672 billets et 957 commentaires jusqu'à maintenant

10 choses à savoir sur la constitution canadienne

Billet originalement publié sur le Huffington Post.

Voici ma contribution pour les 150 ans du Canada : 10 faits concernant la constitution canadienne qui m'ont marqué lors de mes lectures sur le Québec.

1. L'adoption de la constitution canadienne n'a jamais été soumise au peuple

Dans le système de Westminster, soit le système politique du Canada basé sur celui du Royaume-Uni, le peuple n'a qu'un seul pouvoir, celui d'élire les députés de la chambre basse (Parlement à Québec, Chambre des communes à Ottawa). Le peuple ne peut donc adopter une loi ou une constitution directement. C'est pour cette raison que la constitution canadienne a été adoptée par le Parlement de Londres avec l'assentiment du Sénat, de la Chambre des communes et des assemblées des provinces, à l'exception du Québec, et non par une consultation populaire.

Notons que dans ce système, les référendums n'ont qu'une valeur consultative et ne lient en rien le parlement des pays ou régions qui les tiennent. Cela vaut pour le référendum sur l'indépendance du Québec, celui de l'Écosse ou encore du Brexit. Légalement, ils n'ont aucune incidence.

2. Les compétences des provinces et du fédéral se complètent, elles ne se superposent pas

La compétence fédérale n'est pas supérieure à celle des provinces : elle comble tous les domaines qui ne sont pas de compétences provinciales, en plus de celles qui lui sont exclusivement réservées au fédéral dans la constitution.

3. La constitution canadienne est composée de quelques dizaines de textes, les plus importants étant la Loi constitutionnelle de 1867, le Statut de Westminster 1931 et la Loi constitutionnelle de 1982

Les deux textes de 1867 et 1982 font référence à plusieurs autres qui les ont précédés, ce qui leur donne ainsi une valeur constitutionnelle.

4. Les jugements de la Cour suprême concernant l'application de la constitution ont la même valeur légale que celle-ci ; ces jugements font donc partie à part entière de la constitution

La constitution canadienne ne répond pas à toutes les questions et elle est souvent matière à interprétation. Par exemple, elle ne mentionne ni n'encadre le rôle du premier ministre. C'est ainsi la Cour suprême qui, par son interprétation et ses jugements, indique quel sens donner à la constitution. La jurisprudence de la Cour suprême depuis 1867 sur les questions constitutionnelles peut donc être invoquée et elle a force de loi. Cependant, les jugements de la Cour suprême dans un même domaine peuvent évoluer au fil du temps.

5. En cas de concurrence entre deux lois valides, c'est celle du fédéral qui prime

Si deux lois s'appliquent, l'une fédérale et l'autre provinciale, de manière contradictoire, c'est la loi fédérale qui prévaut. Le gouvernement fédéral a ainsi tenté de libérer le domaine bancaire canadien de ses obligations en 2016 en légiférant sur la protection des clients bancaires. De cette manière, le fédéral aurait remplacé la loi sur la protection du consommateur du Québec par une version édulcorée, libérant les banques des obligations imposées par la législation québécoise et celles des autres provinces.

6. Si le fédéral juge qu'une compétence provinciale est d'intérêt national, il peut légiférer sur celle-ci

Alors que les ressources naturelles relèvent d'une compétence provinciale exclusive, la Commission canadienne de sûreté nucléaire délivre des permis pour l'exploitation d'uranium au Québec.

7. Le fédéral est responsable du territoire sur lequel il exerce sa juridiction : territoires indiens, cours d'eau navigable et terrains lui appartenant. Tout le reste du territoire appartient aux provinces.

Tout déversement de produit toxique, comme le pétrole, est ainsi de la responsabilité des provinces (coûts, mesures de nettoyage, gestion, etc.), sauf s'il survient en territoire fédéral (le fleuve Saint-Laurent, un territoire indien, un parc fédéral).

8. Le parlement fédéral peut modifier ses propres sphères de compétences au détriment des provinces, et ce, sans leur consentement, pour des travaux qu'il juge d'intérêt national ou qui concernent deux ou plusieurs provinces

Le parc des Champs-de-Bataille de Québec (Plaines d'Abraham) a été réclamé par le fédéral en 1908 sous prétexte qu'il était de l'intérêt général du Canada que ce terrain soit géré par le fédéral. C'est aujourd'hui un parc fédéral, c'est-à-dire une propriété administrée par le gouvernement du Canada.

9. Les pouvoirs qui ne sont pas énumérés dans ceux des provinces sont de compétence fédérale ; c'est ce qu'on appelle les pouvoirs résiduaires

Il y a deux manières de gérer ceux-ci dans une fédération : en les accordant au pouvoir central ou encore aux États fédérés. Le Canada, tout comme l'Inde et le Nigeria, accorde le pouvoir résiduaire à l'État central. Les États-Unis, la Suisse, l'Autriche et l'Australie sont des exemples de fédérations où le pouvoir résiduaire est accordé aux parties constituantes. La gestion de la fédération canadienne a donc pour effet de centraliser les pouvoirs vers le fédéral à mesure que s'ajoutent de nouvelles compétences.

10. Le fédéral a le droit de verser des sommes pour des fins qui ne relèvent pas de sa compétence (pouvoir de dépenser)

Si le fédéral ne peut légiférer dans un domaine de compétence provinciale, il a le droit de dépenser dans celui-ci. Comme cette question n'est pas prévue dans la constitution, c'est la Cour suprême qui a jugé que cela était possible. C'est par ce moyen que le gouvernement fédéral oriente le domaine de l'éducation au Québec, une compétence exclusive aux provinces, en donnant des bourses de recherches ou encore en finançant la construction de pavillons d'université.

11 (bonus). Les lois provinciales s'appliquent aux domaines d'exclusivité fédérale, tant que celles-ci n'empêchent pas la mission première de la compétence fédérale

La loi sur la protection du consommateur (LPC), une loi québécoise, s'applique aux banques canadiennes, un domaine de compétence fédérale. En effet, cette loi n'empêche pas les banques de faire du commerce au Québec, elle est donc compatible avec la loi fédérale. Grâce à la LPC, les banques ne peuvent pas changer les clauses d'un contrat avec un client ou une cliente québécoise sans leur consentement, ce qui serait possible dans un contexte purement canadien.

