai suivi chez lui, à 5-6 km à l'intérieur de la ville. J'avais enlevé mes chaussures, pris une bonne partie de ma bière et commencé à monter ma tente lorsqu'il est venu me dire que je devais partir car son épouse ne voulait pas que je reste, elle avait un spook, une "peur". Il était passé 6h, j'étais fatigué, j'avais pris une bière, alors vous pouvez bien imaginer que c'était la dernière chose que je voulais entendre. Le gars se sentait mal, c'est sûr. J'ai eu un instant envie de lui faire une joke sur le fait qu'il était prof de "corporate leadership" et la prise de décision dans son couple, mais je pense pas qu'il aurait ri, alors je me suis retenu. C'était la première fois qu'il faisait ça, et je mettrais ma main au feu que ça va aussi être la dernière. Je suis donc parti - pas le choix - et j'ai trouvé un endroit dans un terrain vacant pas trop loin. Mis à part que j'ai appris un nouveau mot, j'ai retenu de cette expérience qu'il faut toujours s'assurer que l'épouse d'un gars qui vous invite chez lui va être d'accord.

4- La nuit au motel. Le plus grand avantage de la nuit au motel est l'indépendance. Quand on est chez quelqu'un, il faut faire attention de ne pas être trop envahissant, et puis, ça me gêne toujours un peu d'être dans les choses des autres. Au motel, on peut lancer ses vêtements partout, prendre une douche ou un long bain n'importe quand, et choisir le poste de la télé. En prime, on peut même nettoyer le vélo avec les belles serviettes blanches. Par contre, pour mériter un motel, il faut une raison valable, une grosse journée de vélo, du mauvais temps ou les deux à la fois, par exemple. Parfois, il faut aussi aller au motel pour recharger la batterie du GPS, qui a une autonomie décidément très courte, même si je l'ouvre uniquement quand j'en ai besoin. Ça m'est arrivé une fois que la batterie soit complètement vide. Heureusement, c'était en fin de journée, et je savais en gros où j'allais, sinon ça aurait été le drame.

On va dire que ça va être assez pour aujourd'hui.

La prochaine fois (s'il y en a une avant mon arrivée), je parlerai des différents types d'accotement et de la ligne blanche.

Bonne journée!

L.

Pièces jointes:

Billet précédent: New York, NY
Billet suivant: Newport, VT

Typologie de la blogosphère québécoise

Diagramme de la typologie de la blogosphère québécoise

La blogosphère exerce une influence sur l'environnement médiatique et sur le public en général qui est difficilement quantifiable. Certes, les experts de cet espace publient leur palmarès des gens les plus importants selon eux, mais un classement n'est pas une représentation.

Afin de mieux comprendre l'impact des blogues sur la façon dont est véhiculée l'information dans notre société, ainsi que de mieux cerner les interactions qu'ils ont entre eux, je présente ici une typologie des blogues québécois. Cette typologie est basée sur mon expérience des blogues québécois, tant du point de vue d'auteur que de lecteur.

Pour lire la suite:
//ptaff.ca/typologie_blogues_quebecois/

Attention banlieue?

Photo prise à Prague. Je me suis demandé ce qu'elle pouvait bien indiquer, cette affiche.

Attention banlieue?

Une hypothèse que j'ai d'abord eue était Attention banlieue. Mais après observation, un indice nous permet de deviner que la scène représentée ne se déroule pas en banlieue.

Quel est-il?

De Miami à Québec: New York, NY

Vu d’une entrée de tente avec une roue arrière de vélo, du gazon et une canette de boisson énergétique

De Miami à Québec est une série de 10 courriels écrits par Lino Tremblay lors de son périple en vélo entre ces 2 villes. Vous pouvez consulter la série complète des billets.

New York, NY est le sixième billet de la série.