Québec Beyond the Headlines

Billet originalement publié sur le Huffington Post.

quebec_beyond_the_headlines.jpg

Dans le journal belge Le Soir de mai 2015, un encart de 6 pages raconte la contribution russe à la victoire des Alliés en 1945. Cet encart est rédigé en collaboration avec Russia Beyond the Headlines, un organisme de nouvelles commandité par le gouvernement russe. On y trouve des histoires de mariages entre Belges et Russes s'étant rencontrés pendant la guerre, et comment ces deux pays sont encore aujourd'hui reliés par l'histoire de ces familles. À cela s'ajoutent des analyses historiques, dont celle d'un historien de l'Université de Montréal, qui complètent le portrait de l'apport russe à la Belgique.

Le gouvernement russe a compris quelque chose qui échappe à Philippe Couillard: la promotion d'une culture et d'une vision de l'histoire nécessite une représentation à l'étranger. L'encart en question expose la contribution cruciale des Soviétiques à la défaite nazie. C'est une contribution minimisée, pour ne pas dire occultée, dans la représentation occidentale de la Libération. Cet encart sert donc à promouvoir la version de l'histoire du point de vue russe.

En comparaison, le Québec est aujourd'hui affaibli par les coupures du gouvernement Couillard dans sa représentation à l'étranger. Les délégations du Québec sont non seulement des antennes commerciales pour vendre l'expertise québécoise dans les pays et les villes où elles se situent, mais elles sont avant tout les représentantes culturelles d'une vision du monde: la nôtre.

Ce repli du Québec à l'étranger diminue la diversité culturelle qui contribue à la richesse de l'expérience humaine. Notre position historique et culturelle s'efface aujourd'hui devant les dictats canadiens, presque partout dans le monde. On ne parlera plus de l'expérience entre Québécois et Russes, Chiliens ou Taïwanais, mais bien de l'expérience entre Canadiens et Russes, Chiliens ou Taïwanais. Il y a tout un monde de différence entre Canadiens et Québécois. C'est d'ailleurs de là qu'origine notre agacement lorsque les Européens mentionnent qu'ils sont en visite au Canada alors qu'ils visitent le Québec.

C'est le Canada qui choisit le personnel diplomatique et la façon dont les représentations sont effectuées. Il ne s'agit pas ici de prétendre que le Canada ment, pas plus que l'Occident ne ment lorsqu'il minimise la contribution soviétique. Les délégués canadiens raconteront l'histoire qui met le Canada en valeur, ce qui est normal. Il ne faut pas attendre que le Canada s'occupe du Québec: il visera ses intérêts et négligera ceux des Québécois, a fortiori si nous n'avons pas la force de nous tenir debout.

Et c'est ici qu'entre en jeu la petitesse de Philippe Couillard dans le cadre canadien. Le premier ministre du Québec ignore en effet la tradition québécoise et adopte une position «provinciale», confinant le peuple québécois à un rôle de subordonné à celui de la «nation canadienne». Affaiblissant le mouvement indépendantiste, il efface ce que nous obtiendrions de facto avec le statut de pays: une représentation étrangère pour le Québec. C'est d'autant plus méprisant que Couillard est un homme de grande culture: il est conscient de ce qu'il détruit. S'il avait de la considération historique pour le peuple dont il est issu, il aurait un autre rêve que celui d'un équilibre budgétaire.

Des Forces armées canadiennes à l'armée du Québec

Billet originalement publié sur le Huffington Post.

L'accession d'un État à l'indépendance pose plusieurs questions capitales, notamment celle portant sur l'armée du pays qui serait créé. Tout projet sérieux d'accession du Québec à l'indépendance doit donc aborder cette question et fournir des réponses étoffées au peuple québécois. Afin d'inviter les Québécois à débattre de cet important sujet, j'ai esquissé sous forme de questions-réponses un portrait d'une armée possible pour le Québec.

Divisé en trois parties, les réponses aux questions donnent un point de départ pour permettre les discussions sur cet important sujet. La première partie exposait la mission et les alliances de l'armée du Québec et la deuxième partie la composition de l'armée du Québec. Voici la troisième partie où j'expose ce que serait la transition des Forces armées du Canada à l'armée du Québec.

Combien coûterait l'armée du Québec?

Le coût d'une armée du Québec serait étroitement relié aux missions qu'elle aurait à remplir. Il est possible de faire une estimation en comparant le budget des armées ayant des missions et des troupes semblables à celles indiquées dans la deuxième partie des questions-réponses.

En se basant sur l'armée néo-zélandaise, les Royal Marines ou la Légion étrangère, on peut estimer le coût annuel entre 2 et 3 milliards de dollars canadiens. Cette somme est inférieure à la proportion du budget militaire canadien correspondant au poids démographique du Québec (4,3 milliards selon le budget 2014-2015). Une armée du Québec représenterait donc une économie par rapport à ce que paient les contribuables québécois pour les Forces armées du Canada.

Cependant, il faut souligner que la création d'un ministère de la Défense serait coûteux. Cela permettrait par contre de créer des structures légères départies du poids administratif que le Canada traîne depuis la fin de la guerre froide.

Les Québécois économiseraient en n'investissant pas dans les domaines suivants:

Quel matériel pourrait-on récupérer des Forces canadiennes?

Il serait fort probablement possible de récupérer tout le matériel des unités de l'armée de terre sur le territoire québécois, incluant tout ce qui est à Valcartier (chars, artillerie, véhicules, etc.).

La négociation portant sur les avions CF-18 pourrait se faire à l'avantage du Québec, compte tenu qu'il possède la moitié de la flotte et que celle-ci pourrait avoir une grande valeur monétaire. Cependant, puisque les CF-18 ne seraient pas essentiels pour accomplir les missions de l'armée du Québec, il serait possible de les échanger contre d'autre matériel, comme par exemple celui du 25e Dépôt d'approvisionnement situé à Longue-Pointe. Il serait par la suite possible de faire l'acquisition d'avions de transport, d'attaque au sol et de surveillance du territoire.

Le Québec n'aurait aucun matériel provenant de la Marine royale canadienne.

Le Québec n'a aucune ressources en renseignement ou en espionnage électronique. Ce domaine devrait donc être développé entièrement, ce qui pourrait s'avérer coûteux.

Le Centre de recherche scientifique militaire serait situé à Valcartier, puisque les infrastructures et les équipements de recherche de l'armée canadienne sont déjà à cet endroit. Ce centre pourrait devenir un centre de recherche gouvernemental qui pourrait être utile aux autres ministères du Québec, en plus de la Défense.

Que proposer aux soldats québécois dans les Forces canadiennes?

Il y a fort à parier que, pour des raisons de langue et de culture, un grand nombre de Québécois présents dans les Forces armées du Canada voudrait rejoindre l'armée du Québec lors de la création du pays.

Il faudrait que le transfert des soldats d'une armée à l'autre se fasse sans difficulté. Pour se faire, il faudrait au minimum offrir aux soldats québécois présents dans l'armée canadienne:

  • La reconnaissance de leur rang;
  • La reconnaissance des années de services au Canada;
  • Un salaire et des avantages sociaux similaires.

Comment reconnaître les décorations et les grades militaires acquis dans les Forces canadiennes?

Une loi devrait être votée pour reconnaître les décorations et les grades militaires acquis dans les Forces canadiennes.

Actuellement, les militaires canadiens peuvent d'ailleurs porter certaines décorations étrangères (gagnées avec les Américains par exemple). C'est chose commune entre les armées.

Où seraient situées les bases militaires?

Les bases militaires de l'armée canadienne déjà présentes sur le territoire québécois seraient transformées en bases de l'armée du Québec. Il s'agirait de:

  • Saint-Jean-sur-Richelieu: formation
  • Valcartier: brigade d'élite
  • Longue-Pointe: quartier général national et centre logistique
  • Bagotville: composante aérienne

Les ports pour la garde côtière légèrement armée seraient situés à Québec pour la surveillance du fleuve Saint-Laurent, et à Sept-Îles pour la surveillance du golfe.

Où se trouverait l'école militaire?

Puisque Saint-Jean-sur-Richelieu possède déjà les infrastructures d'entraînement, cette ville deviendrait le centre nerveux de la formation militaire, tant pour les cours de base que pour les cours spécialisés.

Les professeurs sont d'ailleurs déjà sur place pour l'école des officiers de l'armée canadienne. L'école des recrues des Forces canadiennes se trouve elle aussi à Saint-Jean-sur-Richelieu et pourrait être convertie pour les sous-officiers du Québec.

Quels seraient les uniformes de l'armée du Québec?

L'armée du Québec devrait rapidement se doter d'un uniforme distinct de l'armée canadienne. Les composantes terrestres, aériennes et maritimes auraient le même uniforme, mais auraient des signes d'identification spécifiques aux différents métiers (ailes de pilotes, parachutistes, etc.).

Quels seraient les noms des grades militaires de l'armée du Québec?

L'armée du Québec aurait un système de grade militaire distinct de l'armée du Canada. Les noms des grades militaires serait le même que les armées occidentales (capitaine, sergent, général, etc.) mais des identifications visuelles distinctes seraient créées afin de distinguer les militaires québécois.

Un comité de vétérans et d'historiens serait formé afin de formuler des recommandations à cet effet.

Que faire pour le nom et les types de médailles?

Il serait important de créer un comité formé d'historiens, d'anciens militaires et d'universitaires qui créerait un système de décorations et honneurs propres au Québec. Ce système devrait à la fois reconnaître et témoigner de l'histoire et des traditions du Québec, tout en marquant sa singularité.

Il ne faudrait pas pour autant rejeter tout ce qui rappelle l'héritage de la Grande-Bretagne ou du Commonwealth, car ce passé fait partie intégrante de l'histoire du Québec.

À quoi ressemblerait l'armée du Québec indépendant?

Billet originalement publié sur le Huffington Post.

L'accession d'un État à l'indépendance pose plusieurs questions capitales, notamment celle portant sur l'armée du pays qui serait créé. Tout projet sérieux d'accession du Québec à l'indépendance doit donc aborder cette question et fournir des réponses étoffées au peuple québécois. Afin d'inviter les Québécois à débattre de cet important sujet, j'ai esquissé sous forme de questions-réponses un portrait d'une armée possible pour le Québec.

Divisées en trois parties, les réponses aux questions donnent un point de départ pour permettre les discussions sur cet important sujet. Divisé en trois parties, les réponses aux questions donnent un point de départ pour permettre les discussions sur cet important sujet. La première partie exposait la mission et les alliances de l'armée du Québec. Voici la deuxième partie où j'expose ce que serait la composition de l'armée du Québec. La troisième partie couvre la transition des Forces armées canadiennes à l'armée du Québec.

À quoi ressemblerait l'armée du Québec?

L'armée du Québec serait composée d'une force mobile légèrement armée, capable de se déplacer par voie aérienne et de se déployer dans une zone d'opération, n'importe où sur la planète. Elle aurait des soldats bien entraînés, mais peu nombreux, à l'image des forces spéciales. Avec au plus 9 000 soldats, cela permettrait de maintenir environ 1 500 soldats en opération dans un pays étranger. Il serait possible de les ravitailler à l'aide d'avions de transport et de les appuyer par des moyens héliportés et des avions légers comme des Super Tocano ou des AirLand Scorpion. La mobilité serait privilégiée à la protection (véhicule légers et rapides au lieu de chars lourds), car elle combine efficacité et économie de coût.

Cette force de soldats professionnels serait appuyée par une milice nationale ayant une présence dans les communautés (Régiment du Saguenay, Régiment de la Chaudière, etc.) et connaissant bien sa région. Cette milice serait composée d'un effectif entre 10 000 et 15 000 réservistes qui seraient équipés pour intervenir en cas de catastrophe naturelle. Ce type d'équipement serait moins dispendieux qu'un équipement militaire, car il n'aurait pas à répondre aux normes militaires (blindage, communications encryptées, etc.). Seules quelques centaines de réservistes seraient en service au même moment, avec un pic de quelques milliers pendant l'été, lors d'entraînements estivaux. Ces «garde nationaux» auraient également comme mission d'appuyer le noyau de professionnels dans le scénario improbable où le Québec devrait défendre sa souveraineté.

En résumé:
• De 6 000 à 9 000 soldats d'élite, dont un groupe de 1000 soldats toujours prêts à être déployés n'importe où dans le monde;
• Milice nationale impliquée dans sa communauté;
• Force de surveillance garantissant l'intégrité du territoire.

À l'armée de quels pays celle du Québec pourrait-elle être comparée?