Date: Mercredi 29 avril 2009 23:19:13 -0400
Sujet: New York, NY

Bonjour tous,

Entrer a New York à velo est quasiment aussi difficile que de faire fonctionner Windows XP deux jours de suite sans qu'il plante. En effet, New York est entouré d'eau et aucun des ponts (à péage bien sur) qui y accèdent depuis le sud-ouest n'est fait pour les vélos. Après avoir demandé de l'information à un Polonais, j'ai intercepté un Russe (Alex) qui avait un camion dans une station-service. Il m'a gentiment amené jusqu'à Brooklyn (10-15 km et deux ponts plus loin) tout en me racontant sa vie, celle de sa femme et de ses enfants, ce qui l'avait amené à quitter Moscou, etc.

Après les routes (secondaires ou non) où on a la plupart du temps un large accotement et tout le loisir d'écouter de la musique, rouler au centre-ville de New York vous ramène sur Terre assez abruptement. Il faut être vigilant en permanence ici, car les feux de circulation ont une signification toute relative et les automobilistes ont le klaxon facile. Je séjourne chez une bibliothécaire et son mari, dans Queens, qui est au nord de la ville. C'est une espèce de Villeray, mais plus loin du centre-ville et où un modeste 3 et demi coûte 1450$.

Je ne sais pas pourquoi, mais j'avais idée depuis une semaine de me faire couper les cheveux à New York, ce qui a été fait cet après-midi par une Russe (de St-Petersbourg cette fois) qui a travaillé étonnamment vite et bien (c'est à se demander pourquoi c'est si long chez nous). Je suis ensuite allé dans une librairie plus grosse que la majorité des bibliothèques du Québec (d'où je suis ressorti avec un livre audio de fantasy) et chez Barnes & Noble (où j'ai parlé à des Finlandaises et acheté Into the wild). C'était des grandes et bonnes librairies, mais je préfère encore la Librairie académique d'Helsinki, pour le design de l'immeuble et le multiculturalisme des livres offerts.

Je devrais être à Boston dans deux jours.

Les types de nuits maintenant. Il y en a quatre:

1- La nuit au camping. Peu coûteuse et relativement sécuritaire, la nuit au camping a l'avantage de permettre de rencontrer des gens et de prendre une douche. Bien entendu, vu que j'ai entre autres pour spécialité de m'éponger tout croche en sortant de la douche, cela signifie qu'il faut retourner en courant à la tente en bobettes et en espadrilles, puis entrer dans le sac de couchage le plus vite possible. Je sais pas si c'est parce que je suis malchanceux, mais je n'ai pas encore eu de camping silencieux. Il y a toujours du bruit (la dernière fois, c'était des paons énormes). Autre chose que je ne comprends pas, c'est que certains campings interdisent l'alcool, alors que n'importe qui sait (je l'ai même vu écrit sur un panneau de liquor store du New Jersey) que "Beer is a camping essential". Mais bon, qui va venir vérifier ce qui se passe dans la tente?

2- Le gipsy camping (expression que m'a apprise Frankie, que j'ai connu en Caroline du Nord). Ce genre de camping demande un peu plus de planification. Il faut préférablement attendre d'être entre deux villes, et trouver une place tranquille. Le GPS est très pratique pour savoir s'il y a des rues autour. Une fois l'endroit trouvé, on laisse passer les autos en faisant semblant de fouiller dans un sac et on plonge dans le bois. À Virginia Beach, le camping du Parc national était plein, alors j'ai roulé un peu et fini par trouver une jolie pinède, à 200 m d'un 7-Eleven (dixit le GPS), et juste en face d'un terrain de golf. Cette fois-là, j'avais tellement bien cache le vélo qu'il m'a fallu 10 minutes pour le retrouver, après que je sois parti explorer les alentours. Ca peut paraître insignifiant, mais même si faire du camping de gitans signifie qu'on va s'égratigner les tibias, se laver a la débarbouillette et qu'on peut se faire expulser à tout moment, lire à la lampe frontale sous la tente et sortir faire pipi en pleine nuit, sous les pins et les étoiles, au son des grenouilles et des voitures au loin, en seules chaussures (and I mean it) procure un sentiment de liberté mémorable.

Il se fait tard, alors je parlerai des autres types la prochaine fois.

L.

Pièces jointes:

Billet précédent: Cape May Courthouse, NJ
Billet suivant: Boston, MA