En termes de soldats et de budget, l'armée du Québec serait comparable à celle de :
• La Nouvelle-Zélande: une force régulière d'environ 7 000 soldats (2,7 milliards $CA de budget).
• Les Royal Marines britanniques: une force d'élite de 8 500 soldats qui est une branche semi-indépendante de l'armée britannique. Ils sont reconnus pour avoir les soldats les mieux entraînés de la planète.
• La Légion étrangère française: 7 700 soldats d'élite (3 milliards d'euros, ou 4,3 milliards $CA, de budget).

De quel type d'équipement l'armée du Québec disposerait-elle?

Au moment de la création de l'armée du Québec, cette question ne serait pas primordiale.

Il faudrait plutôt mettre en place un processus d'acquisition d'équipement flexible et sortir des programmes d'armement qui s'étendent sur des dizaines d'années. Nos adversaires potentiels seraient probablement des organisations non-étatiques qui sont très flexibles et qui peuvent s'adapter rapidement aux changements technologiques. L'armée du Québec devrait avoir un processus d'acquisition pouvant s'adapter rapidement à cette évolution.

La question de la surveillance du territoire serait intimement liée à une force aérienne. Drones et avions de reconnaissance seraient au cœur de cette surveillance. Il n'y aurait pas d'avion de chasse et d'interception, ce qui permettrait d'économiser des sommes importantes.

La mission la plus importante de l'aviation serait le transport de troupes vers l'étranger. Une capacité de transport est aussi un élément qui pourrait donner de la visibilité au Québec lors de missions internationales. Cette capacité pourrait être utilisée pour déplacer des vivres et autre matériel nécessaire lors d'un soutien d'aide humanitaire. Les avions de transport sont rares et l'impact politique d'un avion québécois livrant des sacs de vivres à une population en difficultés, par exemple, serait marquant.

La marine prendrait la forme d'une garde côtière légèrement armée pour faire face à des éléments criminels, mais insuffisamment armée pour engager le combat contre des navires de guerre modernes. Encore une fois, la technologie de drones maritimes, équipés de radars, caméras infra-rouge et autres systèmes de surveillance, permettrait de surveiller le golfe du Saint-Laurent, évitant ainsi les coûts importants d'une marine militaire traditionnelle. La composante maritime pourrait transporter des troupes vers un théâtre d'opération extérieur et assurer la patrouille et la souveraineté du golfe du Saint-Laurent, notamment en le maintenant libre de glaces en hiver.

Il serait logique de mettre les services de recherche et sauvetage sous le commandement d'une force militaire, par souci d'économies. Les services de recherche et sauvetage pourraient alors bénéficier des ressources de surveillance militaire, à des fins de sauvetage.

L'armée du Québec auraient-elles des «Casques blancs»?

Ce n'est pas une question qui relève de l'armée du Québec.

Les «Casques blancs» sont souvent définis comme des troupes entraînées et équipées, mais non armées, pouvant se déployer à l'extérieur des frontières d'un pays afin de venir en aide à la population d'un autre pays. Or, une armée est par définition une force armée.

La proposition de doter le Québec de Casques blancs pour construire des écoles est porteuse, mais cette force ne devrait pas être sous la responsabilité du ministère de la Défense car elle n'est pas une force militaire. Cette force devrait être sous la responsabilité du département des affaires étrangères ou encore d'un département de l'aide extérieure du Québec, à l'instar de l'Agence canadienne de développement international (ACDI) dans le cas du Canada.

Selon les circonstances, les Casques blancs pourraient ainsi être déployés de manière indépendante, accompagnés dans leur transport par des militaires, ou encore protégés par ces derniers lorsque déployés dans un environnement hostile.

Qui serait le commandant en chef de l'armée du Québec?

Le commandant en chef de l'armée du Québec serait un civil, le chef d'État. Il serait le supérieur du chef de l'état-major de l'armée (un général ou un lieutenant-général, selon la structure militaire qui serait choisie).

Le titre précis du chef du gouvernement est lié à la structure politique de chaque pays, il en serait de même pour le Québec. Par exemple, au Canada, c'est la reine, représentée par le gouverneur général, qui est commandant en chef de l'armée, tandis qu'aux États-Unis et en France, c'est le président qui assume cette fonction.

L'armée du Québec indépendant: mission et alliances

Billet originalement publié sur le Huffington Post.

L'accession d'un État à l'indépendance pose plusieurs questions capitales, notamment celle portant sur l'armée du pays qui serait créé. Tout projet sérieux d'accession du Québec à l'indépendance doit donc aborder cette question et fournir des réponses étoffées au peuple québécois. Afin d'inviter les Québécois à débattre de cet important sujet, j'ai esquissé sous forme de questions-réponses un portrait d'une armée possible pour le Québec.

Je me suis inspiré en partie des études déposées à la Commission d'étude des questions afférentes à l'accession du Québec à la souveraineté, initiée par le gouvernement de Robert Bourassa en 1991. Plus spécifiquement, l'étude rédigée par Charles-Philippe David La défense d'un Québec souverain : ses pièges et ses possibilités, où l'auteur exposait certains scénarios possibles pour l'armée du Québec. Pour la rédaction de mes réponses, j'ai opté pour une voie hybride entre les différents scénarios identifiés par David.

Mon approche prend par ailleurs comme prémisse que les missions de maintien de la paix de l'ONU ont gagné en complexité au cours des dernières décennies et nécessitent aujourd'hui des ressources différentes que lors de la guerre froide. Afin d'identifier un objectif pérenne pour déterminer la composition des forces armées du Québec, j'ai substitué «mission de maintien de la paix» par «missions contribuant à la paix et à la stabilité mondiale, et approuvées par le peuple du Québec». La mission ultime de la force armée du Québec serait ainsi reliée à la volonté du peuple qui sous-tend cette force armée, et non à une conjecture particulière de l'histoire.

Afin de ne pas alourdir le texte, les termes employés pour désigner des personnes sont pris au sens générique; ils ont à la fois valeur d'un féminin et d'un masculin. Ainsi, le mot « soldat » désigne autant une femme qu'un homme soldat.

Divisées en trois parties, les réponses aux questions donnent un point de départ pour permettre les discussions sur cet important sujet. Voici la première partie, où j'expose quelles seraient la mission et les alliances de l'armée du Québec. La deuxième partie porte sur la composition de l'armée du Québec la troisième sur transition des Forces armées canadiennes à l'armée du Québec.

Pourquoi une armée au Québec ?

Une force armée de l'État du Québec aurait cinq rôles:

  • Appuyer les autorités civiles en cas de crise, par exemple en cas de catastrophe naturelle (ex.: déluge au Saguenay, tempête de verglas de 1998, etc.);
  • Offrir un soutien opérationnel et logistique au gouvernement lors d'un événement important au pays (ex.: Jeux olympiques, conférences importantes de type G8, etc.);
  • Mener des opérations quotidiennes sur le territoire québécois (y compris dans le nord) et sur le continent nord-américain en collaboration avec nos alliés canadiens et américains afin d'assurer la surveillance et la souveraineté du territoire;
  • Mener des opérations extérieures en support à la communauté internationale;
  • Répondre à une attaque violente majeure d'un groupe non-étatique.

L'armée du Québec participerait-elle à des missions à l'extérieur de son territoire ?

Oui. Le succès du Québec sur la scène internationale reposerait en grande partie sur son intégration dans un ensemble mondial, avec le droit international comme base pour régler les conflits politiques ou commerciaux.

Grâce à la primauté de ce droit, le Québec pourrait exporter ses richesses et importer les matières premières essentielles à son développement. Il serait donc dans l'intérêt du Québec de participer au maintien de cet espace mondial et même à son élargissement. C'est pourquoi le Québec devrait considérer avec attention les diverses options de participation à des missions internationales visant le maintien de la stabilité mondiale. Ces missions pourraient prendre plusieurs formes, allant de l'implication diplomatique au soutien humanitaire jusqu'aux opérations de combat. Ces missions seraient, généralement, entreprises avec la participation et l'appui de nos partenaires internationaux les plus importants (Canada, États-Unis, Europe).

De plus, la présence militaire du Québec dans des missions extérieures prouverait le sérieux du Québec sur la scène internationale. Ce serait un moyen de se distinguer des autres pays avec des populations comparables dont l'implication sur la scène mondiale n'est pas significative. Le Québec pourrait ainsi avoir un rôle international comparable à celui de la Nouvelle-Zélande (4 millions d'habitants) ou de la Suède (9 millions), qui contribuent beaucoup plus à la sécurité mondiale que des pays aux populations comparables, comme la Grèce (10,8 millions) ou l'Autriche (8,5 millions).

L'armée du Québec participerait-elle uniquement aux missions de maintien de la paix de l'ONU ?

Non. Les missions de maintien de la paix sont habituellement définies comme les missions militaires approuvées par le Conseil de sécurité des Nations unies. Si l'armée du Québec participait seulement aux missions de paix, le pays du Québec soumettrait sa volonté au Conseil de sécurité, donnant un droit de veto à chacun des cinq membres permanents du Conseil de sécurité.

Il n'est pas souhaitable qu'un de ces cinq pays, comme la Chine ou la Russie, puissent ultimement décider où et quand pourrait intervenir l'armée du Québec.

C'est pourquoi l'armée du Québec ne participerait pas seulement aux missions de maintien de la paix, mais bien à celles qui seraient identifiées par son gouvernement comme étant dans l'intérêt national du Québec.

L'armée du Québec ferait-elle partie du NORAD ?

Oui, le Québec devrait demander son admission au NORAD.

Le NORAD (Commandement de la défense aérospatiale de l'Amérique du Nord) est un partenariat entre le Canada et les États-Unis qui permet d'assurer la surveillance de l'espace aérien nord-américain. En raison de la situation géographique du Québec, tout laisse croire que le Canada et les États-Unis ne voudront pas d'une brèche dans la défense de leur territoire et préféreront dès lors inclure le Québec.

Cette alliance s'étendrait logiquement à la surveillance maritime. Le Québec assurerait la surveillance d'une partie du golfe du Saint-Laurent ainsi que d'une bonne partie de la voie maritime du Saint-Laurent, voie stratégique donnant accès au cœur du continent américain.

Le Québec devrait chercher à maintenir des liens militaires étroits avec ses deux voisins dans ces domaines. Ceci s'inscrirait dans une logique de participation à la défense du continent nord-américain.

L'armée du Québec ferait-elle partie de l'OTAN ?

Le Québec ne devrait pas intégrer l'OTAN, mais plutôt chercher à obtenir le statut de partenaire.

L'OTAN (Organisation du traité de l'Atlantique nord) est une association de pays dont le but premier est d'assurer la défense des pays membres contre les menaces extérieures. Or, comme le Québec ne fait présentement face à aucune menace militaire conventionnelle, on peut questionner la pertinence qu'il aurait à intégrer l'OTAN, d'autant plus qu'une telle participation amène une série de contraintes, comme la défense mutuelle et automatique. Si la Russie, par exemple, attaquait l'Estonie, le Québec entrerait automatiquement en guerre contre la Russie.

Il existe une série d'autres statuts pour les pays non-membres de l'OTAN mais désirant collaborer à certaines missions. C'est par exemple à titre de partenaire non-membre que l'Australie a participé à la mission de l'OTAN en Afghanistan, ou que la Nouvelle-Zélande a participé à celle en Irak.

De plus, le statut de partenaire permettrait à l'armée du Québec de collaborer avec les forces armées des pays membres, développant notre armée en suivant les normes techniques de l'OTAN (armement, systèmes de télécommunications, encryptage, etc.). Ceci faciliterait l'intégration de l'armée du Québec à une éventuelle force internationale, en tirant profit du système de logistique et d'approvisionnement de l'OTAN.

L'armée du Québec ferait-elle partie de Five Eyes ?

Il est improbable que le Québec puisse en faire partie, même s'il le souhaitait. Five Eyes désigne l'alliance des services de renseignement de l'Australie, du Canada, de la Nouvelle-Zélande, du Royaume-Uni et des États-Unis (elle a entre autres été popularisée par les révélations d'Edward Snowden). Il s'agit essentiellement d'une entente qui permet l'échange de données de renseignement entre ces pays.

Il est improbable que le Québec soit invité à joindre ce groupe, car sa formation résulte de 60 ans d'opérations communes entre les pays membres, et elle est basée sur des liens de confiance étroits dans les domaines militaires et de renseignement. Chaque participant fait suffisamment confiance aux autres membres pour partager ses secrets les plus importants. Le Québec indépendant ne bénéficiant pas de ce lien de confiance avec les pays du Five Eyes, il aurait à le développer au cours des décennies.

Dans un premier temps, le Québec devrait tenter de créer des ententes bilatérales avec certains pays (États-Unis, Canada, Royaume-Uni, France) afin de partager des renseignements sur des sujets et opérations spécifiques.

Los Angeles - Chicoutimi: Jour 33

Lino sur la route

Los Angeles - Chicoutimi est une série de billets écrits par Lino Tremblay lors de son périple en vélo entre ces 2 villes. Vous pouvez consulter la série complète des billets en retournant sur la page d'accueil de cette section du site.

Jour 33

Date: 23 juin 2011
Emplacement: Chicoutimi, QC
Distance de Los Angeles (à vol d’oiseau): 4208 km
Distance de Chicoutimi (à vol d’oiseau): 0 km

Malgré ce qu'on pourrait croire, le trajet entre Boucherville et Chicoutimi (La Baie, en fait, où m'attendait mon auto) n'a pas été totalement dénué d'intérêt. Au contraire, après avoir vu tant de pays, il me semble avoir été plus en mesure de comparer notre province à d'autres endroits.

Mon principal constat est que la qualité de la Route verte dont on parle tant varie énormément. Oui, c'est vrai que la Route est souvent superbe (mon bout préféré étant la 132 dans les environs de Kamouraska), mais d'autres fois, elle est carrément dangereuse. Aussi, comme la plupart des pistes cyclables, la Route verte effectue parfois des détours tout à fait inutiles, à moins que les arrière-cours et les poulaillers vous intéressent. Autre chose qui m'irrite: les tronçons non pavés. Une piste cyclable sans asphalte, c'est un chemin de terre, point à la ligne. Il ne suffit pas d'y installer une affiche verte pour la transformer en piste cyclable.

La Route verte? Où ça?
La Route verte? Où ça?

Pour ce qui est des endroits, Sorel s'est mérité l'insigne honneur de figurer dans mon palmarès des villes les plus laides, en compagnie de Sudbury (Ontario), Erie (Pennsylvanie) et Beaumont (Texas). Par contre, certains villages agricoles - Yamaska, par exemple - m'ont agréablement surpris, surtout si on les compare à ceux de Nebraska.

Yamaska
Yamaska

Un autre région que je suis content d'avoir visité est Charlevoix, entre Baie-St-Paul et St-Siméon. J'ai toujours eu une préférence pour les endroits situés près d'un cours d'eau et bien garnis en côtes. J'ai donc été gâté dans ce coin, notamment sur la 362, qui relie Baie-St-Paul et La Malbaie. À St-Irénée, il y a des côtes qu'on ne monte pas, mais qu'on "arrache". Certains bouts, j'ai dû me lever et sortir tout mon petit change pour me rendre en haut sans zigzaguer ni mettre le pied à terre, ce qui a bien amusé les cyclistes qui descendaient la même côte avec leur vélo de 18-19 livres. Ça aura probablement été la seule occasion de tout le voyage où j'ai été dans le rouge, mais ça fait plaisir de faire un peu d'intensité après avoir fait du volume pendant plus d'un mois.

Port-au-Persil
Port-au-Persil

Après trente-trois jours de route, j'ai fait mon 6000e kilomètre en sortant de St-Félix-d'Otis, une dizaine de kilomètres avant La Baie. Pour ceux que ça intrigue, je n'ai pas manipulé les chiffres pour arriver si près de l'objectif fixé, mais bien le trajet au fur et à mesure du voyage - s'il avait fallu, je serais allé manger un cornet à Rimouski avant de rentrer à la maison.

Je ne sais pas si c'est à cause des indulgences que j'ai ramassées tout au long de l'hiver, mais j'ai eu une demi-journée de pluie dans tout le voyage. Le vent a beaucoup aidé aussi, bien que je l'ai eu contre moi assez souvent. Bref, mis à part un effet assez catastrophique sur mes finances et quelques marques sur les fesses (ce qui devrait s'estomper avec le temps dans les deux cas), ce voyage aura été mon plus efficace, tant pour la logistique que pour les conditions météo et le physique. Je n'ai pratiquement pas eu de problèmes avec le vélo, j'ai les genoux bronzés, les mains blanches (à cause des gants) et je suis presque en jambes pour le reste de la saison.

Merci à tous mes lecteurs, particulièrement à ceux qui m'ont écrit (par l'intermédiaire de ce site, par courriel ou sur Facebook) et qui ont fait un don à l'ACSM. Ma détermination à poursuivre vient en grande partie de vous!

Los Angeles - Chicoutimi: Jour 29

Lino sur la route

Los Angeles - Chicoutimi est une série de billets écrits par Lino Tremblay lors de son périple en vélo entre ces 2 villes. Vous pouvez consulter la série complète des billets en retournant sur la page d'accueil de cette section du site.

Jour 29

Date: 19 juin 2011
Emplacement: Boucherville, QC
Distance de Los Angeles (à vol d’oiseau): 4005 km
Distance de Chicoutimi (à vol d’oiseau): 361 km

Sur Columbus et Cleveland, il n'y a pas grand-chose à dire, mis à part que quelques tronçons de piste cyclable facilitent les déplacements dans Columbus (ce que je n'avais pas vu depuis longtemps dans une grande ville), et que la principale qualité de Cleveland est de se trouver sur les rives d'une étendue d'eau digne de ce nom (ce que je n'avais pas vu depuis le début de ce voyage), le lac Érié.

Cleveland
Cleveland

Par contre, j'ai vu plusieurs endroits qui m'ont fait regretter d'avoir renvoyé mon matériel de camping au Saguenay (je ne sais plus si je l'ai mentionné, mais j'ai décidé tôt dans le voyage de dormir dans des motels jusqu'à la fin). Le plus tentant a été un immense manoir abandonné, dans un coin tranquille de l'Ohio. Bien entendu, c'était interdit de trépasser sur les lieux, mais bon, personne ne l'aurait remarqué.

Décord de film d’horreur
Un vrai décor de film d'horreur, et j'ai manqué l'occasion d'y passer la nuit…

À Perry, juste avant de quitter l'Ohio, je suis passé près du centrale nucléaire. Comme je n'en avais jamais vu en vrai, je suis allé l'examiner de plus près. Cette centrale devait à l'origine être composée de deux réacteurs, mais un seul a été terminé. L'autre (celui qui ne boucane pas) n'a jamais été complété, faute d'argent (six milliards de dollars avaient déjà été consacrés au projet, quand même!). Non seulement la structure qui est toujours en place n'a-t-elle jamais servi, mais elle devrait probablement être reconstruite à partir de zéro s'il était décidé d'ajouter un deuxième réacteur, tant elle est vieille (elle date du début des années 1980). Il y aurait matière à comparaison avec certaines installations sportives du Québec, mais je vais m'abstenir.

Perry, OH
Perry, OH

Après un bref passage en Pennsylvanie (où Erie s'est mérité le titre de ville la plus laide de mon voyage), je suis arrivé dans l'État de New York. Finalement, ce n'est pas à Buffalo que je suis sorti, mais à Rochester. Comme les autres grandes cités visitées auparavant, Rochester (210 000 habitants, 1 000 000 avec la couronne) ne m'a pas coupé le souffle. Pour la première fois du voyage, j'ai refusé une chambre d'hôtel (ce qui n'est pas peu dire, compte tenu de mon seuil de tolérance aux motels cheap passablement élevé). Le soir de mon passage, c'était le festival de jazz. Les rues étaient pleines de monde - et surtout très sales. Pour ce qui est du night life, c'était quelque chose, mais je dois avouer que ça ressemblait plus à un gros Chicoutimi un soir de Rythmes du monde qu'à une rue St-Laurent ou Ste-Catherine par une belle soirée d'été.

C'est donc avec bonheur que je suis retourné sur les routes de campagne de New York le lendemain. Cet État a été un de mes préférés pour deux raisons. Tout d'abord, les accotemments sont démesurément larges (on pourrait y rouler à quatre de front par grands bouts) et la plupart du temps en bonnes conditions. Ensuite, il y a beaucoup de kiosques de petits fruits, surtout le long du lac Ontario. Je serais bien embêté d'expliquer pourquoi, mais j'éprouve un vif plaisir à manger des fraises en roulant - et surtout à jeter la queue dans le fossé d'un geste décidé et finalement m'essuyer les doigts sur mon cuissard.

Accotement de New York
Accotement de New York

Vingt-neuf jours après mon départ de Los Angeles, me revoici sur les routes cahoteuses du Québec. Encore une fois, j'ai été en mesure de constater à quel point notre réseau routier fait dur, et encore une fois, à quel point l'excuse de l'hiver rigoureux ne tient pas la route (ils ont cela aussi à cent mètres au sud des douanes, pourtant, l'asphalte est belle).

Il me reste moins de 600 km à faire maintenant. Entre Montréal et Québec, je roulerai sur la 132. Ensuite, je ferai un petit crochet sur St-Siméon, histoire de vraiment faire 6000 km. En plus, ça va me permettre d'affirmer que j'ai traversé à vélo tous les villages côtiers du St-Laurent en aval de Montréal, jusqu'à Blanc-Sablon au nord et Percé au sud.

Los Angeles - Chicoutimi: Les statistiques

Lino sur la route

Los Angeles - Chicoutimi est une série de billets écrits par Lino Tremblay lors de son périple en vélo entre ces 2 villes. Vous pouvez consulter la série complète des billets en retournant sur la page d'accueil de cette section du site.

Jours sur la route 33
Temps sur le vélo 269h34 (8h10 par jour)
Distance parcourue 6010,6 km (182,1 km par jour)
Vitesse moyenne pour l'ensemble du voyage 22,3 km/h
Calories brûlées à vélo* 188 704 (5718 par jour)
Magasins de vélo visités 6
Crevaisons 5
Rayons cassés 2
Distance parcourue autrement qu'en vélo Route en construction : 15 km
Tunnel : 5 km
Ponts (2) : 10 km
Poids au départ 145,5 livres
Poids à l'arrivée 139 livres

*Évalution basée sur une moyenne de 700 calories à l'heure.

Détails complets du parcours (fichier PDF)

Dernière mise à jour: 23 juin 2011 (version finale)

Los Angeles - Chicoutimi: Jour 23

Lino sur la route

Los Angeles - Chicoutimi est une série de billets écrits par Lino Tremblay lors de son périple en vélo entre ces 2 villes. Vous pouvez consulter la série complète des billets en retournant sur la page d'accueil de cette section du site.

Jour 23 (2011-06-13)

Date: 13 juin 2011
Emplacement: Lebanon, OH
Distance de Los Angeles (à vol d’oiseau): 3098 km
Distance de Chicoutimi (à vol d’oiseau): 1451 km

Les États se suivent, mais ne se ressemblent pas.

Après le Nebraska où j'ai failli m'endormir, l'Iowa a été passablement désagréable pour plusieurs raisons. Le vélo n'a aucune place dans cet immense quadrillage de routes rurales toutes pareilles. Il n'y a jamais d'accotement, et les automobilistes ne comprennent pas qu'on ne peut pas rouler dans le sable en vélo comme ils le font avec leur tracteur. Ils vous klaxonnent donc à qui mieux-mieux parce que vous leur bloquez le chemin. C'est d'autant plus dangereux pour tout le monde que l'Iowa - et en particulier la partie ouest - est très valonneux, ce qui réduit la visibilité. Il m'est souvent arrivé d'avoir trois ou quatre véhicules derrière moi dans une côte. Finalement, la température a été chaude et humide presque tout le temps. Bref, faire un long tour de montagnes russes dans un champ de blé d'Inde à 35 degrés en manquant de se faire écraser par chaque voiture qui passe m'a poussé à commencer une toute nouvelle liste: celle des endroits où je promets de ne plus jamais retourner. C'est dommage car Des Moines est une ville assez belle.

Des Moines

Autre chose qui m'a marqué en Iowa, c'est sa forte culture du drapeau. Ce n'est pas pour rien que le soldat Ryan est originaire de l'Iowa - pour ceux qui ont vu le film, la scène où on voit l'automobile des militaires parcourir l'entrée d'un kilomètre de long qui mène à la maison des Ryan se déroule dans un décor typique de l'Iowa. Ce patriotisme est solidement imbriqué à la religion, tant et si bien que je ne suis pas arrivé à déterminer si les carouges (à épaulettes!) de cette région étaient si agressifs envers moi parce que je ne partage pas leurs croyances relieuses ou parce qu'ils s'imaginaient que j'en voulais à leur territoire et à leurs petits (probablement un mélange des deux).

Pour ce qui est de l'Illinois, il n'y a pas grand-chose à dire. C'est un État plat, sans grande personnalité, ni très riche, ni très pauvre.

Par contre, j'ai beaucoup aimé l'Indiana, qui a des routes extraordinaires presque partout. J'ai pu sentir la différence dès que j'y suis arrivé, surtout que j'avais le vent de dos. C'est en grande partie à cause de ces deux facteurs que j'ai fait ce qui sera probablement ma meilleure journée de ce voyage: 259 km (il me restait du gaz pour continuer mais le soleil tombait!).

Dans tous mes voyages, j'ai traversé plusieurs champs d'éoliennes, et chaque fois, je ne peux pas m'empêcher de trouver ça beau. Presque à chaque fois, je prends le temps de les écouter. Contrairement à ce qu'on en dit, ce n'est pas si bruyant que ça - et quand on pense que les gens qui vivaient sur la 1ere rue à La Baie ont subi le vacarme de la Consol et de l'Alcan pendant des décennies (sans parler des odeurs, de la poussière de bauxite, etc.), vraiment, il n'y a pas de quoi se plaindre. Avec le brouillard, le dernier champs d'éoliennes que j'ai traversé, en Indiana, avait un aspect à la fois futuriste et surréaliste. J'aurais vu surgir de la brume un At-at ou un de ces violents vaisseaux extraterrestres de la Guerre des mondes que je n'aurais pas été surpris.

Champs d’éoliennes

Hier, j'ai passé quelques heures à Indianapolis, et aujourd'hui, à Cincinnati. Dans les deux cas, ces villes m'ont paru assez quelconques, bien que la première est plus belle et plus riche.

Ce soir, je me suis arrêté à Lebanon (Ohio), qui a un cachet historique remarquable. C'est probablement la plus belle des villes où je me suis arrêté pour la nuit, toutes tailles confondues. Je suis allé prendre une bière au Golden Lamb. J'y aurais bien passé la nuit, mais le prix des chambres est dans les trois chiffres, alors je me suis contenté du Budget Inn - qui est géré par un Indien (de l'Inde), comme une étonnante proportion des motels où j'ai dormi depuis trois semaines.

Lebanon, OH

La dernière partie américaine de ce voyage me fera passer par Columbus, Cleveland et Buffalo. J'espère être à Buffalo vendredi, je n'ai pas commis d'abus depuis Denver.

Los Angeles - Chicoutimi: Jour 16

Lino sur la route

Los Angeles - Chicoutimi est une série de billets écrits par Lino Tremblay lors de son périple en vélo entre ces 2 villes. Vous pouvez consulter la série complète des billets en retournant sur la page d'accueil de cette section du site.

Jour 16 (2011-06-06)

Date: 6 juin 2011
Emplacement: Omaha, NE
Distance de Los Angeles (à vol d’oiseau): 2135 km
Distance de Chicoutimi (à vol d’oiseau): 2113 km

Une chose que j'ai remarquée au Colorado, c'est que les affiches qu'on voit en arrivant dans les villes documentent l'altitude de l'endroit. Pour les gens du Colorado, cette information semble plus importante que la population. Quand on m'a demandé à quelle altitude j'habite, j'ai expliqué que cette donnée n'avait pas de signification chez nous. Dommage, j'aurais aimé avoir la présence d'esprit de répondre "45 pieds, mon appartement est au deuxième étage".

Une fois sorti de Denver, le Colorado et surtout le Nebraska m'ont fait vivre une série de jours de la marmotte sur roues. En effet, la 30 (sur laquelle j'ai fait 500 km) est une interminable route rurale qui ne connaît à peu près aucune variation: grosse ville aux 50-75 km, et entre les deux, des villages de 500-1500 habitants aux 15-20 km, avec silos, dépanneur, etc. On sort d'une municipalité, et déjà se profile au loin le réservoir d'eau de la prochaine. Des deux côtés de la route, des champs, et parfois du bétail. À droite (à gauche sur un petit bout à la fin), le chemin de fer, qui est étonnament achalandé. Tout cela est pauvre, laid et ennuyant à mourir, surtout quand on vient de visiter l'Utah et l'Ouest du Colorado (qui ont leurs coins pauvres également, mais en plus varié).

Bibliothèque de Sedgwick, NE
La prestigieuse bibliothèque de Sedgwick, NE. Comme c’était fermé, je n’ai pas réussi à savoir si le chiffre sur le bâtiment représentait leur budget de fonctionnement annuel ou la dernière année où ils ont acheté des livres.

Heureusement, cela n'a duré que cinq jours, même si j'ai eu le vent contre moi pendant deux jours. Heureusement aussi, l'accotement est beau la plupart du temps. En anglais, on dirait a wide and smooth shoulder - une épaule large et douce qui vous offre confort, protection et qui vous permet de parcourir des kilomètres en toute quiétude (désolé, l'image n'est pas de moi, mais de Jacques Poulin, dans Volkswagen blues je crois).

L’accotement est beau la plupart du temps

Bref, il ne m'est pas arrivé grand-chose de significatif au Nebraska, mis à part la rencontre d'un couple de cyclistes du Colorado avec lequel j'ai fraternisé, celle d'un bâtard dont le plus cher désir était de me croquer le jarret alors que j'étais à peine éveillé et des pointes de température à 35 (hier) et 39 degrés (aujourd'hui).

Pour ce qui est d'Omaha, je ne sais pas si c'est un hasard, mais elle se trouve le plus loin possible de tout ça, juste à la frontière avec l'Iowa. J'ai vu quelques quartiers avec un peu de cachet (et je vous écris d'un parc ma foi assez agréable), mais la ville est tout sauf "amicale aux vélo" (bike friendly): tout est construit en fonction de l'automobile, et il n'y a pas un centimètre réservé aux vélos (ou en tout cas, je n'en ai pas vu un). C'est même pire que Wilmington, en Caroline du Nord, qui était ma référence auparavant.

Déjà, on sent ici les collines de l'Iowa, que plusieurs m'ont annoncées (y compris un Allemand qui était assez content de constater que les sacoches et les pneus dont je suis si fier viennent de son pays). Je compte partir pour Des Moines demain. Une fois rendu là, je déciderai de la suite du voyage. Ce n'est pas impossible que j'ajoute quelques détours, vu que je suis en avance sur le calendrier prévu et que ma carte de crédit passe encore.

Page suivante »